Au Cameroun des pimentières, les chèvres se mordent, les loups engraissent

Laisser un commentaire

Comment as a guest.

  1. Magnifique!!
    Bravo Mr Nguimbis!
    Votre texte, malgré sa longueur m’a beaucoup touché; A tel point qu’arrivant à sa fin j’en demandais encore.
    Merci pour ce que vous faites et plus encore aujourd’hui pour ce que vous dites.
    Encore un esprit éclairé qui malheureusement évolue dans un océan de gens refusant la lumière, lui préférant les délices et la facilité de l’obscurité.
    Votre texte m’a d’autant plus touché qu’à l’époque des faits j’avais eu avec mes collègues un débat sur l’affaire NK Vs Pichichi; débat au cours duquel j’avais osé (!!) défendre NK allant même jusqu’à traiter le grand 9 de pervers narcissique.
    Que ne m’a-t-on pas reproché ou dit à cette occasion, la traitant de tous les noms et le classant lui en tant que victime de la croqueuse de diamants qui aurait dû la fermer!
    Triste Cameroun…

    1. Vraiment.on est dans un pays où on a fait de l’écart la norme. La victime est lapidée et le bourreau érigé en demi dieu. On a l’impression que Nathalie l’a forcé dans cette relation quand on lit les commentaires. Les commentaires les plus venimeux viennent des femmes. Mais s’il s’agissait d’un monsieur lambda, les avis seraient tout autre

  2. Tragique… Trop tragique et violente cette réalité. Dans certaines des lignes de ton texte j’ai eu le rôle de bourreau, dans d’autres le rôle de victime… Dans le 2eme cas même plus de 25 ans plus tard les seules personnes à qui j’ai pu en parler sont ma mère et une de mes soeurs car même mon cerveau avait plongé dans une amnésie dont je ne saurais jamais si elle avait été volontaire ou non. Car quand la mémoire m’est revenue ça été une bourrasque émotionnelle sans pareil… Bref, juste pour vous dire que ce soit du niveau 0 ou au niveau 12 sur l’échelle de Richter (suis pas sûre de l’orthographe),les abus sexuels sont devenus comme le pain du matin dans nos familles. Le silence.Toujours le silence sous le prisme preservation de l’honneur familial. Et aux victimes la honte et la banalisation et le sentiment d’injustice et d’impuissance.
    Et le pire de tout ça ce sont les femmes entre elles, elles sont intraitables envers leurs soeurs victimes. Pathétique et terribles sont des mots bien faibles pr qualifier ces attitudes. Changeons. Nous les femmes.changeons et soyons solidaires face à l’adversité. Le silence et la stigmatisation sont aussi des crimes. Vous enterrez les victimes une seconde fois. Et elle meurent en silence que ce soit psychologiquement et que physiquement.

  3. texte brillant… tu as su cerner notre société profondément sexiste et un (gros) brin misogyne…beaucoup de femmes camerounaises ont l’esprit excisé par la société qui la met à genoux inexorablement. ma question: comment en sommes nous arrivée là alors que ce sont nous les femmes qui éduquons ? comment avons nous réussi dans une société moderne à éduquer des hommes qui nous chosifient et des femmes sans estime d’elles même au point de trouver normal toute forme d’abus?…indignons nous!

  4. Une fois de plus tu as su dans tes écrits faire valoir ce qui est vrai.ceux qui s en ont offusqué de la comparaison sur facebook avec NK n ont juste rien compris ou font partie d ceux qui ne comprenne t pas tous les contours du silence.il est temps de briser le silence.que la societe camerounaise mieux même les familles arrêté de banaliser la vie humaine,la femme.

  5. Bravo pour ce texte magnifiquement écrit. Il m’a rappelé deux choses:
    Un texte des Bimanes du regretté Severin Cecil Abega intitulé « mots d’enfant » qui parle de ses enfants dont on met toujours eh cause la parole et aussi les années 90, qui pour moi représentent le début de la descente aux enfers. C’est à partir de ce moment que « seul la fin justifie les moyens » est devenu une règle pour mon pays.

  6. Quel beau billet. Je n’arrive pas à le commenter. J’ai lu bcp de textes féministes sur le sexisme et les violences, mais Jamais encore je n’ai trouvé les mots aussi justes et aussi adaptés que ceux-ci. Ces témoignages sont si tristes. Si vrais. On a tous vécu ces histoires. Tous assisté à cette indifférence générale et normalisée du public pendant que des homosexuels majeurs et vaccinés déchaînent la vindicte populaire. Indignation sélective.

  7. Bravo pour ce texte et merci de prendre la parole quand les femmes ne pensent qu’à se procurer le tissu du 8 mars pour aller boire les 33!
    Peace !

  8. Arrêtez de distribuez des « assia » et des « RIP », donnez des claques. Rien à redire. Une lecture parfaite…

  9. Je suis d’abord sonné. Je reviendrai demain faire mon commentaire j’ai déjà sommeil. Mais mbom, comme toujours ton article est …. Je n’arrive même pas à le qualifier je reviens demain

  10. Touchée…
    Au Cameroun, rien de nouveau au pays des pimentières!!! Mēme les dénonciations au quotidien sont tournées en dérision…
    Cette chosification de la femme n’ interpelle plus personne, vu qu’ on la chante et on est tous heureux…Tant pis pour nous si nous nous sentons heurtés, c’est parce que nous aimons Yaaaa

  11. Quelle plume !!! Mais je profite de cette plateforme que mets a notre disposition florian , pour rappeler à ceux qui nous lisent que a contrario de ce que nous avons toujours pensé, pour moi les plus grands féministes sont les hommes.
    Pourquoi je le dis?? Il faut juste regarder la manière donc les femmes elles mêmes extériorisent les problèmes de leurs consœurs.elles sont les premières a être désinvolte. Tu entendras très souvent « elle même elle a chercher…elle ne reste jamais tranquille… » et j’en passe.
    La femme elle même devrait être le premier soutient aux problèmes de femmes, et l’homme ne viendrait que en complément aux actions déjà menées par celles-ci. Mais dans notre société malheureusement, c’est le contraire.

  12. Et pan!…Touchées…
    Pas coulées pour les resilientes
    Le nouveau mot à la mode
    Ce texte et celui sur les njomba…
    Comme la lanterne de Diocèse au sortir du trou de Platon
    Bonne journée Monsieur

    1. Et pan!…Touchées…
      Pas coulées pour les resilientes
      Le nouveau mot à la mode
      Ce texte et celui sur les njomba…
      Comme la lanterne de Diogene au sortir du trou de Platon
      Bonne journée Monsieur

  13. Sinon en listant les expressions chosifiantes utilisées pour désigner la femme tu n’as pas cité ton expression favorite « La liane » dont tu fais très souvent usage avec beaucoup de plaisir. Peace

    1. Ha ha ha ha!! Les lecteurs fidèles sont les plus dangereux. Au delà de cette indication, ton commentaire vient nous rappeler la nécessité de mettre en application au quotidien ce que nous disons si bien dans nos écrits.

  14. UN COMMENTAIRE? NON. PLUS QU’UN COMMENTAIRE? OUI. NE RESTONS PAS AU NIVEAU DES MOTS. OSONS ALLER AU-DELA NON SEULEMENT EN PRENANT CLAIREMENT POSITION CONTRE MAIS AUSSI ET SURTOUT EN POSANT DES ACTES CONCRETS TOUT EN GARDANT EN MEMOIRE QUE L’HUMANITE EST AINSI EN PERIL. MOI QUI SUIS UN HOMME, JE ME SENS DE PLUS EN PLUS REVOLTE QUAND JE SAIS QUE J’AI DEUX FILLES, UNE EPOUSE, UNE SOEUR, DES COUSINES, DES CONNAISSACES FEMININES.
    ELISEE.

  15. Merci Florian ! Je suis infiniment touchée par ces lignes percutantes – qui le sont d’ailleurs tout autant appliquées au reste du monde !
    Lorsque les hommes réaliseront enfin dans leur majorité qu’une attitude respectueuse embers les femmes est la seule alternative pour vivre dans l’humanité et la paix, tout le monde aura gagné ?

  16. tu as vraiment tout dit sur notre societe. mais comme un proverbe dit L enfer c est les autres » peu de camers vont accepter que nous avons un gros Probleme dans notre societe

  17. Texte très touchant, mais elle ne dépeint pas la réalité dans sa substance.
    S’il est vrai que les hommes représentent la cause de la souffrance de la femme, il y a lieu de relever aussi que les femmes sont à l’origine de certains de leurs maux.
    Ne nous livrons pas à un rejet de responsabilité entre homme et femme, qui s’assimilerait à une partie de tennis sans fin.
    Notre société est certes ainsi faite, mais le fait de l’accepter comme une fatalité ne resous rien.
    Homme comme femme, se sont lancés à une course effrénée vers l’ascension sociale coûte que vaille, pour moi certaines pratiques pour leur grande majorité à caractère sexiste sont à but mystiques, pris sur cet angle on peut comprendre le silence général car notre société est animiste et elle admet voir donne une justification certains actes actes, contrairement au société occidentale qui se veut laïque. Quand on comprend cela, on peut mieux recadrer l’éducation de nos enfants.
    Donner la place à l’être humain, est le combat à mener et non celui des sexes.
    Par ailleurs, nous sommes l’héritage de l’éducation de nos parents, je crois que certains actes de violence faites aux femmes, tendra à diminuer du fait du brassage des cultures.
    Ce sur quoi il faut également mettre l’accent, ce sont des rapports sexuels en échange d’un service. Il faudrait que les victimes dénoncent, et affichent les bourreaux. Mais dans une société où, la pauvreté règne, la lutte est encore loin d’être gagnée, et il faut l’aide des associations, qu’elles soient formée et informée.

  18. J’ai lu jusqu’à la fin.Merci, merci encore merci. J’ai une fille elle est éduquée en tenant compte sur tous les plans des réalités de ce pays. Si une personne s’en prend à elle je l’élime membre de famille ou pas. Elle fera ses choix majeure.

  19. Ton texte est très clair et propre mais néanmoins je ne suis pas d’accord avec certains qui commentent la et qui pensent que c’est le moment de joueur les donneurs de leçons dans cette histoire de NK et SEF. Je redis encore qu’au-delà des abus de pouvoirs courant qu’ont subis cette fille la seule chose que je trouve réprimandable à SEF c’est le fait d’avoir publié les photos si sa culpabilité venait à être prononcée. Venir dire qu’une fille qui raconte elle-même avoir usée de son charme à 16 ans pour s’attirer les faveurs des jeunes de familles huppées, ou bien qui avoue avoir eu à envier des copines avec plus de moyens qu’elle au point de chercher le gros lot je suis désolé ce n’est pas une victime. Je n’ai lu à aucun endroit de ce livre une description d’une scène de viol ou d’autres choses. Moi-même qui écris ici si des filles que j’ai connu dans ma vie venaient à parler de ma sexualité au carrefour je ne crois pas que mes enfants et mes amis qui m’entourent me respecteront encore. Nous sommes des hommes et nous avons tous nos vices je mets quiconque commente ici de demander aux personnes qu’il a connu de parler de sa sexualité et d’en sortir intact. Ne soyons pas dans l’émotion jugeons les faits sinon les vraies victimes seront toujours lésées la preuve depuis cette histoire combien de femmes ont eu à parler ? Donc menons les vrais combats, et si dans ce pays une fille comme celle la réussi à tenir tête au grand SEF comme elle le dit elle-même c’est qu’elle est gardée par plus grand on se connait dans notre pays. Sinon belle plume Florent du Courage

  20. Juste parfait !
    Les mots justes à l’endroit où il faut.
    Merci pour cette interpellation qui somme toute me semble urgente à être prise en considération pour un éveil des consciences face à notre pitoyable réalité.

    Merci aussi pour ça: « Arrêtez de distribuez des « assia » et des « RIP », donnez des claques. »

    Une douleur lancinante est assurément plus vite traitée qu’un léger mal de tête permanent.

  21. Pour un billet, ca ne est in! … Il est d’une violence qui ne peut qu’interpeller et honnettement y en a marre des discours lisses. Au bout dun moment chacun doit etre indexé. Vivement que les chooses chamgent… Moi particular recent j ai beaucoup appris de CE billet..

  22. Merci bcp juste 2 ou 3 choses:
    Le « grand » 9 est un salaud, l’argent n’excuse pas tout.
    Apprendre à communiquer avec ses enfants c’est essentiel. J’ai des cousins qui ont essayé, ma mère m’ont héroïne, ? a eu tôt fait de les arrêter. Les adultes qui font des cadeaux à une pré-ado, mon père, m’a sauvé du traumatisme. Instaurer une relation de confiance, c’est indispensable.
    Que les femmes apprennent à s’aimer et les gens à ne plus fermer les yeux.

  23. Qui vous a demandé de provoquer Ngimbis? En tout cas lui c est garçon solide: la pertinence d un cerveau qui accorde sa place au cœur.

  24. Waouuuh! Speechless! Brillant constat de ce pays que je ne vis plus au quotidien Mais dont Les réalités restent Les mêmes quelles que soient les époques. Et ce qui m’interpelle toujours c’est l’attitude des femmes envers d’autres femmes. Elles sont souvent les plus impitoyables peut-être Parce que ce sont elles qui élèvent les bourreaux de demain. Leurs réactions vis à vis des autres sonnent comme un échec qu’elles ont Du Mal à assumer. Pour que ça cesse, il faut laisser libre Le corps des filles et revoir l’éducation de nos garçons. Merci et bravo pour ce texte. Il est d’autant plus fort qu’il est écrit par un homme. Je Le partage.

  25. Une attitude fustigée mais qui hélas caracterise notre société. Se taire et encourager les autres affamés de ces pratiques ou dénoncer avec la dernière énergie pour espérer un changement radical dans cette façon bestiale de faire.Osez briser le silence mesdames dénoncez les! Trop c’est trop il faut que ça change

  26. Oui très déplorable se sont les femmes qui généralement sont les plus complices et plus vurulentes en critiques,la solidarité féminine a foutu le camp,les mères complices silencieuses des viols de leurs enfants jusqu’à ce que mort s’ensuive…

  27. Excellent! Merci infiniment. Soyez bénis pour toutes les consciences qui seront éveillées aujourd’hui et demain! L’inconscience et la complicité des femmes face aux violences faites aux femmes sont à dénoncer sans langue de bois. Peace & Love forever <3

  28. Très captivee par ce texte… les violences émotionnelles, sexuelles économiques et physiques sont le quotidien des femmes souvent par les femmes elles mêmes malheureusement

  29. Bonsoir Florian,
    Tres beau texte comme toujours mais permettez moi cette fois de m insurger comme beaucoup l on peut etre fait sur l association de l image de 2 fillettes violees a celle de NK.
    Je pense et j en suis convaincu que c est une erreur. Je ne me permettrais pas de juger NK chacun ayant ses motivations dans la vie toutefois je pense que tout ce qu elle a fait et qui est ecrit dans ce livre elle l a CHOISIE, son role elle a voulue le jouer; ce qui n est pas le cas pour les enfants victimes de viols et attouchements sexuels eux n ont jamais fait ce choix quelqu un de mal intentionné leur a fait subir une epreuve qui marquera leur vie a jamais, cette epreuve deviendra une psychose qui dans le pire des cas ruinera meme leur vie. Alors non ne les associez pas non plus. Le combat des femmes est legitime au Cameroun et beaucoup reste a faire mais il ne commencera justement pas tant certaines d entre nous deciderons d employer les voies les plus faciles pour l argent la notoriete le bling bling. Vous avez certes vu des dissimulations de viols eu mal pour ces petites filles mais vous ne l avez pas vecu et je ne le souhaite a personne sur cette terre car c est l un des moyens les plus surs de detruire la vie d une petite fille/garcon. Je souhaite que chaque victime trouve assez de force en elle pour surmonter cela et aller de l avant dans cette societe archaique.
    Merci de pensez au combat pour les femmes dans la societe mais de temps en temps il y a des choses a dissocier et c est mon point de vue.

  30. Aucune femme camerounaise ne peut prétendre ne pas avoir vécu au moins une des situations décrites dans ce magnifique texte. On ne pouvait pas mieux diagnostiquer les tares de la condition féminine au Cameroun.
    Que ces observations soient faites par un homme me rassure, tout en me faisant prendre conscience du chemin à parcourir.
    Des exceptions existent fort heureusement et je suis convaincue que leurs voies porteront haut dans le futur (No condition is permanent) .
    Je tiens juste à noter que même si l’occident a connu sa petite révolution après le scandale weinstein, la profusion des dénonciations et des hastag à porter préjudice au mouvement, car la limite entre délation et vraies accusations s’est brouillée.
    D’autres part des études dans le monde du travail ont mis en évidence le fait que le frein à l’évolution professionnelle des femmes (le fameux plafond de verre) était souvent dû à d’autres femmes et pas forcément aux hommes comme ont pourrait croire (Ce qui rejoint complètement [dans une certaine mesure]le propos de ce texte.

  31. Adolescente j’ai passé 3 ans très proche d’une amie elle n’allait pas bien et elle m’inventait des conneries à chaque fois que j’insistais pour savoir ce qui ne va pas. C’est environ 10 ans plus tard qu’elle m’a révélé qu’à cette époque elle se faisait régulièrement violer par un oncle qui vivait sous leur toit… j’ai pleuré je m’en suis voulue de ne pas avoir vu de ne pas avoir deviné… Elle m’a demandé ce que j’aurais fait… je lui dit: te convaincre de le dénoncer à tes parents ou passer par mes parents pour le faire. Oui et après quoi? le faire mettre en prison pour qu’il ne recommence plus. Elle a rit et m’a dit qu’à l’époque elle se sentait sale, honteuse et qu’elle n’aurait jamais accepté que cette saleté soit exposée… j’ai continué à pleurer des jours après… Et aujourd’hui encore je retiens mes larmes en y pensant parce que je me demande comment notre société en est arrivé à ce qu’une victime se sente coupable? et comment briser cette spirale infernale qui ne profite en fin de compte qu’au bourreau?
    Merci Florian. Je vais faire lire ce billet autour de moi . Tes mots peuvent être le début de la réflexion sur le fond du problème…

  32. Selon toi c’est la société qui doit se lever pour mettre la femme camerounaise à un place qu’elle même ne réclame pas ???

    Pense tu que les femmes de ce pays se sentent inférieure et démuni ???

    Et je trouve pour finir que par rapport à l’époque de mes grand parents la femme à un rôle beaucoup plus crucial justement parce qu’elle a désiré le changement Rome ne s’est pas fait en un jour je trouve que c’est craché sur tt les efforts accomplis que de ne synthétisé que le côté péjoratif de tt ça

Read Next

Sliding Sidebar