Libérez le kouakoukou!

Laisser un commentaire

Comment as a guest.

  1. man tu as oublie de mentionné quelle ne savent plus faire un bon piment sur cette pierre … mais utilise le « moulin a eau » pour écraser tout …… hum ….!

  2. Avec beaucoup d’humour, tu nous ramènes à des préoccupations essentielles. La santé et l’environnement. Merci frangin.

  3. Florian, arrête de me faire saliver.
    Tu as raison avec tout ça!L’Assemblée Nationale devrait faire passer des textes de lois interdisant l’utilisation et la commercialisation du plastique non sexuel.Dans certaines villes du Cameroun, Kousséri par exemple à l’Extreme Nord du Cameroun, l’on est hors-la-loi si on emballe de la marchandise dans du plastique.D’autres villes du Cameroun devrait suivre.
    Florian, il est 17h50 et j’ai une de ces dalles en te lisant!
    Bon courage frérot!Continue de conscientiser les habitants de ce beau 237!
    Peace.

  4. Je me demandais ce que le kouakoukou avait encore fait… Beau texte, comme d’habitude. Et on va alors emballer le soya dans les feuilles de bananiers?
    Tu as raison sur certains points. Mais où vais-je trouver les feuilles de bananiers ici au Canada? J’utilise alors les sachets plastiques disponibles dans les épiceries avec du papier alu. Et ça marche! Tu devrais essayer… mdr

  5. ça fait toujours du bien de te lire Florian.Quelle hérésie de cuisiner nos si délicieux mets dans du plastique qui nous empoisonne à petit feu! La Miss devrait s’engager dans des combats qui en vaillent la peine!

  6. Ah Florian! Tu sais, ce n’est que dans mon village que je vois encore des femmes emballer le kouakoukou dans une feuille de bananier. Malheureusement, en ville, c’est le plastique qui domine. Mais, j’aime bien ce rapprochement entre le kouakoukou et les vrais problèmes de notre pays. Il est vraiment temps, qu’on pense à autre chose, qu’on cesse de nous detourner en nous parlant d’homo. En tant que femme, j’ai bien compris ton message Florian!

  7. Ce qui me tue alors c’est le titre de l’image: »Spécimen de kouakoukou+sauce blanche+obstacles »
    T’as raison Florian, c’est l’argent qui guide les combats et pour l’instant c’est l’homosexualité qui a le vent en poupe. Tu es chez toi tu vois le film Porno ohh, on t’attrape. On est très fort pour ne s’attaquer qu’aux inutilités dans ce pays alors que la santé, l’éducation, l’énergie,les transports ,la sécurité, l’habitat … tout laisse à désirer. Il y a tellement à faire.
    Mais pardon Florian, ne dure plus trop avant de publier. Je scrute ton blog tous les jours

  8. A la lecture de ce billet, à la description du mets, je me demande comment j’ai fait pour ne pas aimer le kouakoukou toutes ces années. Eeeeh, qui me jette à Yaoundé maintenant-là, même pour une heure, que j’aille réparer mon erreur!

  9. tu devrais écrire un livre de cuisine toi… la cuisine est un art!!!!!!!!!!
    « D’abord, sélectionner les tubercules. Les peler. Les râper un à un. Doucement, amoureusement, sur une rape traditionnelle. Une plaque d’alu, percée au clou et enchâssée dans un cadre de bois. Parfois la ménagère s’entaille un doigt et son sang va se mélanger avec la pâte. C’est là à mon avis le clou de ce Grand Oeuvre, cette alchimie que les femmes aujourd’hui n’arrivent pas à reproduire, car si cuisiner du kouakoukou consistait seulement à mélanger de la pâte avec de l’huile, ça se saurait… »

  10. Un grand bravo!!! Tu utilises les mots avec une telle dexterite, c’est un reel plaisir de de te lire. J’aime ta facon de denoncer les maux sociaux avec une bonne dose d’humeur. Je suis definitivement sous le charme! Bonne continuation!

  11. Big Up!!! Nous sommes souvent, trop peu conscients, du danger auquel nous nous exposons dû fait de ces pratiques quotiennes, qui se veulent « anodines »!!!! Merci de nous le rappeler.

Read Next

Sliding Sidebar