Pacifique Bar, temple de la guerre

PacifiqueLes gars me font rire. Quand je raconte des histoires sur mon quartier, ya des gens comme Jessica Matam pour les mettre en doute. Dans la communauté du doute, il ya aussi des gens comme Papy Bikanda, Yannick Deubou Sikoue ou Rostand Pokam. vendredi dernier, Les gars s’invitent dans mon quartier et sans même me dire, ils vont s’installer sur la terrasse d’un d’un bar qui s’appelle « Le Pacifique ». bon c’est vrai que c’était le seul bar avec électricité. Maintenant avec les coupures de AES sonel c’est un critère primordial pour choisir son bar hein?
J’arrive je m’assois. Les gars ricanent « Ngimbis ton quartier ci est calme hein? on sent que tu inventes tes histoires là! ».
J’ai ricané.
ça a commencé doucement.
D’abord les brochettes de poulet se sont transformées en brochettes de porc. Sauf qu’il yavait une algérienne musulmane sur la table qui les avait mangées. La vendeuse a dit « Aka! poulet, porc, ce sont les mêmes choses différentes ». J’ai plié un doigt.
Ensuite des filles en culottes « indécentes » sont passées (on a loupé torticolis). j’ai plié un second doigt.
Il ya un gars à la table d’a côté, il s’est pas contenté de torticolis, il a mis la main.
« Il n’a pas pas compris, il n’a pas compris, il n’avait pas compris que le toucher-fesses n’existe jamais » #jechanteeyango Un doigt de plié.
Le gars de la fille était musclé. Bastonnade à ciel ouvert. Rien de spécial jusqu’à ce que le « bastonneur » sorte une corde et se mette à ligoter son adversaire étalé dans la poussière. Là… moi même j’ai wanda: qui se promène avec une corde dans les poches? J’ai plié deux doigts.
les gars du bar se contentaient jusque là de regarder, jusqu’à ce qu’on constate que le gars lui passait déjà la corde au cou. Là on a dit Euye! c’est le cabri?
Quand on a libéré Kunta Kinté, le mec a détalé dans un nuage de poussière. J’ai plié deux doigts et je suis entré sous la table.
Les gars étonnés n’ont rien compris. Jusqu’à ce que les bouteilles se mettent à pleuvoir pof! pof! pof! pof! Les brasseries sautent sur Efolan. Kunta Kinté armé d’un casier de castels vides bombardait la terrasse du bar. Comme ce n’étaient pas des frappes chirurgicales il ya eu des dommages collatéraux.
On a abandonné les filles, chacun pour soi. Sauf Pokam qui faisant confiance à ses écorces est resté de marbre.
Bref, en panne de munitions, Kunta Kinté c’est fait prendre. il ya eu une seconde bastonnade, le tour là c’était plus « Racines », les gars étaient en mode « Twelve years a slave ». Après ça, même bille il pouvait plus soulever.
On n’est pas rentré. Le courant n’était pas revenu.
Les gars n’ont plus parlé de mon quartier. Ils m’ont payé des bières « excusatoires ».
J’ai plié mes doigts en ricanant: s’ils savaient que ça c’est que la troisième division… On n’était même pas dans mon bar, le bar fétiche où il m’arrive toutes les histoires bizarres du monde.

1 Commentaire

  1. Armand

    Hey! Pacifique a fini les rénovations ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.