Je suis camerounais, j’ai une ndjomba

etoo

« Ce récit n’est pas une fiction, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être fortuite. Par ailleurs, l’auteur assume le caractère sexiste et arriéré de ses écrits ».

Je n’écris pas beaucoup ces derniers temps. Dans mon entourage, certaines personnes m’appellent même déjà ancien blogueur. D’autres disent que je suis devenu un bobo et que comme tous les bobos, je vis dans ma tour d’ivoire, me contentant de regarder pousser mon ventre et mes millions. Massa! Quels millions? Le ventre là c’est la vieillesse et la Castel.

En prenant de l’âge, je glisse vers la contemplation. Mon sport favori ces derniers temps consiste à m’asseoir à la terrasse d’un petit bar du Rond-Point Express, commander une Castel et regarder Yaoundé défiler devant mes yeux.

J’ai remarqué durant mes soirées contemplatives, que ma terrasse accueille d’autres habitués. Des fonctionnaires qui généralement, débarquent vers dix sept heures, en provenance du bureau. Des quadras/quinqua qui restent là tard, ne boivent qu’une bière et cherchent l’amitié avec la lampe solaire.

Ces piliers de comptoir ne sont ni alcooliques, ni des feignants comme moi qui fuient leur page blanche, non, ce sont des hommes mariés qui ont peur de rentrer chez eux.

Je ne rigole pas.

J’en ai fréquenté plusieurs et je peux vous dire que ces hommes sont tristes. Hier soir, c’est l’objet de ce post, j’ai longuement causé avec l’un d’eux, Joseph. Le vampire m’a malmené les oreilles toute la soirée avec des poncifs sur les femmes et le mariage: « Hoooo les femmes sont des vipères, des serpents à deux têtes » (tu ne pouvais pas couper court en disant vipères à deux têtes?). « Hooo! le mariage c’est la perte des illusions humaines… ».

J’ai ri.

Chez nous les bantous, pour vivre heureux (c’est relatif, je sais), longtemps, sans avoir à fuir le chez soi, il faut avoir une ndjomba.

Pause:

Ndjomba: n.f Terme générique à l’étymologie incertaine. La ndjomba est une liane camerounaise qui entretient une relation avec un homme marié. La ndjomba a le foléré aux yeux et ne donne pas le lait. C’est une femme discrète et dont la famille a un taux de mortalité anormalement élevé si on considère le taux élevé de demandes d’assistance pour deuil. Elle n’accepte pas les chèques et la distance séparant le « chéri » du « mouf » dans sa bouche dépend généralement de l’épaisseur de l’enveloppe qu’on lui tend à 3h du matin, avant de rentrer. Équivalents (ou presque): maîtresse (France), deuxième bureau (Afrique de l’Ouest).

Quand Jésus disait mon peuple périt faute de connaissance, il avait tout compris. Je vois des amis souffrir autour de moi dans leurs foyers, vivre à l’instar de Joseph le mariage comme une punition de la société. Mais les gars, qu’avez vous fait des leçons laissées par nos parents?

Tout le monde se plaît à dire que de nos jours, la durée moyenne d’une union est inférieure de moitié à celle de la génération nous précédant. Pourtant une solution existe: la ndjomba.

Je le dis urbi et orbi: Un vrai bantou se doit d’entretenir une ndjomba.

La ndjomba est le yang qui donne le la au yin qu’est le mariage. C’est la soupape qui permet au moteur du bantou de ne pas caler sur les routes tortueuses du mariage ou du concubinage.

Il y a deux types de ndjomba: la ndjomba qui s’assume et la ndjomba qui s’ignore. Il vaudrait mieux tomber sur le premier élément. Avec elle tout est clair: « écoute, je suis marié. Je vais payer loyer, eau, électricité, gaz, frais de deuil divers, mais n’espère rien de plus. N’appelle jamais chez moi, ne pars jamais bagarrer avec madame au marché. Voici sa photo, si tu la croises, change de rue, comme quand le Roi du Cameroun passe. ».

Une fois ces bases fixées, le ndjombaïsme peut se mettre en place. Madame constatera juste que Mr revient de moins en moins stressé du boulot. Qu’il a, à une date fixe une nouvelle réunion de programmée, qu’il ne tape plus les enfants comme des tambours sénégalais. Bref, c’est l’entente cordiale.

Dans ce processus de choix d’une ndjomba chacun a sa technique. Les vrais bantous chassent, les faibles choisissent une ndjomba préprogrammée: la mère d’un enfant conçu hors mariage. Malgré les discours sur le Sida et autres saloperies, nous autres bantous réussissons généralement à semer notre ADN dans un ou deux utérus avant de nous mettre en couple. La plupart du temps, on ne se met pas en couple avec la proprio de l’utérus dans lequel l’ADN aura été semé. Ceci est un autre débat.

De ce fait, la mère de l’enfant devient « la mère de mon enfant », un titre hypocrite qui tend à mettre en avant le rapport censé justifier la relation et à en fixer les garde-fous. Le petit Paapy devient très vite un enfant qui a un pied chez sa mère, un pied chez son père. Mais quand le père de Paapy, à force d’aller accompagner le petit chez sa mère est mis dans des conditions de température et de pression qui lui rappellent pourquoi et comment Paapy est venu au monde, croyez moi la ndjombaïfication n’est pas loin.

Souvent le père de Paapy rentre tard le soir en disant à madame:  « j’étais voir Paapy, il chauffait ». Dans ce cas il faut généralement se demander ce qui chauffait et qui l’a refroidi.

Chers frères, je préfère vous demander de faire attention à ce type de ndjomba. La mère de l’enfant a presque toujours pour ambition de revenir. Donc, à proscrire.

Je ne suis pas en train de faire la promo de l’infidélité hein mesdames, je ne peux faire la promo de ce qui n’existe pas. Chez nous la ndjomba a une reconnaissance dans la société. Par exemple, quand on va boire avec la ndjomba et des amis, même s’ils connaissent madame, ils ne te chuchoteront jamais à l’oreille ces trucs de Blancs « Mais qu’est ce que tu nous fais là? » « Tu as pensé à Claudine et aux enfants? ». Non non, on boit les bières, on sait que c’est la ndjomba, qu’elle a sa place et qu’elle y restera.

D’ailleurs, le bantou respecte un certain nombre de préceptes qui montrent de facto qu’il veut préserver son couple légitime:.

1- Un vrai bantou ne dort jamais chez la ndjomba. Même en saison des pluies il faut avoir le courage de rentrer retrouver madame.

2- Le bantou a un estomac de réserve pour la nourriture de sa femme. Ce n’est pas sexiste hein? En réalité, dès qu’on est en couple, manger à la maison devient un signe de respect de la sacralité du couple. Manger dehors un sport dangereux.

3- Un vrai bantou a des réserves de libido pour sa femme. Femme repue, femme heureuse. C’est sexiste? Je m’en fiche. Le bon bantou doit toujours être prêt. Peu importe la valeur des performances faites dehors, les matchs avec la ndjomba sont des match amicaux qu’on peut perdre sans conséquence. Chaque match avec la titulaire est un match de qualification. Toute défaillance ou panne est durement sanctionnée et nuit à l’équilibre du couple.

Néanmoins, chez la ndjomba le monsieur retrouve le confort émotionnel qui lui manque chez lui.

Il n’y a plus les cris de madame et ses incessantes jérémiades sur tout et rien. La ndjomba accueille en souriant et en utilisant les mots qui redonnent envie de vivre: bébé-chou, chéri, adou wèm (ndjomba bassa’a)…

Il n’y a plus la litanie monocorde sur les faits d’armes des enfants qui vous donnent l’impression d’être un taureau reproducteur en costard-cravate. Chez la ndjomba s’il y a un enfant, on l’envoie au lit dès que tonton Faroteur arrive.

La guerre de la télécommande n’existe plus. La ndjomba sait qui paie l’abonnement Canal+, donc, quand on arrive, elle prépare une serviette chaude, un apéritif, et on attend qu’elle finisse de cuisiner non pas en regardant une bête série mexicaine imposée, mais devant le Petit Journal ou un match.

La ndjomba sait que monsieur aime les bonnes choses, donc, en lieu et place du mpèlè macaba qui l’attend chez lui, elle lui mitonne de fines côtes de porc qu’il mangera sans sentir glisser sur lui le regard culpabilisateur de la marmaille de gosses de son domicile.

Bien entendu, on ne vient pas chez la ndjomba sans prévenir (on ne sait jamais), on ne part pas de chez la ndjomba avec des preuves du passage chez elle, et on prévoit une ligne budgétaire noire dans son salaire. Les vrais bantous d’ailleurs ne déclarent jamais leur vrai salaire à madame ni ne présentent leur fiche de paie. Un contrôle budgétaire a vite fait de vous mettre dans les problèmes. Mais c’est un risque marginal, car,  la plupart des femmes savent qu’il existe une ndjomba. Elles se plantent la tête dans le sable en récitant le soir le mantra féministe de l’heure: je suis l’aéroport, il va tourner, il va finir par atterrir ici.

Un oncle m’a dit un jour, mon petit, c’est quand un bantou meurt qu’on sait quel était son vrai nombre d’enfants. Oui oui, Le jour de la mort, les ndjombas sortent du bois poussant devant elle un petit, dont la forme de la tête ne laisse aucun doute sur l’origine de l’ADN paternel. Tant pis si des bagarres s’ensuivent. A ce moment, le sieur bantou est douillettement installé dans un cercueil avec dans la poche un aller simple pour le paradis des visionnaires.

Voilà ce que j’ai expliqué à Monsieur Joseph hier soir. La recette du bonheur en couple. Mise en bouteille et certifiée par nos parents.

Sur le coup, il m’a regardé droit dans les yeux plusieurs secondes sans rien dire, puis il s’est levé, est allé au comptoir, a soufflé un mot au barman a payé et est parti.

C’est le barman qui m’a raconté la fin.

Mais Ngimbis tu as fait quoi à Monsieur Joseph là non? Il dit qu’on t’a vendu au village.

J’ai ri, mais un peu moins quand j’ai su qu’il n’avait pas payé mes Castel.

 

Peace à toutes les ndjombas du pays.

78 Commentaires

  1. milka Kyra

    Hahahahahahahaahahahahahaha… je savais que je devais tt arrêter pour lire ce billet.
    Une fois de plus, félicitations. Je ne suis pas d’accord mais c’est tellement bien écrit que je m’en fout.

    Répondre
  2. JBK

    J’ai aimé ce bout
    « écoute, je suis marié. Je vais payer loyer, eau, électricité, gaz, frais de deuil divers, mais n’espère rien de plus. N’appelle jamais chez moi, ne pars jamais bagarrer avec madame au marché. Voici sa photo, si tu la croises, change de rue, comme quand le Roi du Cameroun passe. ».

    Répondre
    1. louisard

      Pareil pour moi

      Répondre
      1. PENDJOCK

        Excellente production intellectuelle.

        Répondre
  3. boris

    hahahahahahha trop drole comme d’habitude

    Répondre
  4. Anne Marie BEFOUNE

    « C’est sexiste ? Je m’en fiche! » Billet magnifique !

    Répondre
  5. Anonyme

    Merci !

    Répondre
  6. Anonyme

    J’adore. Une ecriture limpide. Chapeaux bas

    Répondre
  7. JC

    Aie mes cotes!!!
    Le fou rire m’a emporte sur la reflexion de Mr Joseph au barman a la fin…
    En tout cas c’est si dit et si bien ecrit…
    Tres belle plume!!!

    Répondre
  8. Anonyme

    Simplement juste et vrai.

    Répondre
  9. Denisot

    Je suis mort de rire!!!!

    Répondre
  10. Gildas Le Dentiste

    Sacré Florian, tu as l’art j’adore. Je savais que j’allais beaucoup rire.

    Répondre
  11. Monique

    Dans « je suis camerounais et je sui (in)fidèle » il y’a un passage: « L’amour pour un bantou est un mélange de dot versée, de mariage célébré, d’enfants reconnus, scolarisés, de ration versée, de factures réglées, de devoir conjugal accompli à période plus ou moins fixe. »
    Ce même bantou après avoir réduit le mariage à son expression la plus matérialiste souffrirait de ne pas entendre madame l’appeler chéri? Et irait chez la djomba entendre ces mots doux?
    Ça fait mal/peur/pleurer etc… Mais comme d’habitude, passé le choc (oui lire la vérité ça secoue) je m’incline devant la beauté de la plume! Beau billet!

    Répondre
    1. Anonyme

      What a pity ! Le Bantou ce gros Singe maudit.

      Répondre
      1. Monique

        Ah oui! Il a tous les droits très peu de devoirs… Pauvres bantoues épouses de bantous #Tears

        Répondre
    2. Florian Ngimbis (Auteur de l'article)

      Les lecteurs fidèles, les plus dangereux 🙂
      Salut Monique!

      Répondre
      1. Monique

        Salut Boss 🙌

        Répondre
      2. Munyaneza Jean Paul

        Commentaire…J’ai aimé l’écriture et ce qui se dit est enrichissant.

        Répondre
  12. Anonyme

    Ahahhaha mais tu es même normal !?
    La fin est juste magnifique franchement très belle main d’écriture.

    Répondre
  13. Jean Noël

    Le malheur des uns fait le bonheur des autres, les héros d’hier d’ aujourd’hui et sans doute de demain sont toujours les cocus, les menteurs, les buveurs, les tarés de tous genres…
    Tu bois trop, et ça ne me fait pas rire parce que je t’aime bien, tu ressasses le cocuage structurel mal assumé, ça tourne en rond, même si c’est une de tes spécialités… parle nous un peu des menteurs, mais c’est vrai c’est plus dangereux, je suis désolé tu n’as pas choisi un passe temps facile

    Répondre
    1. Florian Ngimbis (Auteur de l'article)

      Papa c’est toi?

      Répondre
      1. Julie O.

        Oh, c’est mignon 🙂

        Répondre
      2. G Wilson

        =D =D =D

        Répondre
  14. Anonyme

    Hummmmm tres bien écrit

    Répondre
  15. Nguele muriel

    Suis au sol😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂

    Répondre
  16. Zacharie

    Et ça, j’achète ! ! ! Et très chère même

    Répondre
  17. Sylvia

    jaimerais tellement que ce soit faux… mais cest tellement vrai…

    Répondre
  18. EJ

    Vraiment très bien écrit. Incroyable! Ce talent est bien capitalisé j’espère:-)
    Sinon j’attendais la description de la « Ndjomba qui s’ignore »

    Répondre
  19. Guy ZINGUI

    Peri freure, tu bois koi?

    Répondre
  20. The Wizard

    Je suis de Biyem-assi stade, mais c’est la première fois que j’entends parler de toi frère et de lire tes écrits. Très beau billet mon cher. C’est rare de nos jours de lire un texte aussi raffiné.

    Répondre
    1. Mina

      Times are chgnniag for the better if I can get this online!

      Répondre
    2. car insurance

      ¡Aguas! Porque en gustos se rompen matrimonios, así que ve a ver el juego y haz como si le entendieras y te gustara.Es emocionante estar en un estadio, te contagias del ambiente de competencia y fanatismo por un rato; suena como un panal.Además hay buenos antojos y cerveza ¡qué más quieres!¡Ufff, voy atrasadísimo con la lista de recomendaciones!Un abrazo, cuídate, luego nos leemos.

      Répondre
  21. Anonyme

    Bon retour bobo!!

    Répondre
  22. David

    Toujours poignant… Drôle sans être (trop) vulgaire

    Répondre
  23. Anonyme

    Loool je suis au sol de lap hahaha.

    Répondre
  24. charabia

    Magnifique plume !!! tu nous insulterais qu’on garderait le sourire…

    Répondre
  25. Louis

    Ngimbis, tu es encore revenu !
    Toujours très drôle en tout cas.
    Bravo

    Répondre
  26. Anonyme

    Et dire que c’est juste tres vrai… Oulalaaaa

    Répondre
  27. Anonyme

    Ah, venant d’un homme, il n’y a pas vraiment grand chose à ajouter. ….

    Répondre
  28. luc njock mpom

    Waouh!!!! Merci.

    Répondre
  29. Anonyme

    C’est quoi le masculin de Njomba? Apparament les femmes bantoues ont la réponse…et elles donnent suffisamment la réplique au bantou de nos jours, on peut dire en tant que homme que c’est moins officialisé, mais les copines et les soeurs sont bien informées…Le mariage de nos jours simple formalité? J’aime la manière dont tu as écris tout ceci. Chapeau!

    Répondre
    1. Lisa

      You’ve really captured all the estsienals in this subject area, haven’t you?

      Répondre
      1. Andi

        I 'm good with this. Sori saved our bacon this year but I still hope he opts out. Can't say for sure if Mo is coming back, but that could have meant $29m tied up in 2 RPs. Th#&0at39;s just insane!

        Répondre
    2. cheap car insurance

      then they'd tax us after we pay for the essentials: food, heat, electricity, clothes,=================================In liberal Massachusetts the sales tax does not apply to food, clothing, and medicine.

      Répondre
    3. zweitwagen versicherung kfz huk

      Je dois me faire trop vieux ; les seuls noms qui me disent que chose ( y compris dans les commentaires) sont Sarkozy et DSK.Et comme je suis retraité, pas de stagiaire

      Répondre
    4. muriel

      Le masculin de djomba..c’est le pompier..une vraie bantou n’est rien sans son pompier..Lorsque monsieur commence à déconner, le pompier est toujours là pour remonter le moral

      Répondre
  30. PDS

    C’est une femme discrète et dont la famille a un taux de mortalité anormalement élevé si on considère le taux élevé de demandes d’assistance pour deuil.
    Loooooooool

    Répondre
  31. Tnjulius

    🙂 j’espère que tu as payé tes Castel. Chapeau bas.

    Répondre
  32. Frieda

    Quelles retrouvailles!
    Ah la télécommande à l’heure des séries de maman…
    Magistrale plume qui me fait souvent revenir
    sur « je suis Camerounais et Infidèle »
    La Njomba, la co-épouse que tout le monde connait
    Même pas une rivale Ichhhh!
    J’ai un casier de Castel pour toi
    Je dépose où? Juste pour t’aider à écouter
    ceux qui étouffent dans leurs foyers et vont
    chez Njomba à défaut de la terrasse du bar
    sous prétexte de respirer…
    Bon dimanche Nguimbis

    Répondre
  33. Martin Agbassou

    Wow!! Je ne voulais même plus que ça finisse. Excellent, ce billet. Très bien écrit. Et puis le contenu même, j’essaye de me persuader du contraire mais j’y arrive pas. On est souvent hypocrite. Haha mais quoiqu’il en soit, d’accord ou pas, je tire chapeau.

    Répondre
  34. Raymonde BOYOMO

    Super FloFlo! Bon retour avec les djombas…

    Répondre
  35. Charles Joel

    Quand c’est bon, c’est bon. Quand c’est vrai, c’est bon.C’est du bonbon ton kongossa.Courage!

    Répondre
  36. Anonyme

    j suis epuisée de rire….j »ai degusté chacun de vos billets…c trop top….gspr que tout ca est bien capitalisé. aaahhh vous ecrivez merveileusement bien….bcp de bonheur et succes a vous

    Répondre
  37. Rosie

    Je ne suis pas dacord avec toi les hommes marie doivent rester Fidel a leur épouses et laisser les femmes célibataire chercher aussi leur mari qaund l homme est marie il as déjà sa vie sa famille et toi la femme il va te bloquer toute ta vie tu ne vas pas te mariée même s il te donne tout l argent de ce monde mais quelque chose va te manquer merci et du courage

    Répondre
    1. Anonyme

      absolument d’accord. chacun a besoin de fonder son foyer. d’être stable. se coucher auprès d’une personne qui ne passe pas le temps à regarder l’heure pour des raisons évidentes…
      et par dessus tout, l’ETERNEL a crée le mariage pour le bonheur de l’être humain. la fidélité est une ordre divin.
      ceci dit, celui ou celle qui n’arrive pas à rester fidel « A UN PROBLEME!!! » et seul DIEU peut le résoudre.

      Répondre
  38. Pattchen

    Ngimbis, ékiéé, où est ton chat qui s’exclamait souvent « euye » là ?? il ne go pas au bar méditer avec toi ? lol

    Répondre
  39. Theophile HIOM II

    Je ne suis pas d’accord, heureusement! Le mariage, qui procure le bonheur malgré les difficultés de la vie, j’y crois. Les hommes et les femmes fidèles, ca existe encore, et pas parce qu’ils n’ont pas l’occasion de tromper. La base du mariage, c’est Dieu. Malheureusement, il est très souvent mis de coté…En tout cas, même si au fond nous avons des divergences, ta plume en revanche Florian, est toujours aussi admirable. Keep it up.

    Répondre
    1. Anonyme

      éffectivement cher Théophile la base du mariage, c’est DIEU; lui qui a les projets de bonheur pour nous et non de malheur.

      le mariage a été crée pour la joie de création que nous sommes. par conséquent, la personne qui ne s’y sent pas heureux a un sérieux problème. et ce problème ne peut venir que de la personne elle même et non de DIEU.car DIEU ne se trompe pas.

      Répondre
  40. Anomyn

    La douleur de la realite etait si forte ke Mr. JOSEPH n´a pas payer tes bieres…

    Répondre
    1. Anonyme

      c’est peut-être la réalité mais pas la vérité car la vérité c’est ce que dit DIEU. la vérité c’est ce qu’il pense.

      DIEU ne s’est pas seulement contenté de créer le monde; mais il a également mis la notice de la vie à notre disposition.

      si l’on mène sa vie selon les règles divines, les instructions du créateur, on ne peut être q’une personne heureuse. et si l’on fait le contraire, c’est évident que le malheur vous attend sur tous les plans.

      Répondre
  41. Yannou

    Normalement il devait te laisser 3 castel chez le barman ce Mr. Joseph!!! Moi j’y adhère complètement.

    Répondre
  42. Roger

    Ndjombaisera bien qui njombaisera la dernière car quand deux ndjomba finissent par se rencontrer une se met en vitesse…lol

    Répondre
  43. Enzo

    Article relaye abondamment qui declenche le fou rire ou la sueur froide selon les combats interieurs du destinataire…

    Superbe plume qui depeint avec sarcasme le malaise de cette societe faite d’une agglutination de demi verites: les hommes qui dissimulent leur « famille parallele’, leurs epouses qui jouent a l’autruche et les djombas au theatre d’ombres chinoises.

    Merci Florian

    Répondre
  44. René NGUIMFACK

    Comme je disais ce matin, le sevrage était très dur pour moi!!! Enfin je peux rire en lisant une belle écriture et un bon texte!!! En plus fort à propos de notre société!!!

    Répondre
  45. ML de l'air

    morte de rire
    bravo tu as une belle plume

    Répondre
  46. BabaMoussa

    Ngimbis, je paie tes Castel ! 😉

    Répondre
  47. ron weasley

    mdr mdr mdr
    le roi du cameroun. haha
    chapeau le kongosseur. peace

    Répondre
  48. EsopeLilyan

    Ta fine plume détruit tout sur son passage.
    Tu dépeints la société camerounaise avec beaucoup de classe et de finesse.
    Même si une njomba voudrait te gifler, elle n y arriverait pas.
    Il faudrait penser à regrouper tous tes posts sous forme de livre de poche
    comme cela tu auras les sous pour te payer toutes les castels que tu souhaites.

    Répondre
  49. Anonyme

    très belle plume, mais la prochaine fois parle nous du contraire ou du moins le masculin de ndjomba question d’équilibrer les choses quoi

    Répondre
  50. cbakogmen@yahoo.fr

    très belle plume, mais la prochaine fois parle nous du contraire ou du moins le masculin de ndjomba question d’équilibrer les choses quoi

    Répondre
  51. Leatrice

    I’m not easily imeserspd but you’ve done it with that posting.

    Répondre
  52. Steeve

    Pas beaucoup de choses à dire juste que tu a une main d’écriture très original ce mix entre langue francaise et langue du  »Mboa » est juste magnifique

    Répondre
  53. Bana Barka

    Belle chronique, avec la même qualité d’écriture. J’ai lu quelque part un internaute qui te conseillait de faire ces chroniques à la télé. C’est une idée à creuser. Une belle chronique bien corsée (même mensuelle)dans une chaîne locale, ce serait un régal.

    Répondre
  54. Dr Arthur OWONO

    Apo’o! Tu es maudit!
    C’est possible d’avoir plusieurs bureaux…

    Répondre
  55. David Ndo

    Très belle plume! J’ai tellement ris que je vais recommander le lien à des amis.
    Que dire de plus… JE SUIS BANTOU!! ah ah ah

    Répondre
  56. http://www.carprotection.myfreeip.me/

    Madaâââme, Niko i’ fait rien que m’envoyer des trucs cochons et pis grossiers. Faut le mettre en retenue et puis lui donner plein de travaux supplémentaires et de lignes ? copier pask’il est vréééééééément vréééééément pas gentil. (Mode regard chat potté dans Shrek, pupille humide et cils en action). Snif snif.

    Répondre
  57. Chris

    Chapeau !!!

    Répondre
  58. Fifi.r

    Hahahaha…..i m dead.bonjour de stockholm

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.