Je suis camerounais, je suis francophone

londres, jeux

La délégation camerounaise aux JO de Londres. Ils étaient comme vous, vous serez bientôt comme eux

En ce dimanche, j’ai une pensée pour les athlètes, artistes officiels et autres représentants de la délégation camerounaise aux Jeux de la Francophonie, qui ne rentreront pas au pays à l’issue de la compétition.

Pourquoi ? Mais parce que je sais que vous allez fuir. Je sais que vous allez disparaître. Ne me dites pas que je mens, on se connaît.

Ah ! Vous êtes bien les seuls à aimer ces organisations d’un autre âge et dont nous autres on interroge la pertinence : le Commonwealth, la Francophonie.

Vous les athlètes, vous les adorez. Je vous comprends, parce que les jeux organisés par ces deux entités sont l’une des plus grosses filières d’immigration plus ou moins légale en ce moment. A quelque chose, inutilité est bon. Bon, il y a aussi les journées mondiales de la Jeunesse hein ? Mais bon, on ne parle pas de religion aujourd’hui.

Ah ! Les gars, cette année vous êtes servis ! La France ! Nice ! La Côte d’Azur. Un décor de rêve, qui prête à la fuite. Une température idéale pour s’esquiver, pour nyongo, pour piak, pour « tracer », pour « tailler », pour « fendre », pour entrer dans les sissonghos niçois.

On vous a confisqué vos papiers à l’arrivée ? Et alors ? Vous savez, techniquement, en entrant dans la clandestinité, vous deviendrez des sans-papiers, donc ils ont anticipé. Et puis hein ? Si on vous chope, il vaut mieux qu’on ne vous retrouve pas avec votre passeport couleur ndolè qui vous ferait rapatrier à Nsimalen. Oui, il vaut mieux être rapatrié au Sud Soudan, en Mauritanie ou au Niger. Ici au pays, on on ne voit pas d’un bon œil les anciens mbenguistes revenus trop tôt et sans rien.

Je vous préviens. Ne perdez pas le sens des réalités. N’allez pas là-bas faire la fête comme des gens sans soucis. Hier déjà je vous ai vu gigoter ça et là comme des insouciants. J’ai tapé dans mes mains en criant : « yemalééééé ! Les gars-ci savent même d’où ils viennent ? ». Vous venez du Cameroun hein ?!! Vous voulez revenir ici sauter dans les bacs à sable ? Jouer au foot dans le champ de patates national à Mfandena ? Hein ? Les musiciens là, vous voulez revenir, renouer avec le goût acre de la piraterie ? Danser au tango diabolique Ministère de la Culture-Socam-CMC ? Vous voulez vraiment revenir vous enfermer dans cette boîte de pandore qu’est le Cameroun en matière de politique culturelle et sportive ?

Je ne vous force pas hein ? Je vous demande seulement de bien peser le pour et le contre.

Au lieu de danser dans les rues, d’aller faire les fous sur la plage ou poser sur la Promenade des Anglais, repérez d’ores et déjà des détails qui vont vous servir. Le prix du tapioca (en espérant qu’ils en vendent là bas hein ?), les réseaux de plonge, les tuyaux pour se faire recruter comme éboueur. Cherchez tous ces petits métiers qui vont vous aider, et triez les petites annonces en fonction de vos capacités. Les musiciens par exemple, allez dans le métro, voyez comment vous allez gérer le monopole des roumains, cherchez de nouvelles formes d’expression, réinventez le truc, soyez camerounais quoi !

Repérez les flics, la couleur de leurs uniformes (petit problème, vu que ce sont eux qui livrent les nôtres), leurs habitudes, les trajets sur lesquels un noir se fait invariablement interpeller, c’est important.

Pour la langue c’est bon. Vous êtes en terrain linguistique connu. Pas comme les amis qui ont disparu à Londres, lors des Jeux olympiques. Quoi ? Le Cameroun est bilingue? A d’autres, on sait tous qu’au Cameroun, les francophones parlent français et les anglophones parlent anglais. Si c’est ça le bilinguisme alors, je suis d’accord, notre pays est bilingue. Dans votre cas, vous n’aurez pas de problème pour demander votre chemin, ou savoir combien on paye un clandestin au noir, ah ! Que c’est beau la Francophonie!

Juste quelques conseils les gars. Ne vous dépensez pas durant la compétition. Là où vous allez, une médaille ne vous servira à rien, ici non plus d’ailleurs, vous n’êtes pas les Lions du foot. C’est d’ailleurs du toc. Ménagez-vous, soyez rationnels avec votre métabolisme. Après les sept jours de jeux et de bombance viendront probablement sept ans de galère et de restrictions. Soyez prêts ! Passez en mode survie, bon ça aussi c’est pas difficile, ça devait déjà être le cas, quand vous étiez ici. Oubliez juste la Castel, la 33 Export et la Guinness, pour le reste, ça va aller.

J’espère à ce propos que vous avez fait provision de pâte d’arachide et de mintumba. C’est nécessaire pour les premières semaines. On ne va pas en guerre sans munitions hein ?

Si vous changez de nom, veillez à nous envoyer le nouveau. Bah oui, le nom de l’expéditeur est capital lors de la réception d’un mandat express Union. Car, vous comptez bien nous envoyer des sous non ?  Non, pas maintenant, pas du tout, je voulais dire, le temps de vous vous fondre dans le décor, de vous  adapter quoi !

Bonne chance les gars. Et si vous aviez prévu d’attendre les prochains jeux dans quatre ans pour vous éclipser, je préfère vous dire qu’ils auront lieu en Côte d’Ivoire hein ? Et même si j’aime bien mes amis ivoiriens, autant dire qu’abandonner le kouakoukou, le ndolè, le tampico pour l’attiéké, ou le kédjénou ne vaut pas le coup. Autant rester chez nous, à Ongola.

Bon, on reste à l’écoute des médias. Dans l’attente des premières fuites nouvelles.

J’allais oublier: Air France vous dit merci d’avance pour les prochains sièges libres sur ses vols que vous auriez dû prendre.

Peace!

P.S. : Ci-joint, une carte de Nice. Au moment d’envoyer les mandats ne dites pas que je n’ai contribué en rien à votre entreprise hein ?

 

14 Commentaires

  1. salma Amadore

    ils liront ça et j’espère qu’ils ont tout noté hein, le nouveau nom, le nouveau sexe, tout ça bon on attend les nouvelles

    Répondre
  2. Clesh

    c’est entre nous-nous

    Répondre
  3. Africando

    Un tuyau que tu as oublié de filer à nos amis: le Cameroun est un pays réputé hostile aux homosexuels.

    Vous voulez l’asile politique? Faites-vous passer pour un homosexuel maltraité dans son pays d’origine. Ça marchera sans doute mieux que si vous allez raconter que vous êtes opposant en danger, que Paul Biya en personne vous en veut et que vous êtes en danger de mort dans votre pays.

    Répondre
  4. Aris Tchoukoualeu

    hehehe, bien vu, je me demande si on doit en rire ou en pleurer. c triste quand meme

    Répondre
  5. Pingback: Je Suis Camerounais, Je Nyongo | Mboaland Le Web Magazine

  6. serge

    ahhahahaa, en RDC on appelle ça le « ngunda »… Changement d’identité, puis il faut inventer une histoire du genre que sa ville a été brulée par des rebelles…

    Répondre
  7. Boubacar Sangaré

    Oui, toujours Florian! Caustique.

    Répondre
  8. Aly COULIBALY

    Mon gars, tu as ici raison à 100pour100.

    Répondre
  9. Charles BAIMEY

    Grand, je me suis éclaté!!!!
    Tu a tout juste et comme impossible n’est pas camerounais, je crois qu’ils suivront tes conseils qu’ils avaient déjà bien prévu de faire!
    Les bonnes forêts de Ongola, Kika et de tous l’Est les manqueront certainement, mais ils ne risqueront pas de se laisser faire débarquer de si tôt à Nsimalen!
    Et puis vraiment, même si les Ivoiriennes que nous sommes n’avons pas le « makabo » des camerounais, je crois qu’il ne vaut pas la peine de  »caler » chez nous ici!

    Ce fut un véritable plaisir de lire ton post!

    On est ensemble!

    Répondre
  10. franck

    Mince, trop bien dit meme.
    mais florian, c pa serieu ce que tu fais, j’espère toujours te rencontrer autour d’une castel, c’est moi qui paye, appel mw 74135635, j suis encore a ongola
    peace

    Répondre
  11. Y2N

    « Je suis camerounais, je suis francophone » me fait penser à une tirade du Cid : « Nous partîmes cinq cent…. »

    Mais ce sont les congolais qui ont (vite ou tout) compris. A peine leur prime de 1000 euro touchée, dix d’entre eux se sont fait la malle comme le relate Jeune Afrique : http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130909130520/francophonie-rdc-jeux-de-la-francophonie-nicejeux-de-la-francophonie-dix-sportifs-congolais-se-font-la-malle.html

    Répondre
  12. Pingback: Lettre ouverte aux éditeurs français: pourquoi vous devez m’embaucher… maintenant! | Carioca Plus

  13. tiptop

    P’tain comme on dit chez moi, t’écris fichtrement bien !

    Par rapport aux problématiques de l’émigration, je t’invite à lire mes contributions et à réagir, ton avis m’intéresse. J’aimerais que des français te lisent.

    http://blogs.mediapart.fr/edition/immigration-un-autre-regard/article/051013/la-tragedie-de-lampedusa-pourquoi-les-africains-cherchent-venir-en-europ

    http://blogs.mediapart.fr/edition/immigration-un-autre-regard/article/021013/les-effets-nefastes-de-la-politique-de-fermeture-des-frontieres-en-europ

    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-tragedie-de-lampedusa-pourquoi-141804

    Ongola me manque !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.