Lettre au Roi du Cameroun « Majesté, libère ma libido »

Une amie, une liane, une Gazelle. Photo Florian Ngimbis

Une amie, une liane, une gazelle. Photo Florian Ngimbis

Tu vas sûrement te demander « ce petit il veut même quoi avec ses lettres là ». Majesté, quand j’écris aux puissants, c’est parce que je veux leur parler mais j’en suis incapable car ils sont bien trop inaccessibles pour les petites gens comme moi. J’ai écrit sur ce blog à DSK, au Directeur de la Camerounaise des Eaux et même à ce bon vieux Obama. Mais là, je me suis dit qu’il faut que je m’adresse à toi car l’heure est grave.

Tu sais que j’aime les lianes. Avec la Castel, c’est l’une des dernières choses qui vaille encore le coup dans ce Yaoundé, mais les femmes aiment les hommes puissants et moi, la gestion de ce pays me rend peu à peu impuissant.

Tu sais, à Yaoundé on pratique l’œcuménisme sexuel, one people, one love, one sex. Pourquoi trier, quand elles sont si belles les Eve de l’humanité.  Mais cher Roi, si ça passe encore avec les camerounaises je me rends compte qu’avec les étrangères, les autres, ça devient compliqué d’assurer.

Assurer face à une liane locale est déjà un impératif, mais avec une liane étrangère c’est pour moi une question de fierté nationale, qui malheureusement tourne trop souvent en ma défaveur, donc celle de tout un peuple.

Petit exemple Majesté : tu essayes de l’appeler, mais c’est un mardi, le jour maudit où les deux vampires qui nous servent de société de téléphonie organisent leur Sassayé, leur Njoh machin, des promos débiles qui cachent mal les prix surélevés et la déplorable qualité du plateau technique en matière de télécommunications dans ce pays. Conséquence : réseau saturé.

Et puis tu te dis, tiens il y a Internet, il y a Skype, je vais parler à la liane en direct, mais tu te réveilles vite. Chez Camtel, quand il y a Internet c’est suffisant. Pour la stabilité du débit, faut repasser. Coupures, voix robotique, si tu n’es pas content, tu peux aller te détendre lors de leurs spectacles comme le dernier en date, payé j’en ai peur par le contribuable. Singuila… Comme si Petit Pays était mort Majesté…

Ta liane, tu lui parle enfin au milieu des coupures et vous convenez d’un rendez-vous. Et après une soirée arrosée (au moins la Castel ne fera jamais défaut dans ce pays) départ annoncé, sauf qu’il a plu, oh mon Roi!

Rue menant chez toi. Pas d’éclairage public -pas de lumière dedans et on en met dehors ?. La go serre son sac comme si c’est toi qui allait l’arracher. Florian tu es sûr que tu veux pas qu’on aille chez moi ? Tu ris jaune, à cause du patinage artistique dans la boue collante, parce que tu es énervé. Non ! On continue !

Bah ! On fait comme tu veux. C’est le Cam’roun, c’est ton pays. Elle le dit « gentiment », pour détendre l’atmosphère. Tu serres les dents et surtout, tu stresses.

Chez toi.

Tu appuies l’interrupteur, en stressant. Ouf !  il y a l’électricité. Le câble est coupé, il  n’y a pas de câble parce qu’il a plu.

Les américains d’AES ont pitié de toi, ils te laissent te déshabiller puis  contempler la sculpturalité de la liane et puis tchak ! Le noir complet.

Bah ! C’est le Cam’roun, c’est ton pays.

Tu stresses.

Tu n’oses même pas proposer une douche. Tu sais que tourner le pommeau de ta douche est plus stressant que la roulette russe et surtout il y a le fameux théorème: « il n’y a pas d’eau parce qu’il n’y a pas d’électricité ».

Tu passes en mode vision nocturne, et tu essayes de justifier le seul cliché sur le camerounais qui soit vrai (pour moi hein ?) mais là encore tu as accumulé tellement de stress et de frustration que dans l’obscurité de la pièce au lieu de deviner les formes d’une liane, tu imagines les marocains de La camerounaise des eaux dînant autour d’un feu noir, entretenu par les américains de AES, avec les camerounais de Camtel tapant dans leurs mains pour encourager un Singuila chantant «♪ ♪ Bah c’est le Cam’roun, c’est ton pays ♪ ♪ » avec son faux air de crooner des banlieues. Du coup mon roi, j’ai honte de l’avouer, mais je suis victime de ma phobie : l’effet spaghetti cuit.

Oh sacrilège Seigneur ! Le vert rouge jaune en berne, l’étoile jaune avachie, ton serviteur incapable de redorer un blason dont on se demande s’il a été doré un jour. Et ensuite la phrase qui tue et te donne des insomnies : bah ! C’est pas grave… Renonciation, européanisation de notre on va faire comment ?

Mon roi, dans ces moments-là, mes nuits d’habitude ensoleillées sont de longs monologues intérieurs. Des monologues dans l’obscurité, dans le silence, sans le tap… tap… rassurant d’un robinet qui fuit.

Oui dans ces moments-là je pense à ce que je ne suis pas arrivé à faire à la liane mais surtout à ce que tes amis et toi avez fait de ce pays.

Je suis comme toi Majesté, je voudrais rester au sommet pendant longtemps, mais à ce rythme, je vais vite déchanter. Je n’aime pas la défaite, peu importe le type de match.

Tu n’es certes pas responsable de tous les errements de ta Cour, mais bon, je ne vais pas non plus céder au syndrome Ateba Eyene : tout le monde est coupable, sauf le Roi.

Je ne veux pas de poste, pas de soutien, pas d’aide, je ne veux même pas intégrer le parti-Etat, le Rassemblement Des Prédateurs Camerounais, je veux juste que tu frappes du poing, de la canne ou je ne sais quoi sur la table ou la tête de quelqu’un et que ce foutu se remette à marcher comme un Etat gouverné !

Je ne veux pas le sassayé, je ne veux pas le njoo’h, je ne veux pas le gratuit, je veux juste que les services qu’on retrouve dans un pays normal soient opérationnels et je payerai !

C’est mon  pays, ce sont ses tares, mais tu en es aussi le Roi et il faut me dire. Me dire si je dois aller moi-même creuser un puits pour avoir de l’eau, lancer ma compagnie d’électricité, mon propre réseau téléphonique, ma propre route. Dans ce cas, à quoi tu sers ? Hein ? Je demande seulement, te fâche surtout pas.

Le pire hein Majesté, c’est qu’avant ça m’arrivait seulement avec des lianes d’outre-mer, tu sais, celles qui sont en mode safari chez nous. Mais même les lianes d’à côté ici, les africaines commencent à me sortir la phrase maudite. Oui, pendant que tu on dort, ça avance ailleurs, et cet ailleurs n’est pas toujours celui qu’on croit.

Sauve, mes nuits, sauve ma libido, mes journées sont déjà assez compliquées comme cela. Pourquoi je te dis ça ? Bah c’est le Cam’roun, c’est ton pays aussi non ?

Peace bien aimé Roi-Lion!

Ton éternel sujet, Florian NGIMBIS.

17 Commentaires

  1. D'Oliveira Eva

    Tu as toujours le mot juste Florian 😉

    Répondre
  2. Aristide Tatow

    Peace

    Répondre
  3. le FLIC de ...

    bien dit!!!
    mais la prochaine fois, concentre toi sur l’objectif…lloll

    Répondre
  4. Bertrand Wéga

    Du coup mon roi, j’ai honte de l’avouer, mais je suis victime de ma phobie : l’effet spaghetti cuit. ——————————–>>> Excellent !!!

    Répondre
  5. Mami

    J’ai mal comme toi, Florian. Tres mal. Il suffit d’aller dans les autres pays africians mal lotis mais qui avacent,pour se rendre compte du retard que nous avons: Benin, Togo, Burkina, etc. On se demande a la fin mais ce Cameroun tant respecte a-t-il vraiment existe? Ils venaient chez nous pour s’instruire, c’est notre culture qu’ils consommaient (le makossa etait connu dans toute l’Afrique subsaharienne), les institutions internationales en Afrique etaient remplies de camerounais: UA (ex-OUA), OMS, UNESCO, etc.
    A present essaie de dire que tu es camerounais: tu as besoin de visa ou les autres africains n’en n’ont pas besoin, et meme pour l’obtenir c’est le parcours du combattant, certains pays preferant le Gabon ou le Nigeria; a la douane, tu es fouille plus que les autres, ce que tu dis n’a aucune valeur car camerounais=corrupteur, voleur, escroc, j’en passe. C’est l’heritage de Sa Majeste

    Répondre
  6. ninasky

    je me retiens pr ne pas écraser une larme. c’est bien triste tout cela. un pays où rien ne marche, rien!!! on se demande bien à quoi sert ce bon Roi et son royaume!!! Poor Cameroon.

    Répondre
  7. Olivier

    Le courant est alternatif ( dans le vrai sens du mot) au Cameroun 😉

    Répondre
    1. Patrick BODEVIN

      Ah! bien « Le courant est alternatif ( dans le vrai sens du mot) au Cameroun »
      et tellement vrai…

      Répondre
  8. christian mack

    Tu as toujours le mot et la syntaxe juste pour décrier les tares du système floriant et c’est bien. Le Roi ne va jamais sauver ta libido pcq il nen a plus donc il se divertit en laissant libre cour à notre xploitation… C’est dur, c’est difficile à comprendre mais c’est la triste réalité…

    Répondre
  9. christ junior says

    bon billet florian .esperons un avenir meilleur pour le cameroun .

    Répondre
  10. Ernesto

    j’aime bien le ton et le style, en tout cas je vais citer une de tes réflexions sur mon facebook !

    Répondre
  11. Limoune

    Excellent, je serai ravi que le « Roi » réceptionne ça ! Si ce n’est pas le cas, pense à écrire sa missive-retour.

    Répondre
  12. Rowyy2

    Si vos lianes blanches vous ya mo, elles doivent aussi Ya Mo votre pays. Quitte à Faire comme la liane du Rabby Petit-Pays. Elle a préféré vivre son mariage à distance, juste parce que ce qui est censé être normal relève de l’extra-ordinaire au Cameroun…

    Répondre
  13. david

    Si c’ est pour ton libido qu’on régle la situation.C’est pas la peine hihihihihihihihi!!!!

    Répondre
  14. Lulo

    Ngimbis, la torpeur d’août s’est emparée de toi ? Il ne se passe plus rien de blogable dans ton Cameroun ? On s’ennuie, on dépérit, on désespère sans nouvel article… Tu n’oublierais pas tes lecteurs assidus, hein?!

    Répondre
  15. Francis ewakane

    Ecoute ton fidèle sujet,Ngimbis, O grand Roi!

    Répondre
  16. Diop

    Amusant et encore une fois bien a propos tant c’est la realite.
    On peut meme dire que dans ce pays la caricature a rejoint la realite!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.