Je suis camerounais, mon sang est vert, rouge et jaune

237 forever! (Crédit photo: Florian Ngimbis)

237 forever! (Crédit photo: Florian Ngimbis)

J’étais tranquillement assis dans un bar samedi soir lorsque mon téléphone sonne : une vieille amie vivant en France : « Florian tu dors au premier banc ? Tu n’as pas appris que la TSR a diffusé un documentaire qui souille le Cameroun? ».

Mon cerveau, baignant dans la quiétude engendrée par les vapeurs de Castel a ramé dur. TSR ? Trinquer Saouler et Rentrer? ? Non ! TSR la Télévision Suisse Romande devenue RTS. Ah… Je me suis souvenu de cette chaîne bizarre qui n’existe pas sur mon câble mais dont on voit parfois un journal vers une heure du matin sur TV5. Le genre de chaîne que personne ne regarde quoi.

Le topo est simple. Des journalistes de la TSR en séjour au Cameroun font un reportage : « Cherche blanc à marier » dont la quintessence est : les camerounais veulent tous aller en Europe et ce, par tous les moyens. Faux papiers, arnaque aux sentiments, mariage blanc, mariage forcé etc… Voici des exemples.

Personne ici ne regarde la TSR (pour regarder quoi?), mais il ya Internet et depuis que le documentaire a été publié sur la toile, les réactions indignées des camerounais affluent.

Mes lecteurs me font des mails ou m’appellent. Gars ! Dis quelque chose ! Dis ta part de vérité !

Mince ! C’est flatteur de savoir qu’on est un leader d’opinion hein ? Mais de quelle opinion on parle ? Chez nous au pays cette histoire de reportage est presque inconnue. Big Mop le pasteur est mort dans le feuilleton Les déballeurs. Qui va laisser un pareil suspense pour aller regarder la TSR ?

Et quand je dis regarder, c’est sans compter le débit de Camtel qui même quand il est bon, souffre d’instabilité chronique.

Trêve de rigolade. Comme l’a dit mon ami Loïc Nkono, quand on regarde ce reportage, on hésite entre deux attitudes : rire ou pleurer.  Je l’ai regardé. Je ne veux vraiment pas revenir sur la légèreté de traitement du sujet. Cette tendance à généraliser, ces raccourcis et le parti pris évident. Je constate juste que mes amis suisses ont un problème hein ? Oui, tout en écrivant, je viens de me souvenir qu’il y a quelque temps déjà, la même TSR, relayée par des médias français avait fait son ouverture de journal sur une histoire de 6 étudiants suisses « menacés de mort au Cameroun » et rapatriés en urgence. Au final, il s’agissait de six jeunes gens qui s’étaient fait braquer dans leur hôtel à Limbé. Ouvrir le journal avec ce genre de fait divers, y a pas à dire, il ne se passe rien dans la Confédération.

Les gens me parlent de manipulation de l’opinion en vue d’un vote dans quelques jours. Personnellement je m’en fiche, mais je tiens juste à souligner que c’est à cause de reportages pareils qu’on nous regarde de haut dans les services consulaires, c’est à cause d’âneries pareilles qu’on affronte la condescendance de moins que rien dans les aéroports, qu’on doit se battre deux fois plus que la normale car venant d’une certaine destination. Ce genre de reportage participe de l’étiquetage d’office dont on est victime outre-mer juste pour une histoire d’origine.

Mais la rage, la vraie que j’ai ce matin concerne les camerounais eux-mêmes. Mes « frères ». Derrière ses airs de scripted reality (vous savez, les séries bidon qui passent le matin sur France 2 et M6) ce reportage met en scène qu’on le veuille ou non une vraie crise qui sévit dans la société camerounaise. Une crise liée au manque d’espoir, à la perte des valeurs et à l’obscurcissement de l’horizon de tout un peuple.

Oui on a un vrai problème avec cette histoire de départ.

Je ris quand j’entends certaines personnes dire : éduquez les camerounais ! Arrêtez de leur faire croire que c’est facile ici en Europe. Je ris vraiment. C’est facile où ? Au Cameroun?

Allez dire à un bendskinneur de Ndokotti que ce n’est pas facile en Suisse.

Allez dire à un étudiant que les amphis de Ngoa Ekellé sont plus accueillants que ceux de l’université de Genève.

Cherche blanc à marier ? Je ris.

Tous les jours je vois des amis, des voisins partir, des jeunes gens aller à l’aventure. Tous les jours moi je regarde :

Etudiant cherche fac blanche

Footballeur cherche club blanc

Enseignant cherche université blanche

Chercheur cherche laboratoire blanc

Ecrivain cherche maison d’édition blanche

Musicien cherche producteur blanc

Toutes nos étoiles brillent loin du ciel qui les a vues naître.

Si je devais montrer au monde cette « obsession » du camerounais pour l’étranger, je ferais mieux que la TSR en termes de traitement et d’objectivité, mais je ferais pire en termes de voyeurisme. Oui. Il ya de la merde à remuer et elle ne se cache pas. Trente ans de Cameroun (mon âge) et j’en ai vu des choses. J’ai vu mon pays doucement sombrer du côté obscur. Je comprends que ça choque, mais au-delà de la caricature, le malaise est profond. C’est cette sensation de vérité dans la subjectivité qui fait mal dans cette histoire. Mais chez moi on dit : quand l’enfant soulève le pagne de sa mère, même s’il se fait fouetter ensuite, ça n’enlèvera rien au fait que les yeux ont vu.

Il faut comprendre : les rêves d’un camerounais vivant au Cameroun ne sont pas parsemés de croix helvétiques. Non, c’est le vert rouge jaune qui nous fait faire des cauchemars. On ne rêve pas de Suisse ni de France, on essaye juste de se sortir du cauchemar qu’est devenu ce pays. C’est une conséquence, pas un choix.

Les camerounais ne sont ni plus bêtes, ni plus intéressés, ni plus vénals que quiconque. Ils reproduisent juste le réflexe de survie d’une bête acculée au mur : se battre jusqu’au sang pour s’en sortir.

Si tu refuses le sein à ton enfant, il ira téter celui de la voisine. (Proverbe valable pour le mari).

Oui c’est l’hémorragie. Même le cacao camerounais cherche confiserie suisse pour produire le plus délicieux des chocolats. Et au lieu de lancer l’industrialisation qui relancerait l’emploi en même temps que notre économie et éviterait qu’on n’exporte que de la matière première, notre Roi, et sa cour eux aussi cèdent à la tendance et passent la plupart de leur temps dans les palaces helvétiques. Sûrement pour ne pas être très éloignés des comptes bancaires qui regorgent des milliards de leur retraite (si retraite il ya un jour). Anecdotique, mais l’exemple vient d’en haut comme on dit chez nous.

Certains me diront que je fais dans le mélange des genres, qu’on parle d’un malheureux reportage. Moi je dirais, mais l’enjeu est là ! Lorsque des Etats rapatrient des ambassadeurs à cause d’un mot mal placé, que ces Etats refusent de corriger deux lignes dans un manuel d’histoire, lorsqu’ils refusent d’entendre nommer leurs « ennemis » dans les discours de leurs invités, lorsqu’ils frôlent l’incident diplomatique pour une histoire de statue déplacée, l’enjeu va bien au-delà de ces prétextes ! C’est la bataille du développement. Les Sud américains et les asiatiques ont réussi à faire bouger l’axe Nord-Sud, mais curieusement les Etats africains (certains) restent à la traîne. Le reste du monde continue d’alimenter les clichés sur nous, de nous présenter comme le trou du cul du monde, peuplé de singes dont le rêve est de descendre de leur cocotier pour squatter la « civilisation » là bas chez les autres, les « Blancs ». Je ne sais pas ce qui est pire : que certains y croient ou alors qu’on ne puisse démontrer que c’est faux.

Le Cameroun est le meilleur élève de la France. Dixit notre Roi. Oui nous on en est là.

Dis-moi à quel prix tu te vends, je te dirai combien je t’achète.

La dignité est le dernier bien du pauvre. J’ai mal de voir mes frère céder la leur, si facilement, sous le prétexte de la pauvreté. Mais chaque fois qu’un stade européen hue et insulte Eto’o, Drogba ou n’importe quel autre joueur africain en raison de son origine ou de sa couleur, pendant une soirée, la pauvreté change de camp.

L’espoir dans tout ça ? C’est que le camerounais se bat et malgré les difficultés, les lignes commencent à bouger. Peu de médias parlent de cette tendance de plus en plus forte de compatriotes qui choisissent de revenir. Souvent bardés de diplômes, et la tête pleine de rêves et d’idées pour leur pays. Une tendance décryptée dans cet excellent billet de mon amie bloggeuse Chouchou Azonto. Une tendance incomprise par qui ? Les camerounais ! Hein? Ngimbis ! Mon frère ! Tu es rentré faire quoi ici ? Je ne compte pas le nombre de fois où on m’a posé la question.

Dommage pour ceux dont le premier contact avec le Cameroun sera ce reportage. Il est mauvais et biaisé, il véhicule une part de vérité : on a des problèmes chez nous, comme partout ailleurs. Mais il n’est pas représentatif de notre pays. Moi je suis représentatif de mon pays. Tout au moins j’essaie de l’être tous les jours en faisant au mieux ce que je sais faire : écrire, chose apprise à l’école publique, dans mon pays. Si vous me lisez et appréciez mes écrits, c’est que tout n’est pas pauvre, bête, ignorant et intéressé dans ce pays. C’est ma part de pierre à l’édifice Cameroun et partout dans le monde des millions de mes compatriotes font pareil.

Je suis fier de vous écrire ce billet depuis Yaoundé, Ongola, la ville aux sept collines. Corrompue ? Elle n’est pas la seule. Dangereuse ? C’est à voir. Mais une chose est sûre, j’y suis, j’y vis et je compte réussir ICI. La Suisse, j’y vivrai un jour, un an, dix ans peut-être, on a tous le droit de s’installer où on veut… Mais le Cameroun mon #237 c’est forever !

Peace la famille !

 

 

31 Commentaires

  1. Esty

    Very beautiful cher ami, et very true…

    Big up!

    Répondre
  2. massem lucien

    L’importance du sujet abordé m’a fait oublier la tasse de café que j’étais entrain de déguster! c’est pas du café suisse hein! c’est du made in camer! Mince!!! je n’ai bu que la moitié de son contenu et l’autre moitié est déjà froide et insipide. Du coup, je me demande si cette tasse est à moitié vide ou à moitié pleine. je pense qu’elle présente les deux caractéristiques. C’est ce que ce Kongossa vient de m’apprendre!

    Répondre
  3. GM

    Comme je l’ai dit sur G+ résoudre le problème du Cameroun commence par arrêter de se fixer sur le Cameroun exclusivement.

    C’est un problème africain. Parlez des autres africains qui apportent l’excellence au monde depuis l’Afrique, comme mes brillants amis de http://kilifori.com! L’Europe de 1939, c’est la guerre répétitive et terrible. L’Europe moderne, c’est la coopération et la richesse. Coopérez, coopérons… c’est un peu facile de toujours accuser (même si il y a une très grande part de vrai) le Blanc. Bref, si tu veux me flamer en live, go Google Plus!

    Et faites de la publicité pour les business africains de qualité!

    Répondre
    1. jiz ndjouli

      moi je suis camerounais avant d’être Africain comme tu es Français avant d’être Européen ,je pense qu’il est meilleur d’abord de résoudre les problèmes de son pays avant de intéresser au continent .

      Répondre
  4. Chantal EPEE

    J’ai apprécié ce point de vue. Merci

    Répondre
  5. serge

    J’ai vraiment apprecié cette belle reflexion, je crois que tu es dans ton rôle et je t’ai trouvé très juste dans ton raisonnement. Cependant, je veux soulever certains aspects non négligeables de la question. En Europe, en Amérique ou Brésil, les gens ont accès aux soins médicaux de qualité, parfois sans payer comme c’est le cas au brésil et à Cuba. J’ai une amie qui a été recemment diagnostiqué d’un cancer qui l’aurait tué si elle était en Afrique, ici elle fera sa chirurgie gratuitement. A cuba c’est encore mieux. Ici, il y a les égouts, ce qui reduit considerablement les risques de maladies. Les étudiants ont des bourses d’étude meme en licence. Si il y a une coupure d’électricité et que des appareils sont endomagés la société d’electricité paye la réparation (cela m’est arrivé). Ne parlons pas de l’esperance de vie qui au congo est de 45 ans pour les hommes. Au Brésil c’est 69 ans pour les hommes.
    Mais tu as touché à un point essentiel en parlant du manque d’espoir pour les jeunes qui sont castrés de leur avenir…
    Les premiers responsables pour moi sont les Biya, les Kabila, les Faure Eyadema et les Sassou Nguesso.
    Je ne fais pas d’hypocrisie pour dire qu’en Afrique c’est mieux. C’est faut! On bosse dure aussi ici, mais on voit le bout du tunel, c’est jsute une question de patience, je termine mon master ou mon doc et j’ai mon boulot et mon salaire est multiplié par trois.
    Abraços!

    Répondre
  6. Christian Mack

    Florient je suis tout à fait d’açord avec toi pcq justement le fait d’admettre que chacun de nous rêve d’aller en europe est vérifié (pck ce pays n’est pas facile) mais c’est encore plus encourageant pcq nous qui restons ici, au delà des habitudes culturelles et ethnique aidons à faire avancer les choses, à changer les choses, et à changer le système… Moi je dis toujours une chose: nous n’avons pas tout ce que les occidentaux ont, mais ça viendra et nous en créeront. Big up à toi florient…

    Répondre
  7. Littlebouddha

    Interessant
    Je veux juste dire que l exemple vient d en haut
    Quand le president passe plus de temps en Europe que n importe quel dirigeant africain que voulez vous que pense le peuple?

    Je suis juste heureux de voir que les suisses pour une fois oublient les millions qu il laisse a l Intercontinental et autres ecoles de ses enfants et font un reportage a charge. ?…ou sont ses amis a Mr Biya?

    Répondre
  8. Boukari Ouédraogo

    Les premiers responsables de tout cela, c’est nous. Nous avons contribué a donné une mauvaise image de nous-même et ne soyons pas surpris que les autres nous traitent ainsi. Je ne te cache pas mais chez moi, quand on parle de Camerounais, on pense immédiatement à escrocs. Heureusement que je suis au-dessus de la mêlé et je vois les choses différemment.

    Répondre
  9. Vinielove

    Je viens de passer une semaine et demie au pays, we e je n’ai pas pu te rencontrer, mais bon c’est sur la liste des choses que je dois faire avant de mourir, le Kmer c’est le paradis pour moi

    Répondre
  10. Françoise Mbeeh

    Waouh Florian! Je n’en attendais pas plus de toi! C’est comme un cri du cœur, d’avoir tellement versé des larmes que l’on ne sait plus comment exprimer le désarroi dans lequel on baigne; mais tu le dis d’une si belle façon que s’en devient un baume et qu’on se dit qu’enfin de compte, il y’a un espoir et que tout finira par aller ICI si chacun de nous tout en étant fier, pouvions dire comme toi, « Moi je suis représentatif de mon pays. Tout au moins j’essaie de l’être tous les jours en faisant au mieux ce que je sais faire : écrire, chose apprise à l’école publique, dans mon pays. Si vous me lisez et appréciez mes écrits, c’est que tout n’est pas pauvre, bête, ignorant et intéressé dans ce pays. C’est ma part de pierre à l’édifice Cameroun et partout dans le monde des millions de mes compatriotes font pareil. »

    Répondre
  11. Eric l'helvète

    L’émission Temps Présent de la RTS est une institution en Suisse, et elle est très regardée. Vu la tête de mon épouse, je perçois bien l’amertume laissée par ce reportage un brin racoleur, dont effectivement l’image du Cameroun ne sort pas grandie. Au demeurant, l’image, ou plutôt le son de l’européen à l’autre bout de la webcam, et bien plus affligeant et pathétique que l’attitude des camerounaises !!
    Il n’y a rien de faux ou de malhonnête dans le reportage, mais c’est résolument orienté pour montrer le verre à moitié vide…
    Florian, écrit à la RTS pour leur proposer une idée de reportage sur le verre à moitié plein (pas de Castel hein) 😉

    Répondre
  12. pascaline

    J’ai vu un reportage du même genre sur M6 dans zone interdite. Le problème avec la désinformation de masse, c’est que seulement une petite partie de la population ira chercher un autre regard sur le sujet, et et que tous les autres croiront à cette vision simpliste et caricaturale. C’est là où le rôle des médias alternatifs est essentiel et internet un outil incroyable. Je suis d’accord avec Eric, c’est une question de point de vue, et c’est là où tu à ton rôle à jouer pour donner l’autre vision de la chose. On pourrait aussi parler des blancs qui vont en afrique pour faire du tourisme sexuel et exploiter la misère humaine, des blancs qui cherchent un mode de vie de riche qu’ils ne pourront jamais avoir en europe, des blancs qui se croient en pays conquis quand ils débarquent en afrique et veulent expliquer la vie aux gens… il y a toujours un côté obscure qu’il ne faut pas oublier, quelque soit le côté duquel on se place.

    Répondre
  13. Babeth

    Ton article est claire mais une chose est il m’a fait voyager de la Cote d’ivoire au Cameroun. Ceci etant la TSR si elle a fait ce reportage c’est parce que les camerounais le lui on servi sur un plateau d’or les elemnts pour…. Nos dirrigeant n’ont qu’a se ressaisir et tu veras si ns resterons pas vec plaisir chez nous!

    Répondre
    1. dass2JC

      ça c’est clair tout ce qu’ils disent c’est nous même qui le leur disons alors on n’a pas à se plaindre après!!

      Répondre
  14. pierpatric MP3

    Gars un de ces 4, il faut que je cotise pour t’offrir une castel…Tu dis si bien les choses….Bravo!!!

    Répondre
  15. Tatiana

    Hey florian ca fait un bout…J’avais presque oublié la fierté que je ressens a chaque fois que je te lis.Merci.

    Répondre
  16. dass2JC

    JE crois très sincèrement que le problème du Cameroun c’est les camerounais!!
    On se focalise beaucoup sur le mauvais côté des choses. Comme tu as dis très peu de personnes parlent des Kmers qui sont rentrés et qui font des choses merveilleuses.
    Bien que ce soit lent, le pays évolue et les mentalités aussi; alors, soyons entreprenants et positifs et arrêtons d’être choqués par ce que les uns et les autres disent de notre pays car chacun de nous sait ce qui s’y passe réellement.

    Répondre
  17. Patrick BODEVIN

    Encore un beau sujet et bien traité. Je reviens de Yaoundé (je viens dès que possible au Cameroun),et suis de retour en Bretagne (France). Florian m’interpelle toujours et c’est bien, je parle beaucoup de lui en France et au Cam. C’est vrai j’ai constaté une pauvreté réelle à Yaoundé, vous êtes pour la plupart en survie ! Votre force et votre différence avec l’Europe des blancs, votre dignité « la dignité est le dernier bien du pauvre » (Florian) vous êtes solidaires et surtout vous êtes encore HUMAIN.Vous savez écouter…L’Europe s’enfonce avec sa technologie galopante et en oublie l’humain. Vous c’est l’inverse, mais attention, vous semblez aussi vouloir posséder ces outils technologique « higt tech ».Ne courrez pas après le superflu, mais battez vous pour l’essentiel. La SANTE, l’ ÉDUCATION et la JUSTICE. J’ai vu une petite fille passer sous une voiture, pas grave heureusement, mais si tu ne paies pas de suite, elle meurt devant toi. C’est terrible.Obama se bat pour la sécurité sociale, mais c’est dur et incompréhensible. Nous Français nous avons fait la révolution en 1789 à vous de faire la votre, mais comme le fait Florian, d’une manière plus intellectuelle. Cet aspect m’a un peu manqué à Yaoundé, la réflexion sur des sujets importants. Mais je comprends votre essentiel, c’est de manger et le luxe de boire quelques Castel (ou inversement) rire! La conduite chez vous, c’est aussi sportive et voir dangereuse…Le respect ne suffit pas, sans quelques règles. Comme je le disais précédemment, allez voter en masse et le changement se fera.
    Pour revenir sur le sujet de la TSR, il est vrai que beaucoup de blancs cherchent des africaines. Moi le 1er mon amie est de Yaoundé, et elle n’est pas encore venue en France. Mais pour parer tous les abus qu’il y a eu en France, ce pays, accepte difficilement tout étranger venant sur son sol, même pour un visa touristique! Alors si La France ne veut plus de moi et de ma Camerounaise, alors je finirai chez vous, mais seulement avec votre autorisation…
    A bientôt de nous lire…
    Patrick

    Répondre
  18. Olivier

    Hallo,

    La question est de savoir comment rentrer au pays. Quand on a pas les papiers ;). Ou alors apres avoir perdue la nationalité!!!

    lg

    Répondre
  19. Gilbert-cédric

    gars bonne refflexion. moi ma vie c’est le Cameroun et je donnerai ma vie pour lui. mais sinon papa’a toi la même tu est go falla tes proverbes et citations la où noor? je suis tordu de rire

    Répondre
  20. Caro

    Florian, ta plume me chatouille et ça me fait tellement rire ! Incisif à souhait. Ne change rien. J’aime réfléchir en y prenant du plaisir ! Bravo !!

    Répondre
  21. rayan

    Florian c magnifique c que tu fait.
    j’ignore pourquoi les autres aiment toujours peindre l’Afrique en noir. tous les pays du monde ont des problèmes (économiques, politiques…). cependant ils aiment à présenter leurs verres à moitié plein et le notre à moitié vide. le Cameroun est un pays très riche, suffisamment riche pour pouvoir résoudre ce problème d’expatrier nos espoirs. je suis en même temps choqué et interpellé par cette histoire du « mieux ailleurs que chez nous ». ici à Bamenda où je vie actuellement par exemple vous êtes +/- respecté vu le nombre d’enfant que vous avez à l’étranger (chez les blancs). vue à la télé tous les pays Européens sont de grande agglomérations. et pourtant là aussi on y trouve des bidonvilles. il faut que nous arrêtons de montrer aux étrangers uniquement les revers de nos médailles. le Cameroun est comme cette très très belle fille là, qui à les traces de vergetures au fesse! arrêtons d’insister sur ses traces de vergetures et parlons plutôt de ses jolies rondeurs, son savoir être, son savoir faire et son savoir faire faire. si vous ne voulez pas rester au pays allez y ailleurs, même là vous trouverez des filles avec des vergetures, l’avantage qu’ils ont sur nous c’est qu’au lieu de s’enfuir cherchent des médicaments pour atténuer voir soigner leurs vergetures. toi qui est parti rentre tu avec la formule du médicament ou te contente tu d’acheter le produit pour toi?
    merci et bravo compatriote!

    Répondre
  22. rayan

    mon sang est vert-rouge-jaune comme celui de Milla Roger

    Répondre
  23. Thierry

    +1
    Les lignes bougent, surement et peut être pas comme nous le voulons. Un mouvement est en marche, un rouleau compresseur écrase tout sous son poids, à nous de comprendre les dynamiques et impulser le changement que nous souhaitons pour notre pays, notre continent…

    Répondre
  24. Loundjou Valery

    J’aime bien la détermination que nous avons tous, jeunes Camerounais à nous donner à des verbiages de tous genre dès qu’il s’agit de défendre une opinion qui n’a d’intérêt Camerounais que le Milliardième des soucis de notre pays.
    Que faisons-nous chaque jours pour donner de l’espoir à nos frères qui en ont totalement perdus?
    pourquoi est-il si difficile de faire comprendre à un Camerounais que investir les 2 à 5 millions riqués sans un minimun de garanti pourrait etre investi dans l’agriculture et lui fournir au bas mot 1 à 3 million par an?
    ?????
    Comme tout le monde je palabre aussi donc à tous coucou non au travail.

    Répondre
  25. isabelle

     » Il faut comprendre : les rêves d’un camerounais vivant au Cameroun ne sont pas parsemés de croix helvétiques. Non, c’est le vert rouge jaune qui nous fait faire des cauchemars. On ne rêve pas de Suisse ni de France, on essaye juste de se sortir du cauchemar qu’est devenu ce pays. C’est une conséquence, pas un choix  »

    T’as tout dis Florian. Malgré l’acharnement du système à nous sucer jusqu’aux dernières gouttes de sang et de sueur, on est là. Malgré les coups qui fusent de l’intérieur comme de l’extérieur, On se bat .On continueras à le faire et on restera debout!pourquoi? parce que nous sommes jeunes et que nos adversaires ont le temps contre eux. Même si nos efforts ne sont pas toujours aussi visibles(via les médias), nous on sait qu’on avance. Et quand enfin on relèvera toute haute la tête, toute aussi grande sera la surprise de ceux qui nous ont sous estimé(tout comme avec la chine actuellement).

    Répondre
  26. Jean-Noël

    Bravo Ngimbis, de tout coeur avec toi!

    Répondre
  27. Francis ewakane

    Que de colère mon frère! Trop réaliste!Je suis avec toi frérot! Je reste et je me bats pour mon 237!Peace

    Répondre
  28. Alex Nene Bi

    Emouvants les deux derniers paragraphes. L’Afrique c’est chez nous. Merci à toi!

    Répondre
  29. Daniel G (Afrique de l'Ouest)

    Bonjour Florian,
    Je commence d’abord par te citer : « Le reste du monde continue d’alimenter les clichés sur nous, de nous présenter comme le trou du cul du monde, peuplé de singes dont le rêve est de descendre de leur cocotier pour squatter la « civilisation » là bas chez les autres, les « Blancs ». Je ne sais pas ce qui est pire : que certains y croient ou alors qu’on ne puisse démontrer que c’est faux. »
    Le problème c’est que nous faisons tout et alors tout pour démontrer qu’ils ont raison d’avoir ces clichés sur nous.Dans tous les pays de l’Afrique noire vous verrez les même tares.Et quand on y pense on se rend compte que c’est fais exprès pour justifier toutes leurs théories raciales du noir sauvage et bête.
    Nous somme maintenus dans une pauvreté incompréhensible et artificielle. Ils ont réussi à nous faire croire que nous sommes pauvres et que le continent africain est pauvre.Lorsqu’ils parlent de continent pauvre tout le monde entier, y compris nous-même, pense à l’Afrique.Je ne sais pas par quelle masturbation intellectuelle ils nous ont passés pour que nous qui devrions être les premiers à savoir la vérité, pensions que nous somme pauvres.Comment peut-on traiter un continent qui regorge d’Or, de Diamant, d’Uranium, de Fer, de Bauxite, de Phosphore, de Pétrole etc… de continent pauvre.
    De là ils ont pu tisser leur piège mental et ils nous ont laissé la charge de le maintenir.Non content de le maintenir, nous l’avons perfectionné.
    Notre mal vient du fait que nous acceptons les repères d’autrui pour juger les richesses que nous ont légué nos ancêtres.Le jour où nous allons comprendre que toute l’histoire officielle n’est qu’une série de mensonges; mensonges servant à salir la mémoire de nos ancêtres afin de camoufler la vérité qui est que c’est nous qui avons donné à l’occident l’écriture, les mathématiques et la civilisation.
    Le jour où nous n’aurons besoin de personne pour connaître la valeur de nos richesses; le jour où nous pourrons décider dans quelle direction nous voulons aller sans chercher à regarder ce que nos maîtres nous disent de faire, nous aurions fait un grand pas vers notre libération.
    Notre art est appelé primitif et nous même nous l’appelons ainsi! alors que tous les musées occidentaux ne pourraient plus s’appeler musée le jour où nous déciderions de reprendre nos richesses culturelles qu’ils ont pillés.
    Nous nous devons d’avoir nos propres repères afin d’apprécier à leurs justes valeurs toutes nos richesses culturelles et linguistiques. C’est dommage d’entendre des africains appeler leurs langues des dialectes.Il en est de même de nos religions traditionnelles. Comment peut-on comprendre que des hommes en robe (prêtres et imams) viennent nous dire que nos religions et systèmes philosophiques sont sataniques pour que nous délaissions tout.Nous avons un tel amour pour les religions importés et soi-disant révélées que je me demande si nous nous que ces religions ont été imposés par l’épée et les fusils. Oui ils ont tués nos ancêtres et détruit nos cultures afin d’imposer leurs religions qui vient de « Dieu ».
    Nous accusons souvent nos présidents, je ne dis pas qu’ils n’ont pas tort; mais que faisons-nous pour faire changer les choses? Je m’explique: vous employez quelqu’un pour vous servir et vous rendez compte que la personne ne fait que se servir que faite vous? Vous renvoyez la personne ou vous l’amener à vous servir simple.
    Les présidents africains recoivent des pressions énormes de l’extérieur pour se comporter comme ils le font et nous faire souffrir.Nous nous devons aussi de leur appliquer des pressions de l’intérieur pour les faire démissionner ou travailler pour notre bien.Tant que nous allons rester toujours silencieux et ne rien réclamer la situation va perdurer.
    Nous devons aimer notre culture, nous unir à nos frères des autre parties d’afrique noire, revenir à nos religions authentiques, être nous mêmes.Nous devons être aussi prêts à défendre nos droits sans peur de mourrir et nous devons éliminer sans aucune pitié ceux qui trahissent les intérêts des noirs.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.