Je suis camerounais, je suis Boko Haram

Hier mon pays a fait la une du JT français. Notre Roi qui se bat mixtepour obtenir la fameuse photo de la poignée de main sur le perron de l’Elysée; lui dont les services ne se gênent pas pour payer des colonnes des Journaux hexagonaux à prix d’or, ce, pour présenter la magie des grandes illusions Réalisations, a dû être heureux hier car sans courbettes, ni argent, le triangle national était à la une des médias gaulois.

Bon, c’est vrai qu’une affaire d’enlèvement n’est pas forcément une publicité positive. Mais bon…

Boko Haram. Ces gens me plaisent. Ils sont aussi futés que les commerçants Bamilékés. Ils ont très vite compris qu’enlever des occidentaux était le moyen le plus sûr de s’engraisser. Le blanc a de la valeur en ce siècle, et les barbus ne font que suivre la tendance d’un marché qu’ils semblent maîtriser. Ils ne sont pas les seuls hein? Nous autres camerounais l’avons aussi compris. En chaque camerounais il y a un peu de Boko Haram.

J’en ai fait la triste expérience dernièrement. Soirée chaude à Yaoundé. 30 degrés. Temps idéal pour avaler des castels congelées. Je reçois le coup de fil d’un copain. Mbom tu es où? Retrouve moi à x endroit. Ma fiancée est sur place. Tiens lui compagnie je suis en route.

Dix minutes plus tard, je suis sur place. Un coup  de fil et je me retrouve en face de la « fiancée » que je vois pour la première fois. Elle est blanche comme de la craie. Pas blanche de peur hein? Blanche par ce qu’européenne.

Bisou à gauche puis à droite et nous voilà en train de deviser comme de vieux amis. Une heure plus tard l’ami n’est toujours pas là. Les camerounais et l’heure hein? Toute une histoire.

Je décide de changer de terrain d’opération. Vous savez, les snacks soi-disant luxueux avec leurs chaises en faux métal chromé m’énervent. Surtout que vu les prix pratiqués, encore quelques tours de table et ce serait à la police que je devrais aller régler la facture.

Direction mon fief, mon petit bar de quartier que j’affectionne. La fille est un peu surprise, mais bon, son mec a dû lui dire que je je suis pas un kidnappeur, vu qu’elle me suit en souriant. Nous voici devant une table plus ou moins propre. La sono hurle « l’homme c’est l’homme tant que ça se lève ». Le tout au milieu de la fumée des fourneaux de porc et et des effluves de poisson braisé. Du rire, des blagues grasses des jolies minettes, bref, le Cameroun que j’aime.

Rien qu’à la façon dont l’assistance nous a reluqué à l’entrée, j’aurais dû comprendre qu’il y’avait anguille sous roche, mais bon…

A une table voisine, un groupe d’habitués. De vieilles connaissances, vous savez, ces « grands » qui glandent, mais boivent à longueur de journée dans les poches des autres. Des requins de bar qui sentent l’odeur de l’argent à des kilomètres et peuvent te maudire à cause d’une bière non offerte. Je remarque à un certain moment que comme la majorité des autres clients, ils s’intéressent un peu trop à notre table. Soudain l’un d’eux se lève et vient me saluer avec affectation: bonjour président!

Malchance! Vous vous souvenez de cette affaire de « prési » non?

Le type garde longuement la main de la « blanche d’autrui » dans la sienne. Puis au lieu de partir, décline toute son identité et se lance dans un éloge obséquieux et gênant de ma personne.

Le petit-ci, je l’ai vu grandir. C’est un génie. Quand il part là bas chez vous les Blancs, je l’écoute à la radio… blablabla.

Le tout avec un subit accent francilien que je lui connais pas. La whitisation comme on dit par ici.

C’est évident, il croit que c’est « ma blanche ». Bleu de honte je digère ses âneries.

Ils sont venus comme ça. A tour de rôle, présenter leur allégeance au « Prési Florian Ngimbis » et tous sont repartis avec une bière. A un certain moment mon portefeuille s’est mis à clignoter: petit! Je suis dans le rouge. Encore un faux geste et même l’argent de taxi pour demain tu n’auras pas.

Enervé, je me lève pour aller régler ma facture au comptoir sous les regards haineux de certaines ex-lianes attablées et ceux admiratifs (je veux le penser) des connards qui viennent de me sucer la moelle.

Au comptoir, surprise. Le barman, mon ami de toujours (du moins je le croyais), me sort après avoir encaissé mon fric: petit tu sais que tu as une facture qui dort ici hein?

– Heu… On s’est dit demain non? Je n’ai plus grand chose sur moi.

– Mouf! Tu es avec la blanche c’est toi qui paie? C’est ton argent? Tu me prends pour un idiot?

J’ai du batailler dur pour le convaincre. Je suis reparti avec les encouragements murmurés par la bande de gratteurs : nooon petit! Tu es fort. Confiance! Donne lui un bon plantain et reviens nous trouver on mange les euros là.

La dernière image que j’ai est celle de leur table où, le pouce levé dans le dos de ma compagne, les connards me faisaient des grands signes pour me féliciter et me motiver tout en avalant mes bières.

Quelques instants plus tard j’appelais mon ami: pardon, viens récupérer ton colis, je ne suis plus là. Je n’ai même plus soif.

Je suis quitté derrière les problèmes.

Certaines expériences méritent d’être vécues pour démontrer la bêtise de la société. Ce regard sur les couples mixtes m’énerve. Si tout le monde est tout sourire quand ils sont présents, le dos tourné, ce sont des remarques désobligeantes, des allusions à la limite obscènes.

Le camerounais: j’aime cette fille.

La société: L’amour hein? c’est ça! On vous connaît!

La « blanche » est considérée comme un portefeuille ambulant en manque de sensations fortes. Toi le « négro » comme un pénis sur pattes qui « baise comme un noir pour vivre comme un blanc ».

Peu importe que ce soit toi le porte-monnaie du couple. Peu importe que vous vous aimiez d’un amour sincère. La société, ta famille te verront comme un conquistador ayant récolté les trésors d’un lointain eldorado. Un héros chargé de recouvrer la « dette coloniale ».

Maladie: driiing le téléphone sonne. On t’attend à l’hôpital avec la facture de médicaments.

Anniversaire: drrring! Voici le gâteau que je veux. Viens seulement payer.

Mariage: viens tout acheter, nous on viendra seulement se passer la bague au doigt.

Un obscur cousin se fait arrêter: drrrring!  Nous voici devant le commissariat on t’attend.

Pourquoi moi? Ben mon frère tu as la blanche non? Vive l’amour pour tous!

Pas besoin de se rendre dans un lointain parc animalier pour se faire kidnapper. Parfois Boko haram est tout près. Dans une famille, dans un bar prêt à en découdre avec cette « éducation occidentale » qu’ils prétendent décrier, mais dont les euros leur font tant de bien.

Peace Boko Haram!

 

39 Commentaires

  1. issoukou

    j’ai simplement adoré comme d hab c ‘est super

    Répondre
  2. aline belobo

    Une fois encore, mes collègues me lancent ce regard noir qui semble dire : « au lieu de travailler tu cherches le blanc sur le net! »
    Merci pour ce moment de fou rire et de joie… je donnerais tout pour vivre ça de près avec les autres kwatazars qui t’ont délesté de tes billets pour étancher leur soif… un autre kongossa ne me fera pas de mal!

    Répondre
  3. Arthur

    Florian toi aussi tu ne know pas le bled, tu te balade avec une peau pâle et tu espère que on va te laisser tranquille. Si moi meme j’etais là, j’allais gratter ma part de bierette krkrkrkrkrkrkkrkr

    Répondre
  4. Ebondje

    En tout cas …

    Répondre
  5. Arthur

    mais sinon dès que tu fais un tour, fais moi signe je te donne tes castels !!! C’est toujours un plaisir de te lire …

    Répondre
  6. Lucien MASSEM

    Tu m’as fait marrer Kimbo! Mais j’aimerais aussi savoir quel regard portent les occidentaux sur un couple mixte du coté de l’hexagone. Avec ton humour et la limpidité de ton style habituels bien sûr!!!!!!!!

    Répondre
    1. Florian Ngimbis (Auteur de l'article)

      Hahahahaha! Une éternité que personne ne m’a appelé ainsi. Salut Lucien!

      Répondre
  7. JOELLE

    Wèèèèè, qui m’a dit de lire ça maintenant au lieu de garder pour le soir ééééé? je vais encore le harceler pardon, encore, encore, faut écrire l’autre pour les addicted comme moi, c’est trop top. y a pas quelqu’un d’autre que l’auteur pour décrire aussi bien la société camerounaise et ses mille paradoxes! Et avec cet humour que lui seul maîtrise, il parvient à nous faire rire de nos défauts! C’est too much, je surkiffe.
    Comme la religion ne nous laisse plus, je vais aussi mettre ça dans ta part sans mépriser ton exceptionnel talent littéraire, sauf que Dieu qui t’a lancé la qualité de talent de l’écriture là!

    Répondre
  8. seb

    ça c’est la description de l’afrique. C’est vrai que quand on voit un couple blanc-noir, on se dit tout de suite que y’a pas d’amour, mais c’est par intérêt que le noir(e) est avec le blanc(che). Et ça, ce n’est pas normal

    Répondre
  9. Jooryn

    trop fort!!! on se retiens juste d’éclater de rire parce que le boss est assis juste devant…Je ne connaissais pas ce blog, je vais désormais squatter. félicitations!

    Répondre
  10. Rose Munjongue

    Chapeau « bas », j’apprécie vraiment ce que tu fais.

    Répondre
  11. pascaline

    Très juste regard sur les choses. Le-la « blanc-che » est vu-e comme un porte-monnaie, cliché renforcé par les affaires de tourisme sexuel ou les (plus souvent vieux) riches vont marier un-e jeune éphèbe en échange de leurs billets verts; et le-la « noir-e » est sexualisé. Un très bon livre sur le sujet : « Plantations memories » de Grada KILOMBA. http://www.youtube.com/watch?v=aj3esOI11Pg

    Répondre
  12. estelle

    tu nous fait tjrs marrer oui, mais je suis plutôt inquiète parce que ce problème d´enlèvement peut être un debut de serieux soucis au Cameroun. J´aime beucoup mon pays et mes frères camer malgré nos défauts, sauf que je ne blaguerai pas avec une histoire aussi serieuse que celle des terroristes, car je vois les innocents mourir, des femmes, enfants sans défense, je vois le un debut des conflits dans mon pays qui jusqu´ici a reussi a se maintenir dans la paix. les delestages d´eau et de courant dont tu as l´habitude de critiquer ne sont pas un problème devant une situation de guerre que vivent les pays vosin par exemple.
    on n´a pas de quoi manger, les filles sont des interessées, les hommes profiteurs, les malades sont mal tratés dans les hopitaux, et autres mais, l´important est LA PAIX. regarde les pays vosins et tu comprendras que ton pays que tu CRITIQUE tant est un paradie en Afrique et REMERCIE L´ÉTERNEL.

    Répondre
    1. Florian Ngimbis (Auteur de l'article)

      Estelle, j’en ai presque assez de répondre à ce genre de préoccupation. Critiquer ne veut pas dire haïr. C’est dénoncer en vue d’améliorer. Si tu savais combien j’aime ce pays et ses habitants…
      Mon but est de raconter mon pays. De raconter ce Cameroun que j’aime parce que beau, mais que je hais parce que dénaturé et spolié par des vautours. Mes textes sont d’énormes éclats de rire, mais regarde plus loin et tu verras les larmes que je verse sur ce paradis transformé en désert par des idiots. On ne hait pas sa terre. On essaie de la façonner, la cultiver, l’entretenir autant qu’on peut. Certains le font à leur manière, moi je le fais avec des mots.
      L’Eternel aime la paix je crois. Mais je crois aussi savoir qu’il est un Dieu guerrier qui protège son peuple. Je me bats avec mes mots. Dommage qu’ils te heurtent.
      Merci de te compter parmi les « amoureux » de la paix, enfin je voulais dire du kongossa.

      Répondre
      1. cattin kenfack

        Florian, j’aime bcp ce que tu as écris, je vais lire tes autres blogs. je connaissais pas.
        Estelle, c’est bien beau de dire que l’important c’est la paix, c’est ça qui nous a endormi jusqu’à aujourd’hui. où le salaire minimum reste toujours le même. quel est l’avenir de la jeunesse ? Estelle excuse moi mais je ne penses pas que tu aies connue la pauvreté au Cameroun et que tu la vives tous les jours. bcp ont revoté ou laissé voté popol pour avoir la paix, mais n’oublions pas que la misère tue pareil que des conflits.
        on va pas polymiquer la dessus mais le Cameroun est un pays oui béni des dieux (contrairement à certains autres pays), suffisamment riche en bien des domaines pour que chacun normalement puisse y vivre correctement.

        Répondre
      2. Survivant

        Je me suis toujours demande ou se trouve cet eternel qu’on remercie meme dans la souffrance. Il doit surement etre cache.
        Vous vous dites que les enfants et femmes ne sont pas sans defense au cameroun? Avez vous deja passe une journee sans rien avoir a manger? Etre malade et ne pas pouvoir se soigner?
        Oui c’est vrai ces enfants et femmes ne sont pas sans defense comme vous le dites si bien…………..le cameroun est en paix

        Répondre
    2. Survivant

      Je me suis toujours demande ou se trouve cet eternel qu’on remercie meme dans la souffrance. Il doit surement etre cache.
      Vous vous dites que les enfants et femmes ne sont pas sans defense au cameroun? Avez vous deja passe une journee sans rien avoir a manger? Etre malade et ne pas pouvoir se soigner?
      Oui c’est vrai ces enfants et femmes ne sont pas sans defense comme vous le dites si bien…………..le cameroun est en paix

      Répondre
  13. Hugues

    🙂 toujours égal à toi même. Bonne suite.

    Répondre
  14. njock

    Dis ce gars est trop fort….il me tue de rire…je verrais bien une adaptation en sketch …vraiment créatif…ça équivaut bien Omar et Fred

    Répondre
  15. Michel

    Quelle belle plume Florian! Je me régale de votre blog qui me fait découvrir un pays lointain… Grand bonjour à vous tous depuis la Belgique!

    Répondre
  16. Tchokam Jean Pierre

    Un seul mots!! Continu a nous distiller le kongossa du kmer. C’est la photo stantanée du pays!!!

    Répondre
  17. PierPat MP3

    Quel début de weekend…Merci pour le fou rire!!!

    Répondre
  18. diana

    ¨oli tableau M l’expert en plonge j’aime bien c’est bien écrit comme d’abitude
    peace !!!!

    Répondre
  19. LL

    Du vécu! J’ai beaucoup d’admiration pour votre plume et votre humour. La blanche

    Répondre
  20. LL

    Du vécu! J’ai beaucoup d’admiration pour votre plume et votre humour. La blanche qui n’arrive pas à poster son commentaire parce que le blog détecte un doublon…

    Répondre
  21. LL

    Finalement, ça a marché!

    Répondre
  22. Gazelle

    Et dans le cas contraire qu’en penses nos frères ? la fille kmer avec un blanc ? Sort ta plume ! je suis curieuse…
    Mais juste un truc les kamer sont pas de boko haram on n’enlève personne ne kidnappe personne et surtout pas des enfants ! Certains peuvent profiter des adultes, de leur porte monnaie des euros comme tu dis l’appat du gain facile et le profitage de nos frères me dépassera toujours ! Mais ce qui est sûr c’est qu’on n’arnaque pas des gosses blancs qu’is soient : dans le groupe il y’a 4 enfants et ils ne méritent pas ça ! Alors pas de comparaison entre le kmer qui profite des dos des frères avec les blanches et les boko haram si étant qu’ils soient les coupables ! car moi je suis furieuse que ça arrive sur notre sol !

    Répondre
    1. Gazelle

      désolée pour les fautes d’orthographes ! clavier d’ordi pourri…

      Répondre
  23. gweltaz

    En tant que blanc marié à une kmer, je me retrouve vraiment dans ton histoire. Bravo pour cet humour, continue comme ça. Ici aussi en France, bcp pensent que l’amour est impossible entre nous, que ce n’est qu’un pervers et qu’une intéressée. Mais tant pis pour les jaloux, il existe de belles histoires !!!

    Répondre
  24. Rosy E

    Desole mon frere mais le pays c’est comme ca!!!
    Nous avons faim et nous savons qu’1euro=655,5Fcfa

    Répondre
    1. nguiamba

      @Rosy E: lol

      Répondre
  25. Cathy ATEBA

    Bonjour Nguimbis,
    je viens de découvrir à tout hasard ton blog en surfant sur internet. Ce qui m’a fascinée c’est l’humour qui se dégage à travers tes écrits et ton cri d’alarme qui résume ceux-ci.

    Répondre
  26. guy rolland B

    une belle main d’écriture qui me rappelle celle d’un victor hugo. alors pourquoi ne pas écrire tout cela sous forme de  »nouvelles » qu’on pourra 1 jour étudier dans nos écoles avec pour défi majeur: cultiver notre société pour la sortir des entrailles de la misère morale, familiale, spirituelle, politique, économique……

    Répondre
  27. bella jean aristide

    j’aimerais faire connaissance de la chose

    Répondre
  28. Marie (la blanche)

    Voilà pourquoi aller vivre au pays avec mari et enfants (mon envie très forte !) ne se fera surement pas …….

    Répondre
  29. bonnesseur

    ékiiiiéé !! cousin tu me fais peur là ! je pars au kmer avec mon homme dans deux mois et plus blanche et blonde que moi, il n’y a pas !!! Comment faire pour faire comprendre aux cousins et cousines que la blanche n’est pas riche et gagne même moins que son homme en France ?!!

    Répondre
    1. La Marococamerounaise

      wèèè cousine, assia vraiment. Déguises toi seulement en noire avec le charbon è, c’est la seule solution pour qu’on ne vous plume pas ton homme et toi. Quand tu arrives appelle moi pour que je te salue, pour ne pas dire pour je prenne d’abord ma part avant qu’il ne reste plus rien. Humouriquement votre!

      Répondre
    2. William

      Bjr
      alors 3 ans plus tard, toujours au Kamer?

      Répondre
  30. FAbrice

    derechef, un chef d oeuvre. Bravo kimbo…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.