Laissez les seins de ma camerounaise pousser

Photo camer.be

Il ya des années lorsque j’ai débarqué à l’université de Yaoundé I la tête pleine d’illusions, j’ai découvert les angloses. « Anglo (se) » est le terme par lequel nous autres francophones qualifions nos frères originaires des deux provinces anglophones du Cameroun qui représentent environ 20% de la population de notre pays, Pour nous autres jeunes « francophones » les angloses étaient pour ainsi dire un fantasme. La langue, les référents culturels, le système éducatif, nous étions tous camerounais, mais différents. Les angloses ne fricotaient pas trop avec les francophones, ce qui avait le don de nous exciter car c’est bien connu, ce qui ne nous cède pas nous rend plus entreprenant. C’est ainsi que je suis devenu entreprenant, poursuivant de mes assiduités une certaine Gloria, beauté miniature à la poitrine surdéveloppée, une paire d’obus comme dit mon ami JM The Kid.
Ça n’a pas été facile et l’entreprise que tous mes copains vouaient à l’échec m’a permis de mieux connaître les filles de cette région :

Deux ou trois trucs à propos des angloses de cette époque:

La première chose qu’une bachelière anglose fera en arrivant à Yaoundé sera de filer chez un coiffeur. La faute à leur système éducatif qui n’autorise pas les cheveux longs à l’école. Donc, pour ne pas être en reste face aux jeunes franco, l’anglose va se greffer des extensions synthétiques et brillantes au goût très souvent discutable. Leur devise pourrait être jamais sans ma greffe (ni mon maquillage)

Pour sortir avec elle, prévoir un budget Eru, vous savez cette herbe que personne ne cultive mais qui semble inépuisable et donne un mets exquis. Les bamilékés ne rigolent pas avec leurs voyages nocturnes, les anglos eux c’est le Eru, le ministre qui va s’amuser à la classer comme espèce protégée va confirmer ce que je dis.

L’anglose s’habille comme à la télé. Sans se douter que Eve ou Aaliyah ne sors pas avec les vêtements qu’elle met dans son clip. Donc faut pas être surpris de la voir débarquer en cours avec une robe à paillettes ou strass. Comme on dit en basso’o : ban’h mimb, serre le cœur et reste focus sur ton objectif.

Les francophones prennent les anglos pour des cons. Mais curieusement, les anglos sont persuadés que les francos sont pire que cons. Quand je sortais avec Gloria et ses amies et que parfois je faisais un truc qu’elles jugeaient bizarre j’entendais la même phrase : leave’am ! Na francophone them ! Comprenez : laisse tomber! C’est un francophone.

Dernier point, les angloses ont presque toujours des prénoms-concepts. Pour avoir fréquenté la mienne j’ai connu ses amies, des Infinity, Eternity, Immaculate, Mercy, Joyful, Delicious

Mais, ma Gloria m’aimait bien hein ? Elle m’appelait « my small francophone » – quand je vous dis que cette histoire de taille me poursuit depuis des lustres…
Elle m’aimait tellement qu’un jour elle décida de venir chez moi. Après toutes ces greffes et plats de Eru payés de ma poche, ce n’était pas trop tôt. Sauf que vous connaissez ma poisse légendaire…
Les choses se sont gâtées lors des préliminaires (la chance hein ?) quand j’ai voulu empoigner sa formidable paire de SCUD, la belle a déclenché sa défense antiaérienne, écartant mes mains sans ménagement : don’t touch ! don’t touch ! et moi j’insistais avec à la bouche mes rares mots de pidgin : na wéti ? na wéti ? (qu’est-ce qui ne va pas ?)
Ce jour là je n’ai pas conclu, en fait chaque fois, j’étais incapable de résister à l’attraction de ses missiles et chaque fois je me faisais rembarrer. Un jour enfin, elle m’a raconté:

Gloria n’était qu’une ado pré pubère, lorsque sa poitrine a très tôt démontré que les petits obus en gestation sur son torse deviendraient des missiles de croisière. Du coup, les petits gars du quartier amateurs d’armes de destruction massive ont commencé à tourner autour d’elle. Sa mère, grand manitou de l’AIEA lui a fait signer malgré elle un traité de non prolifération d’armes nucléaires. Un matin dans la cuisine enfumée, elle a mis une spatule près du feu et à plusieurs reprises lui a appliqué le bois brûlant sur les seins. Eclatement des glandes mammaires, régression des bourgeons, ce durant une longue semaine. Gloria est très vite redevenue politiquement correcte.
Mais la jeune fille pour avoir côtoyé les cimes de la douleur a développé une forme de stress post traumatique: elle ne supporte pas qu’on lui touche les seins, même des années après qu’ils aient repoussé normalement.

C’est ainsi que j’ai découvert le « repassage des seins ». Je croyais la pratique marginale, mais j’ai découvert d’autres Gloria au cours de mes escapades, des filles qui racontent des histoires effrayantes de mères protectrices qui mutilent leurs enfants pour les prémunir du virus du sexe précoce. Une pratique qu’on retrouve dans toutes les aires culturelles de notre pays, une pratique qui ne sert à rien, vu que seins ou pas, sans un suivi parental et une éducation de base, la jeune fille finira par céder à l’appel du mâle.

Laissez les seins de ma camerounaise tranquille. Elle les a jolis, elle les a beaux, elle est belle ma camerounaise. On ne fait pas l’éducation d’un enfant à coups de spatule chaude sur la poitrine, ni à coups de lame sur le clitoris. On l’éduque, on l’instruit des choses de la vie, on ne se cache pas derrière des méthodes aussi barbares pour masquer sa démission.

Je ne sais ce qu’est devenue Gloria, mais darling, si tu lis ceci, ramène tes missiles. On a une guerre à terminer, celle contre la connerie.

Peace !

33 Commentaires

  1. alicepegie

    waaa le tchip va me kill de lap ici dehoprs « don’t touch », « na wéti »!!!! bah oui Na wéti gloria il a buy le Eru non faut lui donner DDL

    Répondre
  2. 4 ever

    tu me gagne ici comme d’habitude florient: »Je ne sais ce qu’est devenue Gloria, mais darling, si tu lis ceci, ramène tes missiles. On a une guerre à terminer, celle contre la connerie. ». Je suis pour ainsi dire mort de rire…
    Merci d’exister.

    PS: j’ai voté

    Répondre
  3. Neneh

    Ahah superbement écrit comme d’habitude mais pour une fois je tique et je n’ai pas pu résister à l’envie de commenter: il faut éduquer la fille kmer ET le garcon kmer non? Les gars qui sifflent les bébés au lait en route là!! 😉

    Répondre
    1. nina kogni

      Aha ! je n’aurais pas mieux dit. merci ma soeur!

      Répondre
    2. Florian Ngimbis (Auteur de l'article)

      Voici alors un commentaire typiquement féminin! lol je me tais 😉

      Répondre
    3. julie

      @Neneh : c’est ça qui est la verité !

      Répondre
    4. MZ

      lol oui le garçon aussi mais voilà les maters pensent que seule la fille est délurée ou bien ou bien? Akiéé c’est tjs sur elle qu’on met toute la pression

      Répondre
      1. Florian Ngimbis (Auteur de l'article)

        wèèèè les filles! laissez même le débat là non? Avec le temps j’ai compris que la suprématie masculine là était un leurre. Le chef de famille rend les décisions en plein jour, mais tout le monde sait que c’est sa femme qui lui dicte ces décisions sur l’oreiller dans la nuit. L’éducation de la femme est cruciale: elle tombe, c’est toute la structure socio familiale qui s’égare. Le pouvoir est dans la Femme et les seins en sont un attribut 😀 😀 😀

        Répondre
        1. edwige

          c’est vrai que la fille camerounaise à besoin d’être éduqué surtout à avoir confiance en elle.
          même la gars camers ne nous aident pas trop alors je crois que cette éducation doit être et pour le garçon et pour la fille.

          Répondre
        2. Johena

          Entièrement d’accord avec ce que tu viens d’écrire mais prendre en compte le fait d’éduquer nos garçons c’est aussi éviter que la structure socio familiale s’égare à cause de leurs égarements.

          Répondre
    5. cattin kenfack

      si je lis bien, il dit « l’éducation d’un enfant » donc fille ou garçon

      Répondre
  4. a hot

    Revoltant ces pratiques!
    Mon gars , tu as toujours la plume aussi hilarante 🙂 Meme sur des sujets aussi sensibles. Vraiment super style!

    PS: par contre ton attaque contre les camerounais là… Hum! Loukot hein perika! Tu veux dire qu’on aime soloment lo njoh?

    Répondre
  5. MZ

    Juste sublime ! Comment parler avec le rire d’un sujet vraiment… hum les mots me manquent pour parler de cette histoire de repassage des seins 🙁

    Répondre
  6. Takachi

    Toujours plus savoureux, tes posts!! Surtout parce que j’ai littéralement explosé de rire avant de me reprendre vers la fin de ton billet, pour me rappeler que le repassage des seins est d’une barbarie d’un autre âge..comme plein d’autres pratiques qui ont encore droit de cité au Kmer. Petit à petit, tu apportes ta (grosse) contribution aux débats de société les plus brûlants. J’ai un seul souhait à émettre: Que ce vin (celui que tu distilles) ne cesse de se bonifier avec le temps!! Peace & Love brother..!!

    Répondre
  7. Johena

    C’est bien d’évoquer dans ton billet un problème qui est méconnu de la plupart des Camerounais. Alors que j’étais déjà au courant pour l’excision, c’est via des vidéos postées sur Youtube que j’ai appris l’existence de cet pratique barbare.

    Répondre
  8. peguy

    wel done, comment faire pour voter?

    Répondre
  9. Nacrita

    J’aime beaucoup l’humour caustique avec lequel est décrit les réalités si propres à notre quotidien de Camerounais, mais surtout d’humains. Big up à la plume festive !!!

    Répondre
  10. Nathy

    Motion mon cher l’avant dernier paragraphe c’est tout!!

    Répondre
  11. belobo aline

    j’ai bien envie de voir ta Gloria avec ses airbags… tu devais certainement passer des nuits blanches à les imaginer de près…

    Répondre
  12. eric

    j’aime te lire. tu es poète ou journaliste?

    Répondre
  13. derick

    salu gars et surtout beaucoup de courage.ce sujet que tu as su bien évoquer est très sensible .cette pratique nous pousse à nous poser la question de savoir si réellement nous sommes au troisième millénaire.ta narration est très intéressante.j’ai aimé.il faut ,toujours se rapprocher des pour les connaitre.tout le monde doit être instruit car nous vivons tous les réalités de ces jours.que Dieu tout puissant t’accompagne dans cette lutte.SHALOM

    Répondre
  14. Adl

    Peace,my brother!

    Répondre
  15. Aphtal CISSE

    Cool de chez cool

    Répondre
  16. sandy

    felicitations pour le talent. c’est un mélange de didactique et d’humour très appreciable. espérons que le message est passé .

    Répondre
  17. Mouangué René

    Félicitations frangin, j’ai vu un doc à propos sur national geographic et il était question précisément du Cameroun et de la région du nord-ouest. Tu parle de stress post-traumatique sans savoir, ces filles ont du mal à accepter leur sexualité devenues adultes. J’espère juste que le message passera et que ces mamans là ne tueront plus la sensibilité de nos futures femmes ooooh. Ça sert à quoi d’épouser une femme qui ne réagit pas à tout désir sexuel? Qui est mécanique? Attention mamans de grâce arrêtez le massacre de vos filles.

    Répondre
  18. alice

    j’adore tes post Florian, toujours cet humour qui nous met de très bonne humeur!! On devrait sensibiliser nos parents sur cette pratique qui peut traumatiser à vie. Je l’ai vécu et malheureusement pour ma chère maman, mes seins ont triplé de volume plus vite qu’elle ne le pensait. Je vous assure, c’est très très douloureux!!
    Merci Florian

    Répondre
  19. Roméo Temen's

    Fantastique fréro. Histoire bien menée de bout en bout.

    Répondre
  20. Miguel Santos MOUNDOLOCK

    Bien à vous Florian!
    Votre style est des plus rafraichissants!Je me fends la poire en lisant vos articles et je mle réjouis de la proximité de nos façons de voir l’allure décadente de notre Mère-Patrie!
    Allez de l’avant et beaucoup de persevérence!!!!

    Répondre
  21. Kolifranck

    Quel style !!!! franchement Florian Chapeau. Juste avant que Gloria ne débarque (Enfin loooool) chez toi, je ne comprenais toujours pas le rapport avec le titre de l’article. Mais par la suite tout s’éclaircit. Le sujet est amené d’une façon terrible !!! Merci pour la plume magnifique.

    Répondre
  22. Adrienne

    J’adore.

    Répondre
  23. Claivèr Kimbassa

    J ai apprécie vos réaction qui un objectif commune.

    Répondre
  24. Claivèr Kimbassa

    Je suis claivèr kimbassa à brazzaville
    ce genre de conversation nous permet de connaitre plusieurs cultures.
    coucou.

    Répondre
  25. Pingback: Au Cameroun pays des pimentières, les chèvres se mordent, les loups engraissent - Kamer Kongossa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.