Satan, sors de ce corps!

Prière dans une paroisse pentecôtiste, près de Kinshasa. REUTERS/Corinne Dufka

Vous savez, avant j’aimais le dimanche. D’habitude, après avoir vécu le samedi, le dimanche je cuvais. Grasse matinée, farniente, sommeil. Ce,  jusqu’au jour où l’église de réveil qui est implantée dans mon voisinage direct décide d’acquérir du matériel de sono : amplis, micros, haut parleurs etc.

Depuis, chaque dimanche, je suis réveillé par une tornade de décibels qui me projette hors de mon lit, hagard, en mode zombie.

J’ai bien essayé de parler au pasteur, l’implorant de baisser le volume, Dieu étant omniscient et tout le reste n’est sûrement pas sourd. Il m’a traité de mécréant.

Moi mécréant ! On voit qu’il n’a pas eu la même expérience des églises de réveil que moi.

Arrivé en fac tôt, trop tôt, je fais ma crise d’adolescence sur le tard. Aidé en cela par le traumatisme intellectuel qu’aura été mon passage dans les amphis de Ngoa Ekelle alias Yaoundé I, je décide de tout laisser tomber. Partout on crie à la folie, à l’envoûtement, à la possession. Mes parents dépassés, m’envoient en redressement à Douala, chez une tante bigote qui dans la famille a la réputation de remettre les esprits turbulents sur le droit chemin.

Moi, je rigole.

Premier commandement dès que je franchis le seuil de sa demeure : au culte chaque dimanche, tu iras. Me voilà encombré d’une bible chaque matin pour rejoindre l’église en planches dans laquelle mon salut serait niché. Au Cameroun, les églises de réveil ont cela en commun avec les entreprises françaises: elles sont toujours en préfabriqué ou logées dans des immeubles loués, comme si les promoteurs s’attendaient à plier bagages à tout moment… OK ! c’est pas le sujet.

Après un mois de fréquentation assidue de la maison de Dieu, le verdict tombe : je suis insensible aux simples prières dominicales, il me faut être délivré. Moi j’aime voir hein ? comme on dit à Yaoundé, j’aime témoigner. J’ai dit ok !

Séance de délivrance du vendredi. Pas de petit déjeuner, il faut jeuner pour être dans la sanctification. Je jeûne.

Salle comble. Chaleur, transpiration, vacarme. Il faut chanter pour être dans la présence du Seigneur. Je chante, je danse, je transpire, tellement les cantiques sont entraînants. Ce jour là j’ai compris que la foi était comme la bière, elle descend mieux à plusieurs et avec de la musique.

Puis vient la prière. Le pasteur étincelant dans un ensemble en lin est un véritable orateur. Après avoir prié pour le Président de la République, son gouvernement de voleurs (ils sont pour la plupart en prison aujourd’hui) et tous les chiens errants, il entame la prière téléphonique. Au bout du fil des mbenguistes, nos frères d’Europe, d’Amérique etc. « Tu auras tes papiers mon frère! », « Ma sœur, ton blanc va te mettre la bague au doigt ». Je me souviens même qu’on a prié pour « toucher le cœur » d’un préfet !

Après que Orange avec son service pourri eut coupé la communication –interruption attribuée à Satan- on est revenu en mode local. Le laïus qui grimpe crescendo. Les trémolos qui accompagnent les moments les plus poignants, l’électricité dans l’air, les notes subliminales du piano en fond sonore. J’ai presque eu envie de pleurer, tellement j’étais bien.

Je croyais l’affaire finie, que non. La délivrance la vraie a commencé. Passage devant les « cas » présentés. Le pasteur baignant dans un nuage d’onction chasse les démons à coup de prières et d’imposition de mains. Paralytiques courant dans la salle, aveugles de naissance reconnaissant la couleur rouge, démons domptés, chutes. Et puis moi. Oui, le type orienté par ma tante (ou par son enveloppe, je l’ai su plus tard) me fait signe d’avancer.

Ma curiosité est plus forte que tout. J’avance. Imposition des mains. Je suis censé tomber à la renverse comme les autres, rien. Le pasteur revient sur ses pas et m’assène une tape sur le front. Je frémis mais ne bronche pas. Poussée sur la poitrine. Je reste debout, me demandant si l’homme de Dieu sait qu’il est difficile de faire tomber aussi facilement quelqu’un d’aussi petit que moi. Physique élémentaire.

Agacé par mon indifférence et mon manque de réaction l’homme de Dieu fait un signe à ma tante et dans le vacarme général, lui crie quelque chose à l’oreille. Je saurais plus tard qu’il lui parlait de la gravité de mon cas en lui donnant des instructions pour une séance ultérieure.

J’ai failli tomber finalement, mais à cause de la faim. Et lorsque mon corps affamé depuis le matin m’a dit petit, moi je ne suis plus là ! Je l’ai répété à ma tante et nous sommes rentrés.

De retour à la maison, les oreilles sifflantes comme après une nuit en boîte, j’ai couru à la cuisine me faire une omelette épaisse comme la cuisse. Seulement, l’huile d’olive extra vierge que j’ai pris dans un placard, en lieu et place du vrac qui faisait l’ordinaire des plats chez nous était de l’huile consacrée. Vendue à pris d’or par le pasteur, elle était censée déloger la légion de démons qu’abritait mon corps lors de la prochaine session de délivrance. Devant cet énième acte démoniaque, ma tante a piqué une crise et le lendemain, mes démons et moi prenions le bus pour rentrer à Yaoundé.

Je ne sais pas pour vous, mais trop c’est trop. Je respecte le droit de tout un chacun de croire en ce qu’il veut, mais j’ai la haine devant ce commerce de la souffrance d’autrui. Ces vendeurs d’illusion qui se substituent à un Etat démissionnaire. On ne va plus à l’hôpital, ni à la police, ni au tribunal, on va à l’église et on confie ses soucis au Pasteur, homme orchestre, homme d’affaire, mais rarement homme de Dieu.

Qu’ils fassent leurs affaires, si au moins ils pouvaient me laisser dormir le dimanche! Même Dieu s’est reposé le septième jour non?

Peace mes frères!

 

39 Commentaires

  1. Andriamihaja

    trop fort 🙂

    Répondre
  2. nina kogni

    « Ce jour là j’ai compris que la foi était comme la bière, elle descend mieux à plusieurs et avec de la musique. »

    absolument culte!
    Tu veux m’épouser? de préférence à l’église…MUHAHAHAHAHAHA

    Répondre
    1. Florian Ngimbis (Auteur de l'article)

      Nina, Nina, Nina! Je veux bien t’épouser à l’église, si le prêtre n’en profite pas pour me faire payer la célébration. J’ai cru comprendre qu’eux aussi ne font rien gratuitement :p

      Répondre
      1. Mahop

        Tu crois que les églises (bâtiments) sortent du sol comme des champignons?

        Répondre
      2. FAbrice

        tu n auras plus d excuses pour justifier ton célibat, c est officiel, elle veut t épouser….

        Répondre
    2. nkunkuma

      « Ce jour là j’ai compris que la foi était comme la bière, elle descend mieux à plusieurs et avec de la musique. »
      ca c`est la chose la plus delirante que j`ai jamais eu a lire sur la foi. hahahahaha.

      Répondre
  3. Patricia BAKALACK

    Florian, tu m’as bolè ce tour ci, je suis moi aussi passée par il ya 10 ans, et j’en ai bien rigolé à l’époque !!! Je me souviens d’une séance de désenvoutement dans une maison familliaile qui servait de paroisse à Douala ou j’ai vu une jeune fille de la meme tranche d’age que moi subir une vraie torture, c’était horrible ! La pauvre n’avait plus de voix pour hurler sa douleur et surtout son incompréhension face à un tel acharnement. J’étais la suivante je peux t’assurer que je me suis tout de suite jetée au sol en simulant, trop peur de subir la meme chose.
    Pour le bruit, derrière l’immeuble de mon appartement à Yaounde…il ya DEUX EGLISES !!! Elles m’ont définitivement éloignées de Dieu.

    Répondre
    1. Florian Ngimbis (Auteur de l'article)

      Salut Pat! Séance désenvoûtement? Tu as de l’avance sur moi hein? C’est vraiment triste de voir des gens (les jeunes filles surtout) victimes de ce genre de pratiques. Je me suis rendu compte que ces gens font une fixation sur le sexe faible. Peut-être parce que les femmes sont plus crédules, va savoir.
      Une pour la route: Dimanche dernier, j’ai tenté une autre approche. Au lieu d’essayer de convaincre le pasteur par des mots, je suis passé aux actes, et pour faire bonne figure, j’ai décidé non de me plaindre, mais de participer à l’office du dimanche. J’entre pendant le prêche et je fonce sur une chaise. cinq secondes plus tard, un diacre ou huissier je ne sais quoi, me chuchote de changer de rangée. c’est là que je découvre que durant le culte, les femmes n’ont pas le droit de se mêler aux hommes. Je me suis levé comme je suis en entré, en vitesse, et je suis sorti 😀

      Répondre
    2. Gaelle Tjat

      toi « encore Patricia…Je comprends mieux ta folie. Sauf qu’elle est mieux gérée

      Répondre
      1. Patricia BAKALACK

        Ahahahahah la go laisse seulement, mon pater wandayait sur sa fille qui n’aime pas le school et veut devenir « artiste »

        Répondre
    3. alice

      Rires!! Patricia, je ne te connais pas, mais j’aurais aimé assister à cette séance de delivrance où tu t’es jetée au sol…. je suis morte de rires!!!! Au moins le pasteur là t’a collée la paix

      Répondre
  4. Imaniyé Dalila Daniel

    Krakrakra !! On aurait aimé que tu aies plusieurs séances à raconter, c’est trop drôle !
    :-))
    Imaniyé

    Répondre
    1. Florian Ngimbis (Auteur de l'article)

      T’inquiète Imaniyé. J’ai encore un sac d’histoires sur mes expériences dans les églises et pas seulement de réveil. En outre, je crois que je vais ouvrir une série en rapport avec celle qui est voisine de chez moi car je compte leur faire voir des vertes et des pas mûres 🙂

      Répondre
  5. ngo booh

    re-mdrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr!

    Répondre
  6. Thomas

    Question : qui peut se vanter de se faire livrer les courses à domicile au Cameroun ?
    Réponse : les pasteurs

    Répondre
  7. Thomas

    Maintenant je comprend pourquoi ces églises s’appellent « églises de réveil » !!!!

    Répondre
  8. Thomas

    Le seul lieu de prière que j’ai apprécié à Douala, c’était le Saint Père 🙂

    Répondre
  9. ulrich

    terre à terre, tu décris un malaise social qui a, de plus en plus, pignon sur rue. Les vendeurs d’illusion. Moi même je passe souvent devant une, le dimanche à Yaoundé. super cool Florian!

    Répondre
  10. little screan

    Peace frère!! va de l’avant et que tes recits nous poussent à avoir l’esprit critique devant les situations que nous rencontrons au quotidien dans les rues et quartier de nos cités.
    Une fois de plus du courage!!!

    Répondre
  11. Jaco

    Bonjour Florian,

    Ça fait quelques mois que je lis tes articles et ils m’amusent énormément. Bravo donc et bon courage pour la suite!
    Cependant, je pense que tu oublies de nuancer un peu dans ton article. C’est probablement vrai ce que tu décris (c’est ton expérience donc difficile de te traiter de menteur ^^), cependant tu devrais préciser que toutes les églises (pentecôtistes vu que tu les mets en image) ne sont pas comme ça! Et loin de là!
    Si je rencontre un camer imbécile, pus je en déduire que tous le sont? Or d’après moi tu laisses sous-entendre ici que c’est le cas pour les églises.
    En tout cas, encore bravo!
    Et..que Dieu te bénisse!

    Répondre
    1. Mahop

      Qu’est ce que tu veux dire Jaco? que l’église pentecôtiste a des variantes?

      Répondre
  12. Bazord

    Good paper comme dab. Je suis entièremnet d’accord avec le fait que ses églises peuvent se reveiller sans géner le voisinage mais il n’y a pas qu’elles même quand on organise une manifestation chez nous on se fou pas mal du voisinage comme si parcequ’on fait un pétit truc chez nous les autres doivent s’arréter de vivre. Florien vient voir à Douala comment nos pistes cabossées qu’on appelle routes sont bloquées pour des deuils, funérails et autres à partir de Jeudi, les bouchons qui s’en suivent sont des plus enervants. A l’heure là, moi j’ai une parade, je coupe d’abord une.

    Répondre
  13. alice

    Rires!!! Florian le Dimanche tu dors quoi??? C’est le jour du Seigneur et c’est aussi le jour pour les pseudo pasteurs de pointer non?? Pardon laisse les pointer en paix… et bon Dimanche

    Répondre
  14. ayyahh

    j’aime 🙂

    Répondre
  15. Jeanne Nlend

    cè tro cool ton papier, je l’adore. Pour y être passé je sais ce que s’est. Pour une maladie encore mal connue à cette époque (L’asthme), j’ai eu droit à plusieurs séances de délivrances et autres rites pas très catholiques. Jusqu’au jour où j’ai dit à ma mère, j’en ai marreeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee. Laissez moi plutôt mourir. Et du coup, le diagnostic de l’hopital m’a sauvé.

    Répondre
    1. Johena

      Aïe, heureusement que vous n’étiez pas en pleine crise pendant une de ces séances. J’imagine l’horreur que ça aurait été.

      Répondre
  16. Pingback: Satan, sors de ce corps ! | Mondoblog

  17. Johena

    Excellent comme d’habitude. J’ai ri aux larmes en lisant ton billet (et un commentaire en particulier, bien que quand on pense au fléau que constitue la prolifération de ces églises ça donne plutôt envie de pleurer.
    Peace (sincère) et surtout, que Dieu te bénisse toi le mécréant (ironique)!

    Répondre
  18. francis

    kiakiakiakiakia le rapprochement entre la célébration du culte et la beuverie!! il fallait le faire… en tout cas moi j’en connais que ces églises ont remis sur le droit chemin. mais j’avoue qu’il faut y croire à dose homéopathique!!

    Répondre
  19. nkunkuma

    il faut oser ce genre de delire. hahahaha.
    « Ce jour là j’ai compris que la foi était comme la bière, elle descend mieux à plusieurs et avec de la musique. »
    hahahahahaha.

    Répondre
  20. Mahop

    « Après que Orange avec son service pourri eut coupé la communication –interruption attribuée à Satan- on est revenu en mode local »

    ah ah ah ah ah ah! Cette manie que certains ont de voir le diable partout me tue

    Répondre
  21. dorcas

    je vais aller plus loin pour te dire ngimbis que ces pasteurs asperges sur leur soutane des parfums aux odeurs nauséabondes à l’effet de faire tomber en transe tous les corps faibles. VOUS!!!! ON VOUS CONNAIT

    Répondre
  22. paul engolo

    c la conséquence du manque de boulot ces derniers temps qui converti certains hoe ordinaires en hoe de de délivrance!!!
    Mais délivrent-ils réellement ou encore quoi délivrent-ils?

    Big Up Flo

    Répondre
  23. Eva Ayanda

    Excellent l’article!!!!

    Répondre
  24. Dany

    Très pertinent. Quand allons-nous comprendre que la foi est individuelle et que le devoir de mémoire réligio-colonial que tous ces Führers-prédicateurs et autres promoteurs de dictature religieuse pérennisent ne nous rapproche pas de Dieu. On n’a qu’a se respecter Lol..

    Répondre
  25. loretta

    au lieu de passer le temps à nous en prendre aux pasteurs du dehors de maintenant qu’ils soient juste intéréssé ou non nous devrions nous demander le désintérêt dont soufrent les églises traditionnelles qui ne semblent pas particulièrement préoccupées par le fait qu’elles se vident.

    Répondre
  26. Ghis

    Salut,
    t’as vraiment un don dans l’écriture, ca regale de te lire, même lorsqu’on est d’un autre avis, tu reussi a faire rire…
    Pour le cas de l’article aussi je crois que tu denonces un phénomène de société réel, mais comme l’a dit quelqu’un plus haut, tu sembles generaliser…Ne crois-tu pas qu’il y’a aussi des hommes de Dieu sincères et des églises qui craignent Dieu? Qu’attends-tu d’une église dite de reveil? Pour être constructif: Qu’est-ce qu’ils auraient pu faire differement qui t’aurai rapproché de Dieu? Me permets-tu de reposter ton article sur mon blog (http://bliever.blogspot.de/) qui traîte justement de la foi?

    Répondre
  27. Lyly Nandjo

    très bon comme d’habitude d’ailleurs

    Répondre
  28. Akossiwa DOKPODJO

    Oh mon Dieu! Bien qu’étant d’une église de réveil je ne peux m’empêcher de rire non d’éclater de rire de tes ecrits.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.