Non! Le cinéma camerounais n’est pas [encore] mort

Vous vous souvenez de mon billet sur le cinéma au Cameroun? Hier soir en en parlant avec un copain, il m’a fait découvrir cette vidéo. Il s’agit de la bande annonce d’un film camerounais: Les frères d’armes III. Sérieusement, au delà du fou rire qui m’a animé en regardant la vidéo, j’ai été agréablement surpris de constater que des jeunes gens comme ceux-ci se débrouillent avec des moyens rudimentaires pour produire des films dans un environnement culturel qui ne les y encourage pas.
J’ai perdu environ deux heures de ma vie à regarder Expendables 2, mais je crois pas que je regretterai mon prochain achat: le DVD Les frères d’armes III.

Soutenons le cinéma camerounais, même sur son lit de mort!

19 Commentaires

  1. Jean Luc

    ça c’est du KOMA!

    Répondre
  2. Thierry Bela

    je dirai même plus: ca c’est du koma!

    Répondre
  3. stonde

    mieux je ne dis rien hein……

    Répondre
  4. reezbo

    ah ah ah ah ah ah ah…

    Répondre
  5. MAHOP

    S’il n’est pas encore alors c’est qu’il agonise…sérieux c’est quoi ça?

    Répondre
  6. Johena

    400% ridicule.
    Pourquoi ne pas se limiter à faire des choses simples, basées sur des thèmes qui collent à la réalité de la vie des Camerounais?

    Répondre
    1. gio

      salut johena ; achetes toi les DVD du film et regardes les.; après seulement tu pourras juger s’ils colles à notre réalités ou non. quand je dis les DVD je veux parler du 1, 2, et 3.

      Répondre
  7. Nino

    A mof midé.
    Il y’a deux actions terribles dans la bande d’annonce ci :

    – à 2’19 –> 2’22 (comment les bendskins peuvent s’en sortir en cas d’agression)
    – à 3’49 –> 3’53 (même Bruce Lee évitait de telles figures acrobatiques)

    A mof deh, on achète le DVD où? J’achète vite fait.

    Répondre
  8. Nino

    Les films qui collent à la réalité de la vie des camerounais (ou des africains), on en voit à la pelle dans les foires occidentales…
    Des films sur la pauvreté, la misère, la corruption, la maladie, la tristesse, la polygamie, etc..
    Bizarrement, rarement ces films font des cartons chez eux. Les africains veulent rêver, pas payer pour aller revivre leurs problèmes au cinéma.

    Répondre
    1. Letsnotimitateothers

      Bien parlé Nino 🙂

      Je pense qu’un peu des deux, c’est bien !

      En attendant, c’est encore les débuts, le cinéma camerounais se cherche et c’est à force de persévérance, qu’il se trouvera.

      C’est en cherchant qu’on trouve, n’est ce pas :-))

      Répondre
    2. Johena

      Tiens, tiens! Si on avait deviné la plume d’un caucasien derrière ce que vous venez d’écrire, on aurait tout de suite crié au scandale, protestant que la vie des africains ce n’est pas ça, bla bla bla… Comme quoi…
      Quand je parlais de la réalité de la vies des camerounais, je ne pensais an aucun cas à toutes ces choses que vous avez citées.
      Sans aller très loin, les excellents billets que nous lisons sur ce blog peuvent être une source d’inspiration pour un scénariste et, je ne vois pas en quoi les films qu’on en tirerait correspondraient à ceux qu’on voit dans les foires occidentales.

      Répondre
  9. Faisma

    Pour avoir vu le film « Les frères d’armes 1 », Je peux tout simplement vous dire que ces gars méritent tous nos encouragements. Ils sont tous pratiquants d’arts martiaux et certains ont fait leurs preuves jusqu’aux compétitions nationales. Ils ont une passion pour les arts martiaux et une pour le cinéma, quoi de plus simple dès lors de combiner ces deux??? Donc au lieu de passer le temps à critiquer prenez simplement ces quelques faits en considération pour cerner la mesure de leur travail:
    • L’histoire de fond sur laquelle se base la trilogie est pleine des sens et est relatée de manière cohérente (Pour le premier film en tout cas je peux le certifier)
    • Cette histoire (policiers véreux, chantage, enlèvement, coup-bas entre amis, jalousie, cocufiage, grand banditisme) fait aussi partir du quotidien de nos villes et vies.
    • Ces gars, malgré les moyens rudimentaires qu’ils ont à leur disposition, font un travail remarquable :
    o Ils font des stunts sans protection quelconque, des choses que même des professionnels ne feraient pas dans ces conditions.
    o Les prises d’image et de son sont de bonne qualité, vu les conditions dans lesquelles ils tournent (je n’ai pas vu de micro pendre au milieu de l’image par exemple).
    o La mise en scène, le recoupage d’image et la transition entre les scènes sont ok
    o Le bruitage est bien synchronisé
    o Les effets spéciaux sont de taille, vu les équipements qu’ils ont à leur disposition.
    o Côté scénarios de combat et leurs exécutions, le savoir-faire de plusieurs « ceintures noire » parmi eux saute aux yeux.

    Quant aux dialogues, c’est vrai qu’il y a encore beaucoup d’effort à faire! Pour être un bon acteur soit on a le don, soit on a une bonne formation, soit on a les deux.
    Malgré qu’il soit un piètre acteur, nous avons tous aimé Van Damme et son « frère jumeau » dans « double impact » ! Ou bien ??
    Qui peut dire que Dolph Lundgren dans « Universal Soldier » ou dans « Master of the Univers » était plus convaincant que Denzel dans « Malcom X » ou « Training day » ? Ou alors plus convaincant que Di Caprio dans « Gangs of New York » ou « Inception » ? Personne !!! Mais une chose est sûre !! Doph, même grand père qu’il est, les chicote tous les deux allez retour comme on tchat au kwât !!! Ou bien ???
    Nguimbis ! Merci pour ton blog et du courage !!

    Répondre
    1. Johena

      Faire la politique de ses moyens est une preuve d’humilité et en aucun cas un manque d’ambition. Les réalisateurs de ce film plus que quiconque savaient les moyens dont ils disposaient avant de commencer le tournage et avoir choisi de faire ce genre de film était risqué.
      Si le pitch de leur film était l’histoire d’un enfant passionné d’arts martiaux qui veut en faire son métier au grand dam de ses parents, on aurait eu tout les éléments positifs que vous mettez en avant dans votre commentaire sans que le manque de moyens se fasse autant ressentir.

      Répondre
    2. gio

      salut Faisma, je suis vraiment touché par ton commentaire et cela m’encourage à continuer les films comme la trilogie des frère d’armes. en pasant je suis le scénariste, producteur, co-réalisateur et chorégraphe des combats(excusez si je cumule autant de fonctions). encore merci!!

      Répondre
      1. DJ Fongus

        Ah OK.

        En tout cas Gio, quoi qu’on dise, ton histoire là c’est la mort.
        J’ai de l’admiration pour ceux qui osent.

        Les camerounais ont besoin non seulement de rêver, mais de savoir que leur rêve sont réalisable, et c’est de ce genre d’exemple que l’on a besoin.

        Je vous le dis, il y a longtemps que le Cameroun a perdu son leadership en Afrique Centrale. Le Cameroun est le pays de la CEMAC qui globalement le sous-sol le plus pauvre, même si celui-ci est très diversifié. Au rythme ou va le Congo Brazza dans lequel je suis, on aura bientôt l’air du mexique à côté des Etats-Unis, l’industrialisation en moins. Comme le Rwanda, nous n’avons que la terre et surtout le potentiel humain pour nous forger un modèle de développement durable.

        De ce fait, toutes les oeuvres de l’esprit on leur importance.

        Alors big up.
        Ou est-ce qu’on peut l’avoir à Yaoundé, où je passe habituellement mes Congés ?

        Répondre
  10. nkunkuma

    serieux… je me tais sur ce coup la.

    Répondre
  11. Toun

    Merci Florian pour ce voyage vers le cinéma africain francophone d’action. C’est tellement rare que ça fait du bien. Merci aussi pour les commentateurs. De mon côté, je trouve que c’est très bien de commencer quelque part et j’offrirais, si je le pouvais, ma plume et mon temps pour améliorer les conversations -à mon avis, la seule chose qui doit faire vraiment tache dans ces films. Quel bonheur de voir des acteurs se démener dans un cadre qui m’est familier!!

    Répondre
  12. notue

    projections 27 aout a douala bercy
    31 yaounde centre culturel camerounais
    1er septembre sangmelima
    4 sep bafoussam
    2013

    Répondre
  13. mimine

    je suis juste KO,
    ce n’est peut être pas de spielberg, mais quelle barre de rire on se prends quoi!! par contre bons cascadeurs (y)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.