Je suis camerounais, je comprends tout!

Laisser un commentaire

Comment as a guest.

  1. En tout cas, elle t’ont bien lavé…. mdrrrrr.
    Ces histoires de 1 chronique par semaine, je sens que je vais devenir ACCRO 😉
    Bonne continuation

  2. Excellentissime billet – moi j’ai eu la même expérience, des dualas persuadés que j’étais comment dire? « pas camerounaise » … Ils parlaient juste à coté de moi (en des termes flatteurs heureusement, sinon je sais que je n’aurais pas eu ton sang froid) c’était assez marrant j’aurais dû dire un mot à la fin aussi mais je me délectais trop ☻

  3. Depuis la découverte de ce blog, je me rend compte que certaines lectures sont encore plaisantes.
    Bonsoir aux deux sorcières !

  4. Le tribalisme est tenace au Cameroun!Il s’exprime même loin loin de notre cher pays.Il est temps de faire ce pied de nez à tous ceux qui alimentent ce fléau .Ton histoire est édifiante.Merci!!!

  5. Bjr,je suis agréablement surpris par la manière avec laquelle tu peint les méandres de la société camerounaise,et te souhaite bcp de courage pr la suite de tes chroniques surtt que celles-ci sont le lot quotidien des camerounais.
    Elles sont très plaisante surtt « l’humour » que tu utilise pr dénoncer.
    Big up!!!

  6. hi kongossa man!
    franchement j’apprécie ce énième billet pour le côté fun..pas facile de garder son flegme le temps d’un trajet de taxi, face à deux furies qui médisent de toi dans ta langue maternelle..mais c’est toi qui t’es le plus marré à la fin, comme dans le dicton..
    Tirer d’un fait apparement anecdotique une réflexion sur l’intégration inter-ethnique dans notre cher et beau pays, çà c’est de l’art..et de surcroît, je partage ton opinion. je ne m’embarasse pas de savoir si untel est mon ‘frère du village’ ou non avant de pouvoir me sentir proche de lui. un hobby, un intérêt ou un sort partagé même momentanément (le temps d’une course de taxi par exemple)..suffisent. au passage, permets-moi de te féliciter pour ton multilinguisme, car c’est assurément le meilleur remède au tribalisme ambiant. Vivement le prochain épisode de tes aventures..

  7. hahahahahahahaha…les deux sorcières refléchiront à deux fois avant de reparler le ngoumba dans un lieu public.!

  8. Le point en plus est cette subtilité avec laquelle tu manies la langue, partir d’un fait divers pour l’assimiler à une situation qui domine l’actualité du terroir, c’est tout simplement magnifique. Très belle chute. Ce billet entre dans ma collection : »The best of Kamer Kongossa »…
    Bonne suite!

  9. Et puis, j’espère que le message est passé: passe un jean propre; rase-toi de près… et tu seras encore plus séduisant

  10. Morte de rire, Merci à ma soeur Michouz qui m’a fait gagner un quart de ma vie en me montrant ton blog, je suis morte de de rire et j’adoooore!! Je sais mm que je vivais comment avant kongossa.mondoblog ptdr..; Encore un nouveau fou ptdr

  11. Bonjour,

    j’ai découvert ce blog sur la page facebook de Je Wanda qui demandait de voter pour vous. Ce que j’ai fait évidemment avant même d’avoir lu le contenu et sans m »être demandée s’il est bassa, bamiléké, sawa ou duala. J’ai par la suite fait défiler hier soir et je suis tombée en extase devant les titres. Ce matin j’ai parcouru cet article hilarant, poignant et profond. Je ne peux que vous dire BRAVO. Je vous souhaite de gagner et surtout bonne continuation!

  12. Ah!Enfin comme moi!A mi chemin entres plusieurs cultures. Mes parents sont de deux groupes ethniques complètement différents. Chacun de mes grands parents et arrière grands parents aussi.Sans compter les coépouses et autres qui venaient apprenaient leurs langues à tous les enfants sans distinctions.Je suis un brassage entre autre de:Douala,bankon,bonkeng,maka,bulu,bikele,bekeng,badjue,Bagangté.Eh J’allais oublier l’Eton que j’ai appris grâce à ma nounou!
    J’avoue que moi aussi je trouve ça ridicule de s’accrocher de nos jours à ce genre considération qui renferme les langues.
    Aucune langue n’est hermétique!Je peux aussi dire que je comprends tout

Read Next

Sliding Sidebar