Cahier d’un retour au Cameroun natal

La Cène d'après Pascal DAGNAN-BOUVERET, 1897

Aller en Europe n’est pas facile hein ? Mais alors pas du tout.

En réalité, pour quelqu’un comme moi, ce n’est pas tant aller en Europe qui est difficile, mais c’est de retourner au pays. Chaque fois que je vais en Europe, à mon retour, je suis en butte à un certains nombre de soucis qui, ma foi, me font parfois regretter ces séjours. Ce n’est pas tant moi qui change, mais les gens autour de moi.  Du coup les premières semaines sont souvent assez surréalistes.

Les proches

Ceux là dès ton départ te donnent le ton : « rapporte moi un iphone, ou si tu ne peux pas, je me contenterais bien d’un Samsung Galaxy, tu sais, le SIII, celui qui rentre par la fente sous la porte, comme dans la pub ». A ce moment là, promettre est facile, on se dit : ils oublieront. Erreur ! Le jour de ton retour, ils sont dans le hall de l’aérogare avec des pancartes portant ton nom, pour bien prouver qu’ils sont tes proches. Ils sont rapides : dans le taxi qui te ramène, ils pointent d’ores et déjà leur butin : Gars ! moi je prends seulement le téléphone-ci. Mon frère, je signe sur la montre-ci. Mon ami, donne ma part d’euros là! là! là! Heureux, euphorique de retrouver le pays qui t’est cher, tu ne te rends pas compte que tu n’es qu’au début d’un cycle infernal.

Ceux qui se disent tes amis

Vous savez, ces « amis de bière », des gars avec qui tu traînes le soir et qui prennent pour prétexte qu’il n’y a jamais d’eau dans les robinets de Yaoundé pour « couper » deux ou trois bières chaque soir dans un bar où ils sont crédibles. Ceux là, comme les disciples de la Cène t’attendent pour faire de toi le roi du tableau, le Christ. Comme une personnage d’Auguste Le Breton, ils te trouvent d’abord un surnom: Le Parrain, le Roi, le Lion, le Boss, le Faroteur, le Français etc. Dans mon cas, ils m’ont surnommé Président, Prési pour les intéressés, pardon les intimes. Ils poussent des vivats de joie quand tu entres dans votre bar pourri de seconde zone. Ils te font un triomphe, giflent la fille qui ne veut pas te dire bonsoir, menacent le barman qui ne veut pas te servir rapidement et au final te présentent la note que tes poches saignées à blanc payeront en euros rapidement convertis en francs CFA sanguinolents.

Les mères des filles que tu ne connais pas

Les filles que tu ne connais pas sont en réalité des filles jolies à qui tu dis bonjour chaque matin, mais qui te toisent du haut de leurs Louboutin made in China. Dès qu’elles apprennent que tu es de retour, elles ne te saluent pas, mais envoient leur mère te tacler. C’est ainsi que devant la boutique du sénégalais tu reçois le salut de la mère de Francine qui te rappelle que depuis six mois tu n’es pas venu manger de son invisible rôti : amende de 5000F. Devant la poissonnerie tu te fais gentiment, mais fermement engueuler par la mère de Nathalie qui se souvient que tu lançais des cailloux sur sa toiture à des heures indues pour faire sortir sa fille, amende : 5000F sans qu’on te précise s’il s’agit d’une avance sur la dot.

La famille Picsou

Il ya ta famille, qui voit tout cela d’un mauvais œil. Tes frères qui te prennent pour Samuel Eto’o et attendent que tu crée la société qui va les embaucher, tes sœurs qui t’appellent toutes les cinq minutes pour te rappeler de rentrer et de ne rien donner aux jaloux du quartier, oui ces jaloux qui ont dit partout que tu n’étais pas en France, mais en prison.

Le reste du monde

Les autres c’est le reste, ceux qui avaient vu dans la boule de cristal que tu serais un grand dans ce pays, ton callboxeur qui te fait la révérence en oubliant toutes les fois où il t’a ceinturé pour un malheureux crédit téléphonique non payé, tous ceux là qui n’ont qu’un mot à la bouche : où est le chocolat de France ? A croire que le cacao ne vient pas essentiellement d’Afrique.

Le crépuscule du Dieu

Tout ce manège dure environ deux semaines. Le temps pour toi de vider le petit sac plein d’euros acquis parfois par des moyens inavouables (ce n’est pas mon cas, je vous rassure). Et puis, les observateurs commencent à remarquer que tu as épuisé ta garde robe, que tu as mis le même T-shirt deux fois de suite, que tu as grimacé devant une facture minable qui ne ressemble même pas au tiers de ce que toi le Prési paye d’habitude. Des anecdotes commencent à courir sur ton compte, comme quoi, tu ne prends plus les taxis en course, qu’on t’aurait surpris en train de discuter âprement le prix d’une malheureuse tête de maquereau braisée que tu estimais trop chère. Et tes frères qui découvrent que la dernière valise non ouverte dans ta chambre ne contenait pas des Macbook mais des livres ! Là tu es fini, bel et bien fini.

Le Prési est mort, vive le Prési!

Tu comprends que tu es revenu sur terre quand les vautours te lâchent enfin pour s’intéresser à une autre proie. Généralement tu t’en rends compte un soir dans ton bar favori, lorsque tes disciples d’hier accueillent un autre quidam avec les cris qui hier encore étaient ta marque déposée : Prési! Prési! Prési! Parfois tu ne réalise pas, jusqu’à ce qu’on te bouscule de la place centrale, celle du Christ, pour te reléguer en fond de table, sur le siège de Judas Iscariote. Là tu comprends enfin, que les diamants sont peut-être éternels, mais les francs CFA non. Malheureusement, c’est généralement ce moment que choisissent les braqueurs pour venir sonner à ta porte en pleine nuit, machette en main…

Peace mes frères !

 

27 Commentaires

  1. DjiaThink

    Le « reste du monde » se comporte vraiment comme « Les restes du monde » ich ! 🙂

    Répondre
  2. Michouz

    Triste mais pourtant une réalité.
    Ta plume est toujours aussi drôle, impossible de ne pas rire aux éclats (au bureau)…

    Répondre
  3. belobo aline

    hahahahahahaha…très jolie…j’aimerais certainement pas être à ta place dans ces moments là… mais ça ne veut certainement pas dire que tu ne vas pas me donner ces chocolats!

    Répondre
  4. belobo aline

    hahahahahahaha…c’est très joli…j’aimerais certainement pas être à ta place dans ces moments là… mais ça ne veut certainement pas dire que tu ne vas pas me donner ces chocolats!

    Répondre
  5. zouatcham

    Voila un beau tableau qui me représente parfaitement une situation vécu il y’a quelques mois au pays. Ah ce pays est dur avec les voyageurs.

    Répondre
  6. AlPat

    Une réalité vécue dans les pays du continent. A Babi (Abidjan), le « parrain » ou « parigo » du temps de nos parents, on dit que c’est avec l’argent de la plonge à Bengué (Europe) qu’on construit les meilleurs piscines d’Abidjan. Ciao, bon retour au bled

    Répondre
  7. alice

    Rires!! Florian j’aime te lire!! lorsqu’un mbenguiste arrive au Cameroun, il devrait se faire petit et quasiment invisible et on lui collera la paix!! Certains apprendront le passage au pays natal quand il aura dejà pris son vol pour rentrer au pays des euros!! ceux qui ont compris le font déjà, c’est pas facile mais c’est faisable

    Répondre
  8. BETTINA ANITA

    Cette histoire a l’aire trop vrai. Je reconnais ces euros, et la machette de la fin. Florien…….. décidément, tu ne finiras jamais de métonner

    Répondre
  9. Pingback: Cahier d’un retour au Cameroun natal | Mondoblog

  10. mariah

    hihi tu n’as encore rien vu n’est ce pas toi qui te prends pour un homme public??? alors assume prési!!!

    Répondre
  11. toubaigne

    « giflent la fille qui ne veut pas te dire bonsoir » hia hia hia
    sérieusement, il va falloir penser à mettre toutes ces histoires en scène, hein. ça donnerait des sketches mé-mo-ra-bles.

    Répondre
  12. sylvia

    la première fois qu’on va au pays on se fais avoir,mais au retour du voyage on ouvre les yeux surtout quand on apprend les commentaires ingrats qui sont dits sur notre dos par les meme personnes qui ns ont poussé à raquer,je vs assure après on se blinde,obligé et tant mieux pour ma pauvre poche

    Répondre
  13. oniN

    D’où l’intérêt de poser les barrières avant même d’être parti.
    Quand je rentre, le callboxeur menace même de ne racler, tellement il ne voit pas la différence avec les gars du pays, et c’est bien comme ça.
    Bon, des fois, des petites expressions trompent aussi. Tu rentres dans une boutique, tu dis : »Bonjour. Excusez-moi monsieur, auriez-vous… » et là, tu es fini.

    Répondre
    1. ChrimeKouemo

      Ces fameuses expressions qui trahissent!! lol J’ai eu le coup la dernière fois au pays en achetant une baguette dans une boulangerie. Le type m’a carrément demandé de « parler normalement » avant de pouvoir me servir.

      Répondre
  14. Charlotte

    Il parait que c’est comme ca en Afrique, c’est la meme chose que quand ma mere est parti au Gabon pour la premiere fois en Aout 2008 apres 18 ans, elle n’a pas eu des problemes avec les entourages car nous venons d’une famille aisee, stable et comprehensive dont laquelle ils comprennent que la vie a l’etranger est tres difficile que souvent ils nous envoyent l’argent de temps en temps; ma mere quand elle est au Gabon elle est plus a l’aise avec sa belle-famille(ma famille paternel) parce qu’ils depensent pour elle mais quand elle va au Cameroun(pays originaire) la pire des choses c’est quand elle est allee la-bas pour la premiere fois en Avril 2010 apres 25 ans, c’etait toute une communaute de sa famille paternelle et maternelle qui l’attendaient a l’aeroport de Nsimalen(aeroport international de Yaounde) c’est a dire que les gens qu’elles ne connaissaient pas du tous parce qu’elle a grandit au Gabon car sa maman vivait depuis longtemps la-bas a Libreville mais apres quand elle est decedee en 1986 c’etait la derniere fois que ma mere etait la-bas donc alors vous comprenez que les choses ont changee au Cameroun, la premiere semaine c’etait pas mal mais apres jour par jour ca devenait difficile car elle ne supporte pas les mentalites des Camerounais et dans leurs vie quotidienne et surtout ce qui regne le plus la-bas au Cameroun c’est la corruption ou les policiers te soutirent l’argent a chaque controle il parait on les appellent les mange-milles. Alors la et dans tous ca la moi je dois me preparer mais ce qui est sure je vais eviter les choses de valeurs car j’ai appris meme que souvent les braqueurs viennent cambrioler les domiciles des gens surtout quand ya une nouvelle arrivee dans le quartier juste pour le faire peur. Bref apres tous aussi c’est la vie on va encore faire comment? Il faut aussi comprendre les gens qui sont rester au pays car c’est pas eux le probleme mais c’est le gouvernement qui ne fait que detourner l’argent du peuple, la jeunesse Africaine est sacrifiee a cause des appetits stupide des dirigeants qui ne veulent pas le developpement de leurs pays ils savent tres bien que la jeunesse est importante dans la vie quotidienne, voila pourquoi ya beaucoup d’entre eux qui font des choses vraiment lamentable au point meme ou ils sont pret a tuer leurs parents juste pour de quoi mettre dans le ventre(pas eux tous), c’est pas aussi tous le monde qui a de la chance aller en Occident car aussi l’Occident il faut travailler dure pour bien vivre dans les bonnes conditions.

    Répondre
  15. Le Steavy

    -Si au depart ne connaissant pas les dures réalitées du terrain tu as fait des promesses parceque tu etais trop heureux ou pour te debarasser de quelqu’un peu importe c’était une promesse on attend.
    -Si au téléphone tu change d’accent (pensant te faire ecouter par les francais ou d’autres etrangers ) chez nous qui frime assume.
    -Si tu te films avec les gros telephones en main, parfois objects de promotions d’un opérateur tu va mentir qui apres je veux ma part .
    -Si tu t’habille avec les vetements de marque italienne pour te fondre dans le decor en tous cas il sont chers le chinois nous as deja libéré alors tu as un peu assume.
    – Si ta page facebook brille toujours, sur les photos tu es toujours heureux tu nous presente ta vie comme un conte de Fée tu veux qu’on s’imagine quoi ?

    La liste est longue, la faute à qui ? de l’autre coté tu nous faissais réver avec tes histoires maintenant tu es present comme on dit chez nous « tu vas laver ton nom » Florian les histoires c’est pour toi, moi je veux ma part .

    Répondre
    1. alice

      MDR!!! Lesteavy, tu as su résumer les problèmes de fond!!

      Répondre
  16. Cerise

    Wooow Florian, tu n’as pas honte ?

    En tout cas comme disais quelqu’un : Le Cameroun tu l’aimes ou tu la quittes !

    Donc le plus difficile c’est de rentrer hein ? Donc tu es prêt à « fuir » ton pays seulement parce que tes proches, amis et ton entourage vont te demander des chocolats, notebook et autres ?

    Répondre
  17. Anonyme

    Nous aime l’odeur des articles de Mbeng….
    de plus, il est préférable se faire ramener un gadget de l’autre côté, car au pays c’est tu toc en permanence…. jamais certain de trouver un original….
    et pour la valise de livres, tu peux inscrire ta dédicace et l’offrir aux uns, du moment où ça vient de mbeng, c’est déjà ça……..à moins que tu souhaites ouvrir une bibliothèque ou faire une collection….

    Répondre
  18. MAHOP BEKOUME Carine

    Comme quoi à chacun de retrouver sa catégorie….

    Répondre
  19. deb

    franchement, je me retrouve dans cet article!! que se passe -t-il dans la tete de nos freres restés au mboa?.

    Répondre
  20. Ness

    J’ai envie de rire aux éclats telmen c drôle, mè là sui o boulo, si je le fais c’est renvoi direct… mdrrrrrrrrrrr

    Répondre
  21. véroniques

    Ecoutes rizboo tt ce ki est ecrit est totalement ..et completement vrai je l ai bien vecu et c est triste mtn j ai decide de mtn revenir au pays sans annoncer autant mieux k on me decouvre

    Répondre
  22. estelle Nanga

    qu’est ce que je faisais depuis pour ne pas lire ces articles hilarants……Trop fun je suis encore entrain de rire ….

    Répondre
  23. Bazord

    Ce sont aussi les voyageurs qui favorisent cet état des choses.

    Répondre
  24. Pingback: Je suis camerounais, je suis Boko Haram | Kamer Kongossa

  25. dongmo feudjio ferdinand

    quel talent mes freres,hexlas ….

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.