Je suis camerounais, je ne trie pas!

Miss Gabon 2012

J’avais prévu de vous raconter une histoire intitulée Bonnie & Clyde en Chrysler, mais comme elle tournait comme la première autour d’un voyage improbable sur l’axe Yaoundé Douala, j’ai décidé d’en sortir une autre de ma mémoire.

Vous savez, pour le camerounais, le Gabon a toujours été un Eldorado. Une espèce de pays de Cocagne où le CFA coule à flot. Ils sont donc nombreux les Camerounais qui tentent leur chance sous le soleil du Royaume Bongo. Certains reviennent, les poches pleines de CFA, dont ils arrosent leur entourage, d’autres… bon! Ce n’est pas le sujet.

Miniferme, dans la première décennie des années 2000.

Je ne l’avais jamais vue. Mais je connaissais parfaitement son prénom, collé sur tous les objets de la maison familiale, mantra miraculeuse que ses frères passaient le temps à répéter: Chantal. « C’est la pendule que Chantal a envoyé », « la voiture que Chantal a envoyé », « la toiture que Chantal a fait réparer », « les habits de Noël envoyés par Chantal ». Je connaissais très bien les oeuvres de Chantal la gabonaise. Spectre bienfaisant dont personne ne pouvait dire avec certitude ce qu’elle faisait au Royaume Bongo.

Un jour, Chantal est rentrée au pays. La masure de ses parents qui ces derniers mois était froide et et inhospitalière a repris vie: peinture sur les murs, odeurs de bouillon, cour défrichée (comme s’il fallait attendre Chantal pour tenir la machette).

J’ai eu une agréable surprise hein? Chantal n’était pas la vieille bête de somme que j’imaginais. c’étais même une accorte et jolie jeune femme. En tant que copain ayant plusieurs fois mis la main à la poche pour chasser la faim du ventre des petits chantaliens, j’ai été présenté à la star. A défaut de me remercier par une médaille, voilà qu’elle décide de m’inviter à sortir.

Elle, deux de ses frères, nerveux comme des molosses (il paraît que c’est ainsi quand on surveille l’argent des autres).

Nous débarquons à l’Intendance. A l’époque Le Mercure était The Place to be. La belle dépense sans compter. Les petits gigolos du coin nous envient. Chantal fait venir une liane tropicale, une de ces créatures qui hantent mes nuits de célibataire. Mon coeur fait BOUM! puis, plus rien.

Présentations: ma meilleure amie au Cameroun.

Je me penche à l’oreille de Chantou: Mama! c’est ici que je meurs!

Chantou a affiché une certaine réticence. Elle a essayé avec son vrai faux ton gabonais de me décourager. Tu es jeune mon petit, le genre de fille ci va te finir.

« Me finir, c’est justement ce que je souhaite ».

Je te dis mon petit, ça c’est une fille du dehors, un crocodile, elle va te finir.

Bon! me suis-je dit, je prends note de tes conseils, mais je fonce quand même.

Première danse dans la pénombre mercurienne: la fille me tâte les fesses. Puis mon cerveau corrige, non, ce sont mes poches qu’elle tâte, elle essaie de me faire les poches!

Je romps la danse.

Un homme normal aurait pris ses distances, se serait retiré du jeu. Je suis camerounais, j’ai dit Ha! Comprenez Au diable!

Voilà comment je me suis retrouvé en train de me trémousser dans une boite mal famée avec une camerouno gabonaise, ses bandits de frères et sa pickpocket d’amie.

j’ai eu un éclair de lucidité:  mes études, mon père, ses sermons sur sa véranda-montagne. Puis j’ai dit Ha!

J’ai passé la soirée à essayer de caresser la fille d’une main, protéger mes poches de l’autre, tout en dansant et en lui cachant que j’avais deviné son manège.

Soudain, la gabonaise, qui avait enflammé la salle par des coup de reins qui ne laissèrent plus aucun doute sur sa profession chez les Bongo, oui la gabonaise eut l’idée d’organiser un cercle. Pas un de ces maudits cercle de danseurs, mais une espèce de farandole où les rondeurs des unes sont accolées au raideurs des autres.

La liane a enlacé la gabonaise (va savoir pourquoi?) j’ai enlacé la liane, une fille m’a enlacé et ainsi de suite. A un certain moment , ma liane s’est désengagée: toilettes!

Je me suis retrouvé encastré dans la gabonaise. Ne perdant presque rien au change, j’ai continué à me trémousser sur un fond sonore de K-Tino. Je crois que c’était nyèguè nyèguè.

Après quelques tours devant le comptoir du bar, je remarque un document qui me semble familier. Pas le temps de bien regarder.

Tour suivant: je distingue une carte d’identité. Pas le temps de lire.

Tour d’après: je remarque que la photo m’est familière. pas le temps d’accommoder.

Ce n’est qu’après quatre tours que je me rends compte que le type sur la photo m’est familier parce qu’il s’agit de moi! Ce que confirme le nom que je déchiffre enfin: NGIMBIS FLORIAN!

Je me suis arrêté net. Plus d’alcool dans le sang. Mon cerveau a fait une analyse froide, simple, implacable: cette carte se trouvait dans mon portefeuille, mon portefeuille se trouvait dans ma poche. La carte était logée entre deux billets de dix mille francs représentant ma ration pour le reste du mois. Si la carte se trouve sur le comptoir, est-ce la peine d’envoyer ma main dans ma poche à la recherche des billets? Réponse: NON. Conclusion: je suis mort!

La liane m’avait eu avant de disparaître. Au lieu d’aller dans les toilettes, elle était revenue se remettre dans le cercle, derrière moi. J’attendais le danger de l’avant, je n’avais pas sécurisé mes arrières.

J’ai dit merci quand même pour ma carte. Les voleurs camerounais ont cette particularité. Ils te volent, mais te remettent toujours ta carte d’identité. D’habitude ils la balancent dans un lieu public, où tu as des chances de tomber dessus. En l’occurrence un comptoir de bar. Il faut se demander des deux ce qui est pire, se faire voler son argent ou sa carte d’identité. Ils sont nombreux à vivre leur pauvreté dans les rues de Yaoundé sans encombre, mais ceux qui ont le malheur de se ballader sans carte d’identité finissent invariablement assis par terre, sous la botte d’un flic aviné: « mon ami tu as oublié ta carte? ok! moi aussi je vais oublier que je suis ton ami ».

Je ne sors plus avec les gabonaises, on m’a dit que les guinéennes étaient mieux. Je vais faire comment? J’en fabrique?

Joyeux anniversaire à  Rebecca Tickle, une vraie liane elle, pas le dix dix francs!

😉

 

 

 

 

 

15 Commentaires

  1. belobo aline

    hahahahhaha…elle t’a fait!!!!

    Répondre
    1. DICKO Moussa

       » Les voleurs camerounais ont cette particularité. Ils te volent, mais te remettent toujours ta carte d’identité. » Je prefère ne pas aller au Cameroun ou ne pas accepter l’invitation de Chantal ou alors ecouter ses conseils encore et encore

      Répondre
  2. Atlantech Int. Cameroun

    Tu paies le yamoo à 20000FCFA et tu pleur, réjouit toi man, ce sont des histoires qu’on aimerais raconter et c’est pour cela que l’on dit souvent « si jeunesse savait et si vieillesse pouvait ». Tu n’as pas le numéro de la Gabonaise à la mayonnaise?, on aime bien se faire plumer aussi, looooooooooooool.

    Répondre
  3. Le Steavy

    hahaha toi au moins on t’a soutiré et tu dansé à essos au Bato ils te volent sans que tu ne commence a t’amuser ,tu as eu ton lot de consolation elle ne t’a pas donné le lait.

    Répondre
  4. Jackson

    Wèè! Ngimbis!

    Répondre
  5. MAHOP BEKOUME Carine

    Tu aurai du écouté les élans de ton 6ème sens……
    J’aime bien la miss Gabon 2012: très belle

    Répondre
  6. toubaigne

    « une espèce de farandole où les rondeurs des unes sont accolées au raideurs des autres » … tout simplement mythique!

    Répondre
  7. Pingback: Je suis camerounais, je ne trie pas! | Mondoblog

  8. RENGUI

    C’est encore une belle histoire, très vraisemblable qui sort tout de même de ton esprit plus labirynthique que jamais. A te lire;pour quelqu’un qui déjà fait un tour, il est difficile de ne pas s’y retrouver. Bravo

    Répondre
  9. olivier

    africain il est temps de lutter pour notre propre bien pour éviter que nous soyons toujours derniers,,,, voila des cose pourquoi lutter. bien moi je suis Camerounais et je suis née au cam depuis 1978 et depuis ce temps je vois les bille de bois qui von chaque foi et chaque jour sur des grumiers cela ne revient plus et cela va où? bien si cela va en europ je crois qu’il est dèjá tant que nous aussi nous sachons combien cela cout et combien on a aussi reçu au Cameroun depuis que cer bille de bois von dans les bateaux ? bien et si cer le ça don tout cer bille du bois non pas encore à tien de telle manier qu’a peur dèjá aussi monter une usine pour defer ce bois sur place pour aussi don donner du travail au peuple camerounais?

    Répondre
    1. Sabrina

      Cher Cowboy,dans mon bahut du Sud-Est de la France, of9 on a le soleil, les 4 4 cilmatise9s, et of9 on ce9le8bre (presque) partout l’UMP, on a appris un nouveau mot : CDS. Comple9ments de Service (dans un autre e9tablissement). Pour que l’ope9ration marketing travailler plus etc fonctionne, on va obliger des profs e0 accepter des heures sup. Les e9tablissements se voient ainsi allouer un nombre tre8s important d’heures sup, au de9triment des heures postes . C’est ainsi que des profs titulaires se retrouvent de9posse9de9s de leurs heures, oblige9s d’aller faire ailleurs un CDS tandis que les colle8gues restant vont faire, eux, des heures sup. Et ce n’est pas tout, on supprime aussi purement et simplement des postes. Conse9quence : des classes e0 35, une surcharge de travail, des profs de9motive9s, qui vont courir d’un bahut e0 l’autre. Pour gagner plus, on repassera, car il faut savoir qu’une heure sup pour un prof est bien moins paye9e qu’une heure normale!-Kafka, au secours! Of9 est le Che2teau? Impossible de les joindre pour leur dire que c’est un truc de fous! Comment e7a? Alle8gre? Qu’est-ce qu’il vient faire le0, lui? Ah oui..de9graisser le Mammouth Alors les bougies d’accord, mais au bout peut-eatre faudrait-il songer e0 un bon vieux be2ton de dynamite )Bien e0 vous,NunziaPS :de9sole9e pour le tour corporatiste de ce message mais puisqu’on veut nous mettre au Slim Fast, autant que e7a se sache.

      Répondre
  10. olivier

    peuples africains ils est temps que vous gagner votre resper contre les envalliseurs qui sont les ausidantaux ne pas compter sur se dirigent vus qu’ils ne travaillent pas pour le peuple mais pour le bien des soi-disant blancs,,, car le pays naît pas à eux le pays apartien au peuple et non a (Pau Paul ni à Chantou) Vu qu’eux aussi ils ne peuvent rien faire mais le peuple oui peur faire beaucoup les sois disant blanc nous appelle des noirs pour Juste nous dénigrées nous sommes le peuple de DIEU et nous sommes des hommes de bronce regarder vous-même je vous asur que si vous les regardez bien vous aller constater quil ne sont pas blanc ils ce cache deriere la couleur blanche pour insi cacher le mal quil son,,, mais pluto rout Iran du sang sait pourquoi il aime bien verse du sang ils sont des serviteurs de Lucifer regarder leur acte car les actent du diable cais de toujours à porter les pleurs le chagrin le maleur et tout sorte de mauvaise chause ce qui peur nuire les enfants de DIEU. N’oubliez pas que tout Seur que la Bible parlée sait des hommes de bronce qui somme nous et ils nous fons la vie emposible ils ya de cela des décennies peuple de DIEU ils est temps car le temps et arrivez-nous savons que le SEGNEUR JESUS Estrais un hemme de bronce sais pour cela qu’ils l’ont crucifié. vous savers les actes de Dieu? et dis moi si leur acte jusca persan son a notre faveur ou a la leur?

    Répondre
  11. ayyahh

    Olivier, les fautes d’orthographe là, c’est exprès wahhh tu es dans ton sérieux

    Répondre
  12. mariah

    bleukkkkkkkkkkkk tu n’as encore rien vu ,achouka now tu vas comprendre que la nourriture des grands les petits ne la mangent pas!!!!
    tu as ta chance qu’elle t’a laissé ta carte d’identité

    Répondre
  13. Rapidos

    Papa tu es fort!!!! xptdr!!! Depuis je lis mais je ne voulais pas commenter, le tour ci tu m’a win, c’est vraiment ici que je suis mort!!!! Megde alors!! Mdr

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.