Le kongosseur chez les danseurs

Le kongosseur. Seul, ou presque...

Dernièrement, je m’ennuyais. C’est rare, mais ça peut arriver. Je récupère une donzelle, vous savez du genre qui vous répète tous les jours : « on sort quand ? »  Je lui  dis « Today na today, choisis l’endroit, moi je fais le reste ! ».

Une boite de nuit quelque part en centre ville. C’est écrit jeudi des filles. Excellent !

Sitôt entré, je la laisse se débattre avec une bouteille de whisky – du moins, c’est ce qu’il ya écrit dessus- et moi j’avale coup sur coup deux castel congelées et infalsifiables.

Vous savez, j’appartiens à la catégorie d’individus qui s’amuse avec son cerveau. Je regarde, je sens, j’analyse, mais je participe très peu à l’action. Donc je regarde la minette se trémousser sur la piste, trop content d’évaluer sa cambrure, de jauger ses coups de reins, d’admirer son galbe. Bon ! Je vous arrête, ça n’a rien à voir avec du voyeurisme.

Après quatre castels, mon sang se met à bouillonner. Surtout que la minette n’arrête pas de me demander de la rejoindre sur la piste. Mais voilà, je ne me reconnais pas dans la musique. On passe Arafat, vous savez, le Yorobo 12500 volts. Je me demande comment je vais me débrouiller pour suivre une cadence aussi infernale, surtout qu’autour de moi, ça danse dur et bien.

Je me suis toujours extasié devant cette capacité des camerounais à récupérer les choses des autres et à se les réapproprier au point de faire corps avec. Vous auriez dû voir les jeunes gens danser sur la piste. Contorsions rythmiques, tremblements syncopés, glissements contrôlés, jeux de jambes saccadés. Tchaï !!! C’est une boite d’ivoiriens ou bien ?

Je commence à prier. Ce d’autant plus que je remarque deux éphèbes qui semblent à voir confisqué mon dossier et enchaînent avec elle danse sur danse. Je prie le dieu des DJ pour qu’il touche le cœur de son disciple qui officie aux platines. Je veux un petit pays, je me contenterais de Douleur, je prendrais même Keng Godefroy, mais par pitié enlève-moi cette musique d’experts. Cette musique qui me fera passer pour le con de service.

Rien.

A un moment, je décide de me lancer, mais là, les gars sortent leur bombe atomique : un cercle. Le cercle de danseurs est la plus grosse escroquerie qui existe. Tu as des gars qui sont d’excellents danseurs. Désireux de se faire voir, ils te forment un cercle au milieu de la piste et se mettent à exécuter les figures les plus extraordinaires qui soient. Toi le mec ordinaire, tu es dans un coin, profitant de la pénombre pour cacher ta maladresse à ta cavalière quand soudain le mec au milieu de son cercle exécute une aile de pigeon, déhanché, double zigzag avec réception sur le petit orteil. La foule en délire hurle et, instinct grégaire, ta donzelle te crie dans l’oreille « allons là bas ! ». Voilà comment tu te retrouves à faire partie du cercle où tu n’entreras jamais, à taper des mains comme un idiot, tandis qu’un crétin désarticulé récolte les fruits d’une gloire imméritée avec la complicité d’une musique inaccessible.

Je me suis rassis.

J’ai espéré que le DJ change de musique, mais sa compilation semblait programmée pour toute la nuit.

J’ai espéré qu’AES SONEL coupe le courant, mais apparemment ils attendent les jours de match.

J’ai espéré qu’Al Qaida fasse tout sauter, mais je me suis souvenu que j’y passerais aussi.

J’ai espéré que Jésus revienne ; je n’ai pas espéré pendant longtemps…

Las de voir la gourgandine et ses deux danseurs ne revenir à ma table que pour s’abreuver de mon whisky et me sortir des phrases du genre « trop top ! »  « Mortelle l’ambiance ! » etc., j’ai vidé ma castel, resserré mon nœud de cravate (j’en avais une, j’avoue) et je suis sorti le plus dignement possible.

J’ai fini la soirée (seul) dans un snack tranquille à me consoler avec des phrases savantes du type : Je préfère être le premier dans ce village que le second à Rome (Jules César).

J’accuse un an de plus au compteur en ce jour, je me fais vieux.

Peace mes frères !

12 Commentaires

  1. milka kyra

    c’est toujours avec le mm plaisir que je dévore tes articles…. je vais reprendre les parole ce danseur et « profiteur »: « trop top », pour qualifier cet article.

    Répondre
    1. Ngimbis (Auteur de l'article)

      Merci Milka!

      Répondre
  2. stonde

    Mdrrr; xa fait de la pub à « castel »!!!
    HBD M. le Kongosseur

    Répondre
  3. karnage

    lol mdr, t’es le roi de l’écriture, je kiffe trop chapeau et merci de nous régaler

    Répondre
  4. Le petit negre

    Mais quelle plume mes amis, quelle plume.
    Joyeux anniversaire quand même « viel homme » 🙂

    Répondre
  5. paul engolo

    assez beau récit, tu es tjrs inspiré surtout sait agencé les idées; God bless you friend and HBD en retard Man; j’étais hors réseau il y a klk temps. aux plaisirs de relire bientôt.

    Répondre
  6. dorcas

    trop top le gars je suis au buro avec mes detracteurs et subitement je suis prise d’un fou rires qui me transporte et me transperce de rires.. wouais le gars si HBD!!

    Répondre
  7. Taty

    Pliée de rire…

    Répondre
  8. ayyahh

    T’inquiète, ici aussi on a du mal avec le Yorobo national et de ses chansons et danseurs désarticulés…

    Répondre
  9. Pingback: L’alcool fait le malheur de ceux qui n’ont pas d’eau :: KamerKongossa | Chroniques camerounaises

  10. Stangor

    Hey,

    Je débarque sur ce site! Florian, j’adore ton style d’écriture! A mourir de rire!
    Juste une question: C’est quoi un Kongosseur?

    Répondre
  11. Narcisse WANDJI

    POpopopopooopooo. On t’a fait ça au village? Mbom avec des idées pareilles, toi même tu croyais que quoi. Quelle idée de laisser la gourgandine choisir son lieu? Voila ce qui arrive à ceux qui ne demandent pas conseiller aux anciens comme nous.

    Tu es à quel niveau mbom avec les 1 nan qui viennent de s’ajouter? Tu peu toujours WANG WANG WANG? Parce que j’ai le secret au cas où…. lol

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.