Africain, qu’as-tu fait de 2011? Qui es-tu en 2012?

Tandis que je me creusais la tête pour vous offrir un texte digne de vous en cette fin d’année, je suis tombé sur cet article-bilan de mon amie Juliette Abandokwe. Humilité oblige, j’ai reposé ma plume devant tant de pertinence et décidé de partager avec vous ce texte qui reflète mon état d’esprit en ce début d’année.

 

 

 

 

Les mascarades socio-dramatiques se sont succédées les unes après les autres, presque autant de fois qu’il y a eu d’élections, soit 17 fois en Afrique subsaharienne, avec le même scénario à chaque fois:

Préparation du terrain de la fraude par les amendements de la Constitution par des moyens subrepticement frauduleux, jusqu’à deux ans avant les élections, à l’instar du Cameroun.

Nomination par décret d’une Commission électorale, dite « indépendante », composée en majorité d’acolytes du pouvoir « sortant ».

Collecte des données et fabrication frauduleuse des listes électorales. Distribution du droit de vote de façon à la tête du client, à travers une distribution ubuesque des cartes de vote, allant jusqu’à accorder le droit de vote aux morts et aux disparus.

Barrage et violation systématique du droit à l’expression publique des oppositions, ou de ce qui en reste.  Arrestations et persécution de citoyens qui œuvrent pour la promotion d’un scrutin libre et transparent.

Manipulations et violences diverses le jour même de l’élection (bourrages d’urnes, intimidations et violences autour des bureaux de vote sur les électeurs et les observateurs de la société civile).

Fraudes dans la dépouille des bulletins, destruction et disparition d’urnes dont les contenu est suspecté au désavantage du régime « sortant »,  et acheminement accidenté et suspect jusqu’aux locaux de la commission électorale d’où continue la suite de la prédation des droits populaires et soi-disant démocratiques.

Annonce par la commission électorale de résultats bidouillés et donc faux, en faveur du pouvoir sortant, et suivi quelques jours après par la confirmation de la Cour suprême et la prestation de serment. Tout ça avec l’accord implicite de la communauté internationale, qui proteste mollement sur la table, mais qui soutient et encourage le régime « sortant » dans les coulisses, puisqu’il reste le meilleur garant du fruit du pillage et du recel des ressources de la terre des ancêtres d’indigènes superflus.

Révoltes populaires plus ou moins retenues, avec un engagement aléatoire des diasporas.  Communauté internationale molle sur la scène, mais très actives dans les services secrets et le système de défense d’un régime devenu clairement illégitime et impopulaire, enjolivé par des médias occidentaux complaisant. La résistance populaire est diabolisée, assimilée à du désordre post-électoral inévitable dans ces pays de nègres indisciplinés qui se révoltent tout le temps pour un rien. Tension extrême pendant quelques jours à quelques semaines. Menaces de sanctions militaires, onusiennes, CPièsques, et autres associations de malfaiteurs.

Puis tout retombe comme avant, et la vie continue comme depuis 50 ans.

Désespérant, frigorifiant, et paralysant ! Des populations entières dans le désarroi, sans repères, sans encadrement politique, avec une irrépressible volonté non canalisée de libération.

Et la répression qui balaie et qui coupe tout ce qui dépasse…

L’année 2011 se termine donc  dans de grandes interrogations existentielles sur la capacité du peuple africain de se défaire réellement de ses chaînes, malgré une timide sortie de narcose. La première année du 2ème cinquantenaire des indépendances fraudées, volées et assassinées, malgré l’immobilisme environnant, laisse malgré tout transparaitre des espoirs naissant et concrets,  même si les tentatives de balayage par les stratagèmes habituels de la connivence internationale, des retournements de vestes en tout genre, d’opposition insuffisamment solidifiées ou inexistantes restent les prédateurs les plus omniprésents de ces tendances émancipatrices qu’aucun pouvoir ne peut tuer.

Une terrible nostalgie des martyrs tombés depuis les guerres d’indépendance nous habite. Nous nous noyons dans les constats et dans l’indignation. La révolte gronde. Le printemps arabe va-t-il traverser le Sahara…. ? Eh non, apparemment pas, en tout cas pas dans l’immédiat.

Mais pourquoi donc se demandent beaucoup, qu’est-ce qu’on a de différent…. ?

On se casse la tête contre les murs, car on en a marre de l’esclavage. Marre d’être humilié et laissés pour mort. Marre d’être ignorés et pillé.

Le pire, c’est la nature de nos dirigeants et les ramasseurs de miettes qui virevoltent tout autour. Ce qui est vraiment désespérant, c’est que ce sont  nos semblables, nos frères, nos compatriotes. La classe dirigeante dirige son clan, sa tribu, ses attributs attribués par l’ancien colon devenu néo-colon. Mais ils sont des nôtres malgré tout.

Et que dire alors de ceux qui nous entourent au quotidien, nos parents, nos voisins, le petit peuple que nous sommes. L’indifférence, la soumission, le « on va faire comment », et le « nous on veut juste la paix ».

L’esprit du colonisé nous paralyse, et perpétue nos chaines.

On se traite entre nous d’incapables, de « sans-couilles », ou d’«opposition la plus bête du monde ». On s’insulte, on se tire dessus, on se casse les lunettes à coup de poing dans les meetings, on manipule et on manigance. L’étalage de la médiocrité la plus abyssale du monde en vérité.

Alors que les bonnes volontés coulent au fond du plat c’est la mousse de l’incompétence qui flotte sur le dessus, légère, vide de substance, irresponsable, avide d’autoglorification, en gardant toujours au coin de l’œil l’opportunité qui fera le larron, la petite place à la mangeoire, ou au mieux, une réplique de mangeoire à côté, tout ça dans un esprit de vengeance historique, de vieux contentieux qu’on modernise et qu’on instrumentalise. Voilà donc le grand cirque de l’émancipation, où il faut de tout pour faire un monde.

Pendant que les petits se crêpent le chignon, dansent et se saoulent, les vrais méchants en profitent pour s’imposer. Le vieux stratagème colonial habituel.  Alors que nous pensons que nous allons fêter un peu, comptant les francs pour péniblement faire plaisir à nos familles, et qu’on nous laisse à la digestion de nos frustrations postélectorales, voilà qu’on nous frotte les yeux avec du piment avec un complot politique, mélangé avec des nouveaux contrats de ventes de concession aux Chinois, aux Indiens, ou que sais-je encore. La machine à casser est toujours là, à l’affût de la moindre tête qui dépasse.

Enfin bref, je m’arrête là au risque de dépasser minuit, et bien qu’on dise qu’on ne festoie pas quand sa maison est en feu, je vous souhaite une nouvelle année 2012 où règnera l’espoir d’une Afrique meilleure, où nous serons de plus en plus à garder les deux bras vissés au ciel sans pouvoir les baisser même si on veut, où nous serons chacun des vecteurs et des multiplicateurs d’une nouvelle conscience, davantage préoccupés par le bien commun que par le bien individuel.

Même si nous sommes quelques-uns à nous faire traiter d’irréaliste ou d’idéalistes, ce n’est jamais mauvais de rêver, de chercher dans le fin fond de son imagination débordante des idées, des comparaisons, des paradigmes et autre sources d’espoir et de force pour une vie meilleure sur la terre de nos ancêtres.

Donc, à tous ceux qui me lisent de temps en temps, souvent ou toujours, je souhaite une bonne année 2012, et que la lutte continue. Que vos cœurs s’illuminent de gaité et de bonheur le temps d’un instant, le temps d’un sourire, le temps d’un arrêt sur image, car le combat à besoin de soldats dont les batteries sont rechargées.

Bonnes fêtes donc, bon repos, et à tout bientôt !

 

Juliette

5 Commentaires

  1. Boubacar Sanso Barry

    Toutes mes félicitations pour ce billet. Je souhaite que tes aspirations et tes préoccupations soient partagées à plus large échelle pour que le continent-berceau de l’humanité puisse enfin éprouver une joie réelle et légitime.
    Merci

    Répondre
  2. Charles Lebon

    Un tres beau texte dans la forme et un fond dont l’analyse est plus que pertinent! Wake up Afrika!

    Répondre
  3. nina kogni

    Très beau texte et tout et tout. Sauf que…ça fait cinquante ans qu’on dénonce notre inertie, notre peur, le pillage dont nous sommes victimes…cinquante ans de dénonciations et personne ne fait rien. on est même incapable de se réunir et d’avoir une pensée unique et cohérente trop interessés par nos nombrils. est ce que ça signifie que rien ne changera jamais? Non je ne pense pas. ça signifie seulement qu’on a besoin d’une intelligentsia. une vraie. pas la diaspora en europe qui se met à l’abri et se constitue en donneuse de leçon. Mais ceux qui vivent la dure réalité du quotidien et sont prêts à faire entendre leur voix, au delà de tout. Et c’est gens là c’est chacun de nous; en nous retrouvant pas seulement pour nous congratuler sur le produit de nos reflexions, mais également pour prosposer des pôles non seulement de reflexion mais aussi d’action. On a besoin de personnes charismatiques qui nous ferons partager leur rêve d’une nouvelle afrique, et nous donnerons envie de nous battre pour elle. On a besoin du grain qui fera effet boule de neige. et c’est tout le mal que je nous souhaite. Bonne année à tous!

    Répondre
  4. Taty

    Merci pour ce partage Florian.merci Nina kogni,commentaire pertinent.Oui nous avons besoin de leader!!!

    Répondre
  5. Isabelle

    Qui je suis en 2012?? ça peut choquer certain mais en 2012 je suis un africain un peu résigné . Je suis conscient que face à une communauté internationale assez froide pour décimer 10% d’une population (Libye) sous de prétextes fallacieux, pour réécrire sans honte l’histoire de tout un peuple (Côte d’Ivoire) à se demander ce que valent nos livres d’histoire. Je suis conscient que seule la patience de la chute d’un système qui présente déjà des signes d’essoufflement pourra nous ouvrir une brèche de réelle émancipation. besoin de leader? Mais nous(nous qui sommes conscients des enjeux) sommes tous des leaders, des leaders de l’ombre car notre mission à nous c’est d’entretenir la mémoire collective. rechercher la vérité et la transmettre pour que le moment venu nos enfants puisse faire le bon choix. Oui nos enfants car il faut le dire nous sommes la génération sacrifiée et nous devons faire avec. à notre manière nous sommes des martyrs. Pour l’instant, la sagesse africaine nous conseille face aux armes, aux bombes et à des gens sans foi ni loi de patienter et surtout de survivre. Il y aura toujours une minorité dans nos rangs pour contrer notre avancé, une majorité inconsciente et une autre minorité consciente (nous) pour conduire la majorité. merci Juliette pour ton article et merci à toi Florian de nous le faire partager!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.