Les « admins » des groupes Facebook : régulateurs ou tontons macoutes ?

Vous vous souvenez sans doute de mon billet parlant des groupes Facebook regroupant les camerounais. Je vous ai à l’occasion parlé de certains groupes dont je suis membre, qui avaient mis en place des garde-fous sécuritaires pour éviter les égarements et débordements de tous genres. Aujourd’hui, je vais vous parler des entités sensées appliquer cette politique. Les gardiens du temple, la garde prétorienne, le dernier bastion de la raison et de la pondération : les administrateurs. Bon ! Nous on fait le kongossa hein ? Donc, on va les nommer par leur petit nom : les admins.

A la base (et ce fut mon cas), l’admin est un ami (version Facebook), un compagnon virtuel de la première heure avec lequel vous vous défoulez sur le mur du groupe, pondant des insanités à longueur de posts, discourant à n’en plus finir sur le sexe des anges. Puis survient un évènement rare : le Très Haut, créateur invisible du groupe décide de le coopter dans la société secrète des admins. Dans la plupart des cas, votre ami ne vous informera pas. Il est prudent comme un blédard qui a enfin eu son visa Schengen. Ce n’est qu’au fil du temps et à certains détails que vous remarquerez le changement.

Caractéristiques de l’admin camerounais d’un groupe Facebook de camerounais (Very Important Precision !) :

Il est hyper connecté

Ça, normalement c’est son problème avec ses patrons s’il en a…

Il est courtois

Il ne pond pas de commentaires vulgaires et dignes du troll le plus méprisable. Vous avez beau le tagger, le provoquer, il ne répond pas.

Il écrit désormais une langue correcte

L’admin se manifeste de temps à autre sous forme de commentaires destinés à remettre les brebis égarées sur le droit chemin. A ces occasions, sa plume se fait raide, précise et correcte, ce qui ma foi est une véritable performance sur ce Facebook qui n’a toujours pas de vérificateur d’orthographe.

Il est l’objet d’un culte

Devenu homme important, car trainant dans les basques du très haut, l’admin prend lui aussi du galon auprès des simples mortels. Il yen a qui ne peuvent envoyer un commentaire sans l’y avoir préalablement taggé. Il yen a aussi qui lui disent bonjour en l’identifiant dans leurs posts plus ou moins farfelus, il yen a même qui ont créé un poste d’aide-admin… la majorité néanmoins se délecte de ses trop rares « j’aime » appliqués parcimonieusement sur des commentaires qui dès lors auront valeur de vérité scientifique pour ses adeptes.

Il est invisible mais pas absent (ça ne vous rappelle personne ?)

On ne voit presque jamais l’admin. Comme dit plus haut il ne commente plus à tort et à travers, mais loin de s’en contenter, il traque désormais ses anciens congénères, ceux qui se sont mis en idée de violer son livre de chevet, la Sainte Charte du groupe. Il fait le ménage, et il n’est pas rare de voir des commentaires disparaître dans son sillage.

Il a la nostalgie de l’inquisition

Ce sont les mauvaises langues qui le disent car dit-on il n’est pas rare qu’il poursuive les fauteurs de trouble jusque sur leurs murs et boites privées pour leur demander de renier leur hérésie. Et pourtant elle tourne…

Il aurait pu être ministre au Cameroun

Si ! Si ! Il  a le sens du devoir, de la hiérarchie, il maîtrise la censure, la godasse ; il a sa cour et ses courtisans (évidemment !), ses détracteurs et ses affidés. Il ne critique jamais le Grand Boss, père fondateur du Groupe, il ne le voit jamais, mais lui rend compte quand même. Quand il n’a rien à dire il vous pond la charte du parti, pardon, du groupe, il a des talents de griots… Bon, j’arrête.

Il appartient à une société secrète

La société secrète des admins. Une société dans laquelle on se file des tuyaux façon berets rouges de la 10ème DP en Algérie : « voici comment casser du fauteur de trouble » ; « trucs et astuces pour museler une rebellion».

Il verse parfois dans la folie

Il y a de quoi le comprendre. Tous les jours il doit se taper des centaines de commentaires parfois aussi décousus les uns que les autres. Or le moyen de partager la folie de quelqu’un est à coup sûr de la lire.

Il est bénévole

Son seul salaire est le sentiment du devoir accompli, le même sentiment qu’on éprouve après avoir mené à bien une mission dans le jeu vidéo GTA (je recommande la version Vice City).

Il est Dieu

Beaucoup en doutent, mais le découvrent à leurs dépens le jour où ils constatent qu’ils ont été éjectés du groupe.

Peace mes frères ! Peace les admins !

 

4 Commentaires

  1. Stonde

    J’ai comme un p’tit goût d’inachevé……what’s next????

    Répondre
  2. Willy Fonkam

    Très d’accord avec toi. J’en ai eu la preuve dans un certain groupe où un membre était tellement récalcitrant qu’après avoir essayé de le bannir du groupe en vain (il se faisait toujours ajouter par quelqu’un d’autre), on l’a promu admin. Et depuis lors il est le premier à supprimer les commentaires insultants.

    PS: GTA Vice City, c’est le top du top.

    Répondre
    1. Ngimbis (Auteur de l'article)

      Enfin un connaisseur. Merci Willy 😉

      Répondre
  3. Adonisye

    j’adore tes articles, tu écris bien et c’est très drôle !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.