Qui sont ces camerounais qui brûleront le Cameroun demain ?

Laisser un commentaire

Commenter en tant qu'invité.

  1. Bel article, beau style, lecture facile. Bravo !

    Sur le fond, on peut par contre intégrer la donne mondiale actuelle: en 90 et 2008 les « gendarmes du monde » ont laissé reprimer la jeunesse chez-nous. Aujourd’hui, à l’exception du burkina (et on sait pourquoi…) les « gendarmes » se reveillent subitement !

    En fait, les choses se compliquent plutôt! L’erreur serait de penser que c’est pour enfin aider le pays que manifestations et rebelions trouvent désormais comme par enchantement un large écho dans les médias occidentaux…

    Que les « gendarmes du monde » bougent ou pas ne dépend que de leurs propres intérêts. Plus partial que cet « arbitrage » là n’existe pas (Côte-d’ivoire…) Autrement dit la jeunesse n’est pas encore sorti de l’auberge, car si elle se laisse manipuler comme en Libye, sa situation ne va que s’empirer.

  2. Bravo pour ce site que je découvre. Merci pour la lucidité non sans humour sur la situation au cameroun que je partage. Une fois dit ça, on fait quoi? On attend tranquillement que ces grosses rapaces et charognes de dirigeants de tout poils et tout poids finissent de de nous finir le pays (comme on dit au pays)? Ou on se finit nous même en se saoûlant la gueule à mort à longueur de journée avec la douce impression consciente ou non dailleurs qu’on a resolu tous nos problèmes? Non, non chers concitoyens, lutons sans relache, et ceci tous jours en restant vigilants, alertes, et ayons une attitude responsable malgrés l’adversité d’ou qu’elle vienne. c’est le seul moyen à mon sens, de permettre l’alternance et le changemeent du pays. ne baisser pas les bras, sinon ils(les adversaires de l’intérieur et d’ailleurs) auront gagnés. vive le cameroun.

  3. Je suis d’accord avec toi sur toute la ligne.
    Au Cameroun on a tellement miséré qu’on en est arrivé à oublier certaines valeurs. Aujourd’hui chacun veut avoir une petite miette pour pouvoir subsister, quel qu’en soit le prix. Même ceux qui sont considérés comme des intellectuels (malgré les baccalauréats obtenus avec 06/20) sont prêts à troquer 7 ans de galère contre 5 000 F ou moins.
    Il y aura changement à coup sûr, espérons juste que ce ne soit pas en pire.

  4. Salut Florian,

    Cette réalité que tu arrives à bien traduire à travers peu de mots sont tout à fait applicable à mon pays le Togo.

    Ces deux catégories de personnes, le conducteur de mototaxi et l’étudiant, sont aussi l’échantillon représentatif du problème de la jeunesse de mon pays.

    Mais jusqu’à quand? Il faut que nous jeunes de se continent, l’Afrique, nous gardions espoir, non pas simplement en se confiant à Dieu, puisque Lui, il nous a déjà donné tout ce qu’il faut; mais à prendre nos responsabilités.

    Nous devons êtres « le fer -qui – décide de piquer le flanc d’une Nation qui l’affame ? » et peut-être pas la Nation mais « piquer » ces dirigeants sans visions ni programmes; et ensuite être ce fer avec lequel on peut construire du solide.

  5. Article très intéressant et bien écrit ( peut-être à part le  » apportées portent « ), avec l’humour qu’il faut malgré la situation. N’étant pas du pays, je ne peux pas trop donner mon idée, mais je pense aussi que les élections ne changeront jamais rien, qu’il faudrait donner un bon coup de pied dans la fourmilière. Quand d’autres pays, anciennement colonisés ou pas, avancent, le Cameroun reste coincé, désespérément bloqué, incapable de s’organiser pour se mettre au travail. Quel gâchis !

  6. « Sachez que dans la bouche d’un homme jeune, la quête de liberté à le même goût que la kola : amer au début, mais étonnamment doux lorsqu’on a résisté à la tentation de la recracher. »…j’aime,j’aime j’aime

  7. il roule, fou de vitesse, dans le vent qui lui a enseigné le goût enivrant de la liberté. « On n’a vu que ces jeunes armés uniquement de leur envie. » Merci pour ces deux petites perles qui me donnent envie de reprendre ma plume

Lire le suivant

Sliding Sidebar

A propos de KamerKongossa

Écrivaillon prétendument engagé, homolianus, Blogger on https://www.kamerkongossa.cm/.
Je suis comme Ebola: je n'ai pas d'amis.

Suivez-moi ici

Recevez mes derniers kongossas