Tensions post électorales: aujourd’hui la Côte d’Ivoire, demain le Cameroun?

Laisser un commentaire

Commenter en tant qu'invité.

  1. Hé Florien, dis-moi, Biya n’a pas un fils? Vous pouvez faire comme chez nous au Togo, opu au Gabon, ou en RDC, tu vois, hein! C’est plus simple. Le père de la nation meurt et le fils de la nation naît!
    Amitiés!

    1. il n’est écrit nulle part que les choses sérieuses se disent sur un ton d’enterrement mon cher Djia. Je n’essaye pas de faire rire les gens, c’est ainsi que je parle dans la vraie vie. si tu as lu le commentaire de Jackson, tu t’es rendu compte que le camerounais qu’il est adhère à mon point de vue. de toutes les façons la beauté d’un blog vient de ce qu’on n’a qu’une seule ligne éditoriale: celle qu’on décide d’adopter au sortir du lit 😉 Amitiés

  2. Man ton analyse est très pertinante et le Kamer a la chance ou le malheur de n’avoir aucun irréductible opposant de la trempe du « président de la nouvelle république du GOLF », ou d’un Alpha CONDE. Le chairman qui a pendant longtemps étét une pacotille d’opposant flirt maintenant à découvert avec son « nouveau copain ». Donc à coup sûr on aura une élection comme d’ab et la routine va continuer. Jamais de succession à la togolaise ou à la gabonaise car ces choses se sentent. Chez nous, le roi lion a plutôt un rejeton assez éloigné de la politique.

  3. Un rejeton assez éloigné de la politique et un autre trop jeune pour prendre sa place (à moins qu’on ne modifie encore la Constit’ pour mettre l’éligibilité à 15 ans. Ils en sont capables, vous savez). Mais le premier m’inquiète le plus. Le monde a su qu’il y avait un Joseph seulement à la mort de Joseph-Désiré… Donc, Keep watching on!

  4. bien dit man! nous n’avons nullement besoin de ça ici et loin de ressembler à la CI le kamer est un pays qui a payer avec le sang le prix de son indépendance. alors, que les ivoiriens soient entrain de lutter pour obtenir une partie de la liberté qu’on leur aurait refuser, c’est normal. alors paix et amour au sein du peuple Camerounais et au-delà.

  5. En Côte-d’Ivoire, on a dépassé le stade des tensions électorales. C’est +to du vandalisme électoral qui court dans tous les sens. Au Cameroun, avec un peu de chance, un débat politique contradictoire vers une course soutenue à la présidence pourra véritablement débuter dans 5 ans. C’est le temps que la pseudo-opposition existante perdre en Octobre et puisse enfin, enfin peut-être, produire un projet de société crédible et susceptible rallier les votes des camerounais 🙂

  6. J’suis du même avis que toi. On a beau se trouver des raisons pour une juste colère populaire, le peuple camerounais ne prendra pas le risque de l’exprimer dans la rue si ça inclut une privation, même temporaire, des plaisirs simples qu’ils arrivent quand même à trouver dans leur médiocre vie quotidienne.

Lire le suivant

Sliding Sidebar