31 décembre 2010: le jour où j’ai rencontré un certain Jesus!

source image: eglise-niort.net

Je dédie ce billet à Mohammed Reza, Ghulam et Satar, les trois Afghans médiatiquement invisibles, « accompagnateurs » des journalistes de France 3 enlevés en même temps qu’eux et qui n’ont pas la chance d’apparaître sur les brèves vidéos tournées par les Spielberg Talibans.

Il ya quelques semaines, deux braqueurs plus amoureux de mon laptop que moi ont décidé de m’en séparer. Malgré mon consentement pour un divorce à l’amiable, les deux comparses ont jugé bon de me gratifier de deux coups de machette qui à défaut de m’ôter la vie, ont fait de moi un invalide temporaire. abruti d’antibiotiques j’ai regardé les festivités du réveillon d’un oeil torve et blasé. cette proximité avec la mort m’a rendu pieux (du moins dans mes pensées) et j’ai passé la nuit du 31 à avoir des pensées compatissantes pour tous ceux dont l’image me venait à l’esprit.

J’ai tout d’abord eu une pensée pieuse pour les braqueurs camerounais, j’ai eu pitié d’eux et de leurs moyens de travail, obligés qu’ils sont d’affronter leurs victimes à la machette quand une arme à feu leur garantirait la distance et la sécurité inexistantes lors des corps à corps.

j’ai aussi pensé à leur QI pas vraiment rassurant, si celui qui m’a frappé avait su que le cœur se trouvait à gauche, je ne serais pas là pour le lui rappeller.

Ne me demandez par pourquoi, mais j’ai aussi eu une pensée pieuse pour les trois Afghans enlevés en même temps que Stéphane Taponier et Hervé Ghesquières. vous savez, ces trois chômeurs qui au lieu de cultiver du pavot on choisi de servir de guides aux deux journalistes; Ces trois hommes qui vivent dans l’ombre des deux français sous le nom générique d' »accompagnateurs ».

j’ai eu une pensée pieuse pour tous ces gens et comme récompense vous savez ce que j’ai reçu? vers les 23h alors que j’errais sur l’esplanade de la sous préfecture d’Efoulan en compagnie de deux ou trois chiens de la dévaluation, j’ai rencontré Jesus!!!!

Hahahaha! j’imagine vos têtes!! Le Jesus dont je vous parle est un quidam que j’ai connu dans des circonstances un peu particulières:

Il ya quelques années, accablé d’ennui, j’ai décidé de passer la veillée pascale dans une église catholique. Pour pouvoir encore mieux célébrer la Resurrection du Christ, les jeunes de la Paroisse s’étaient investis dans la mise en scène et la représentation de la Passion de ce dernier. Assis au premier banc (j’adore les premières loges), je regardais avec une légère pointe d’exaspération un Ponce Pilate noir comme moi se laver les mains, inconscient du drame qui se préparait, car en effet il y’avait un drame en préparation, mais pas celui escompté.

Jesus, je veux dire le jeune homme qui jouait le rôle du Sauveur était un gaillard assez bien fait de sa personne, et qui jouant de son charme avait séduit plusieurs jeunes filles dans le quartier. Son malheur vint de ce qu’il s’enticha de la copine d’un petit caïd du coin, grand prêtre de la violence devant l’Eternel. Ce que Jesus ignorait c’est que le caïd en question faisait partie des gardes romains chargés de le flageller et que le bougre avait soudoyé les autres acteurs-gardes, une paire de Judas qui n’attendaient que le moment idoine pour faire sa fête à notre sauveur inconscient du sort qui l’attendait.

J’observais donc d’un regard blasé le supplice du Christ maintenu contre un pilier lorsque ce dernier tressaillit soudain. Le petit caïd qui administrait le supplice n’y allait pas de main morte. on vit soudain une série d’évènements qu’assurément le scénario original n’avait pas prévu : le Christ surpris par la violence des coups s’était retourné, avait reconnu son tortionnaire et compris le traquenard. Les gens habitués à voir Jesus recevant stoïquement le fouet le virent soudain parer un coup, puis un deuxième et même étendre un romain grâce à un crochet du gauche. Après cette réaction prompte et décisive qui fit dire à plus d’un que le monde aurait été radicalement différent si le Christ (le vrai) avait été aussi batailleur, les lutteurs furent séparés et sommés de s’expliquer.

je peux vous dire que l’évocation de ce vieux souvenir a déclenché un fou rire interminable entre le fils de l’Homme et moi. Un réveillon en compagnie du sauveur de l’Humanité qui dit mieux? Bon, j’arrête.  j’ai déjà un bras HS hein? d’ici à ce que les fondamentalistes chrétiens décident de s’en prendre à l’autre..

Bonne année mes amis!

13 Commentaires

  1. Jackson

    Hum! Jésus Christ qui coude l’un de ses tortionaires? La Bible n’aurait plus été la même chose si un truc pareil était arrivé!

    Répondre
  2. lapshug

    Épilogue émouvant,
    avec un Christ toujours triomphant
    revêtu de sa toute puissance
    y a de quoi venir le voir et implorer des miracles pour la nouvelle année 🙂

    Répondre
  3. Willy Fonkam

    Tu sais, parfois on a plus peur de la machette que des armes à feux dans le sens où quand un malfrat a une arme à feu, généralement, il ne s’en sert pas tandis que quand il a une arme blanche, il s’en sert presque toujours, soit avant de dépouiller sa victime, soit après l’avoir fait. Tu peux d’ailleurs en témoigner…

    Répondre
  4. fabrice fonkam

    Article plus ke intéressant et je disais juste une priere  » Jésus notre sauveur bagarrez pour nous pauvres cocus maintenant et a lheure de votre tour » amen

    Répondre
    1. Ngimbis (Auteur de l'article)

      Amen!

      Répondre
  5. Ghis

    Article intéressant, une chance que le vrai « Christ » ne se soit pas défendu, sinon il serait plus vraiment Christ. Mais l’ami Florian, vraiment désolé pour ce qui t’es arrivé, dommage que la sécurité soit aussi déplorable dans ce pays. Je te joins donc mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année, ainsi que mes prières en Jésus Christ afin que tu te rétablisse de tes blessures

    Répondre
    1. Ngimbis (Auteur de l'article)

      Merci Ghis!

      Répondre
  6. Andriamihaja

    Désolé pour ce qui t’es arrivé ! Mais je suis ravi que tu n’aies pas perdu ton humour à un moment où moi j’aurais sûrement pété les plombs ! Comme le précédent, il est plein d’humour ce billet ! Je suis du même avis que toi sur le fait qu’on laisse ces « accompagnateurs » dans l’ombre. Bonne année à toi aussi et meilleurs vœux et surtout bon rétablissement !

    Répondre
    1. Ngimbis (Auteur de l'article)

      Bonne année mon frère et merci encore.

      Répondre
  7. evans zebaze

    bonne annee et bonne chance frangin.

    Répondre
  8. MillyJody

    Je dis hein? Pourquoi partout où tu vas, il se passe un truc insolite?

    Répondre
  9. BEKATE

    Rholalala ! J’ai eu un fou rire !!!
    Encore une fois Bravo… Ta plume m’a séduite.

    Répondre
  10. Armel

    slt, je viend de decouvrir ton blog, et ce billet est de loin le meilleur q j’aie pu lire. il m’a fallu 15 minutes pour lire les cinq dernieres phrases. trop lol.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.